Prélèvement à la source, année blanche fiscale : que se passe-t-il si vous quittez votre travail ou partez à la retraite ?

"Partir à la retraite en 2018 est assez avantageux, compte-tenu du prélèvement à la source et de l’année blanche fiscale", commence Philippe Crevel. "En 2019, les retraités paieront l’impôt sur leur pension pour l’année 2019 mais, en 2018, ils n’auront pas d’impôt à régler. Or, la dernière année d’activité est généralement synonyme de majorations, d’augmentations ou de primes."Pas de fausse joie, toutefois ! Toutes les primes que vous pourriez toucher ne seront pas forcément exonérées. "S’il y a un avantage clair à partir à la retraite en 2018, cela ne signifie pas que le fisc vous fera un cadeau sur les primes de dernières années", insiste l’économiste.

Comme le rappelle BFMTV, pensez à actualiser votre taux de prélèvement à la source sur le site impots.gouv.fr. Sans quoi, celui-ci sera calculer par rapport à vos revenus de 2017, quand vous étiez encore salarié.

Publicité
En cas de démission ou de départ au chômage, l’année blanche fiscale pourrait également vous avantager, juge le directeur du Cercle de l’Epargne. "Techniquement, les revenus de 2018 n’étant pas imposés, c’est toujours un avantage. D’autant plus qu’en 2019, les revenus des contribuables seront imposés en temps réel et le fisc tiendra donc compte de la baisse potentiel de ressources à la suite d’un chômage prolongé, par exemple. Là encore, la situation est plus favorable qu’elle ne l’est actuellement." D’autant plus que certaines indemnités (congés, préavis, primes de précarité) entrent dans le champ du prélèvement à la source. Ce n’est pas le cas, en revanche, des indemnités de licenciements ou celles négociées dans le cadre d’une rupture conventionnelle le sont. C’est également le cas pour les indemnités de départ d’un patron de SARL ou de SA.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet