Le ministre de la Santé a invité les maisons de retraite à présenter leur plan de déconfinement d'ici le 22 juin. L'objectif, permettre les visites des proches sans rendez-vous et une sortie des résidents.
Déconfinement : quelles mesures dans les Ehpad ?Istock
Sommaire

Sommaire :

Replier sommaire >>

Fin du confinement : le plan des Ehpad pour le 22 juin

C’est l’heure du déconfinement pour les maisons de retraite. Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce mardi 16 juin un assouplissement des mesures de restrictions pour les établissements "qui ne déclarent plus de cas possible ou confirmé du Covid-19". Ces derniers peuvent présenter avant le lundi 22 juin un "plan de retour progressif à la normale". A terme, les proches des résidents pourraient de nouveau leur rendre visite sans une prise de rendez-vous au préalable.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé précise que cette nouvelle étape du déconfinement doit être adaptée à chaque établissement accueillant des personnes âgées. Avec ce nouveau plan, les directeurs des Ehpad pourront de nouveau autoriser les "sorties individuelles et collectives et la vie sociale au sein de l’établissement".

Déconfinement : les dernières informations sur la sortie du confinement en France

En direct :

16/06/2020 à 15:30:00
Mardi 16 Juin 2020 : 15h30
Mardi 16 Juin 2020 : 15h38
Que se passera-t-il en cas de seconde vague ?

Certains pays font déjà face à une seconde vague de coronavirus. A quoi la France doit-elle s'attendre ?

16/06/2020 à 15:00:00
Mardi 16 Juin 2020 : 15h00
Mardi 16 Juin 2020 : 15h10
En Italie, un village garanti "sans Covid-19" vous propose de devenir propriétaire pour 1 euro !

Dans le Sud de l'Italie, une commune de la région de Calabre entend attirer de nouveaux habitants. Stratégie de Cinquefrondi ? Vendre des maisons à un prix symbolique, dans une région que peu touchée par la crise sanitaire. Réelle bonne affaire ?

16/06/2020 à 14:45:00
Mardi 16 Juin 2020 : 14h45
Mardi 16 Juin 2020 : 15h09
Les règles de distanciation physique s’appliquent-elles toujours ?

Le gouvernement a accéléré le déconfinement du pays, mais certaines mesures continuent de s'appliquer. Doit-on toujours respecter un mètre de distance avec les autres ?

16/06/2020 à 12:00:00
Mardi 16 Juin 2020 : 12h00
Mardi 16 Juin 2020 : 15h09
Allocution d'Emmanuel Macron : ce détail qui vous a échappé

Le président de la République a récemment pris la parole, pour détailler les prochaines étapes du déconfinement. Cependant, un détail a beaucoup gêné les internautes... Et lui a même volé la vedette.

16/06/2020 à 09:00:00
Mardi 16 Juin 2020 : 09h00
Mardi 16 Juin 2020 : 15h09
Bonjour et bienvenue dans cette édition spéciale

La France poursuit son déconfinement alors que le gouvernement a accéléré la fin de la deuxième phase avec l’annonce de nouvelles mesures. Retrouvez les dernières informations sur la suite du déconfinement et sur le coronavirus. 

Déconfinement : la France change de rythme

Un retour à la normale. Emmanuel Macron a pris tout le monde de court dimanche soir lors de son allocution en accélérant le calendrier du déconfinement. De nouveaux assouplissements sont prévus pour les prochaines semaines, alors que l’ensemble du pays – sans Mayotte et la Guyane – sont désormais en vert. Les crèches, écoles et collèges vont rouvrir à partir du 22 juin pour tous les élèves et leur présence sera obligatoire, de manière normale. Dans les transports, l’attestation employeur ne sera plus obligatoire à partir du mardi 16 juin.

Bonne nouvelle pour les bars et restaurants qui sont autorisés à rouvrir en Ile-de-France, un peu plus tôt que ce qui était normalement prévu. Attention, les clients doivent continuer à porter un masque lorsqu’ils se déplacent dans le restaurant et une distance d’un mètre doit toujours être respectée entre les tables.

 

Crise sanitaire : un déconfinement plus rapide qu'annoncé ?

En vue de l’allocution d’Emmanuel Macron prévue ce dimanche 14 juin au soir, un Conseil scientifique et un Conseil de défense ont eu lieu, ce vendredi 12 juin. A l'ordre du jour, la prochaine étape de déconfinement.

Les ministres, qui ont reçu pour consigne de ne pas s’exprimer, n’ont par ailleurs rien laissé filtrer de ces réunions. Car si la deuxième vague semble écartée, et que des voix s’élèvent en faveur d’un déconfinement plus rapide, la décision revient au chef de l’Etat, en concertation avec le Premier ministre. Selon Benjamin Savart, journaliste de France Télévisions, l’Elysée semble toutefois vouloir accélérer la cadence.

Déconfinement : les salles des restaurants d’Île-de-France vont-ils pouvoir rouvrir ?

L’assouplissement devrait intervenir dans différents secteurs : écoles, entreprises et restauration. Si les différents protocoles sont jugés trop contraignants, et peut pénaliser les élèves (15 par classe maximum), et la croissance, la prudence demeure de mise.

Pour la sénatrice Françoise Laborde, "le président de la République ne doit pas rebalayer trop longuement ce qui a été fait mais il doit nous parler d'avenir social, économique et bien sûr sanitaire".

Les pensions de retraite vont-elles baisser ?

Confinement oblige, un nombre considérable de Françaises et de Français n'ont pas pu aller travailler. La forte hausse du chômage partiel, sans oublier les différentes dépenses engagées par le pays, ne sont pas sans impact sur la viabilité de notre modèle de retraites. D'aucuns craignent donc, à plus ou moins long terme, une baisse du niveau des pensions.

Dans une récente note, le Conseil d'orientation des retraites (Cor) s'alarme de la situation

Deux problèmes sont actuellement susceptibles de peser sur les finances de notres retraités et futurs retraités. Dans un premier temps, le Cor évoque la baisse des dépenses engagées par le système de retraite, puis dans un second, le recul mécanique des ressources dudit système. Heureusement, l'organisme évoque un impact limité sur les pensions, dans les deux cas.

Par ailleurs, le Cor a tenu à souligner qu'il ne s'agissait que d'estimation, lesquelles pourraient donc être révisées par la suite, potentiellement assez drastiquement. Il n'empêche. Le scénario actuel est assez "sombre", note Capital...

Concrètement, les dépenses du système de retraites pourraient chuter d'un demi milliard d'euros pour l'année 2020, affirme la Caisse nationale d'assurance retraite (Cnav). Cela impliquerait une baisse minime des pensions, de "environ -0,5%  l'horizon 2040", du fait de la réduction des droits que devraient toucher un quart des futurs retraités.

Sans oublier, bien sûr, le recul des recettes, lesquelles ont chuter de 25,7 milliards d'euros. Cette fois-ci, les effets concrets sur les pensions devraient être contenus entre -0,5% et -0,8%, et sont susceptibles de varier considérablement d'un régime de retraite à l'autre. 

Déconfinement : encourager le tourisme européen

La Commission européenne, dont le siège est à Bruxelles, a en ce sens invité ce jeudi 11 juin les pays de l'espace Schengen à ouvrir leurs frontières intérieures dès le lundi 15 juin.

Elle préconise également la réouverture des frontières extérieures de l'Union Européenne aux voyageurs des Balkans occidentaux, à partir du 1er juillet et souhaite que "toutes les restrictions" prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19 soient levées à cette date.

Si la majorité des pays concernés auront déjà rouverts leurs frontières entre eux le 15 juin, d’autres comme l’Espagne, envisagent une réouverture plus tardive.

La décision revient toutefois aux Etats. La Commission européenne peut en effet seulement effectuer des recommandations.

Christophe Castaner, après s’être félicité "de la recommandation de la @EU_Commission, conforme aux propositions de la France" a d’ailleurs d’ores et déjà annoncé le maintien des restrictions de circulation à sa frontière avec l'Espagne jusqu'au 21 juin.

Suite du déconfinement : Emmanuel Macron s'adressera aux Français dimanche

Une nouvelle prise de parole. L’Elysée a annoncé ce mercredi 10 juin qu’Emmanuel Macron s’adresserait aux Français dimanche 14 à 20 heures. Comme l’explique Le Monde, le président devrait revenir sur la crise sanitaire traversée depuis le mois de mars et se concentrer sur la relance économique du pays. Le chef de l’Etat va-t-il accélérer le déconfinement de l’Hexagone ? Rien n’est moins sûr car le gouvernement multiplie les appels à la prudence depuis quelques jours, même si les indicateurs de l’épidémie sont bons.

La troisième étape du déconfinement est maintenue au 22 juin, précise le quotidien du soir, malgré l’appel de certains professionnels à accélérer le mouvement. Après cette allocution, Emmanuel Macron devrait prendre la parole une nouvelle fois au mois de juin, après le second tour des élections municipales. Il dessinerait alors les grandes orientations de ses deux dernières années de quinquennat, décidément marqué par les cirses.

 

Déconfinement : une date de réouverture pour la tour Eiffel

La dame de fer ne sera plus seule. Privée de touristes depuis le début du confinement au mois de mars, la tour Eiffel va de nouveau accueillir du public à partir du 25 juin prochain, a annoncé ce mardi la Société d’exploitation de la tour Eiffel. Dans un communiqué, le directeur général Patrick Branco Ruivo explique qu’il s’agit d’"un moment que les équipes de la tour Eiffel attendent depuis longtemps". "Nous sommes impatients que la tour accueille à nouveau ses visiteurs dans le respect bien entendu des gestes barrière et des normes sanitaires en vigueur", ajoute-t-il dans ce texte.

Dès le 25 juin, le port du masque sera obligatoire pour visiter le monument et une signalétique importante sera déployée. Le nombre de visiteurs sera limité dans les étages et sur le parvis de la tour Eiffel. Les espaces publics seront désinfectés quotidiennement et les visiteurs seront invités à acheter leur billet en ligne. Dans un premier temps, seule la montée par les escaliers sera autorisée, ainsi que la descente, pour éviter que des flux de touristes ne se croisent.

Suite du déconfinement : "N'allons pas trop vite" 

Faut-il rester prudent alors que les bonnes nouvelles se multiplient en France ? Lors d’un déplacement à Argenteuil ce lundi 8 juin, le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré : "La situation s’est améliorée et continue de s’améliorer mais il est trop tôt pour relâcher en aucune manière notre vigilance". "Je comprends évidemment les demandes, les attentes, l’impatience qui peut s’exprimer d’avoir la capacité de reprendre notre vie normale au plus vite". Seulement, "entre le moment où on prend une décision de levée du confinement et le moment où on peut avoir un impact sur l’épidémie, il faut 10 à 15 jours".

Olivier a réaffirmé qu’il fallait "avancer prudemment, de façon déterminée, en mettant toutes les chances de notre côté, pour permettre aux Français de retrouver toute leur liberté, toute leur joie de vivre comme avant, mais sans laisser aucune chance au virus de repartir". Avant de conclure : "N’allons pas trop vite, on a réussi à gagner une bataille par l’effort de tous, une bataille qu’il a été très difficile de gagner, on n’a pas encore gagné la guerre, donc vigilance".

Déconfinement : tous les enfants reprendront l'école en septembre

Une rentrée inédite se prépare. En septembre, le ministre de l’Éducation nationale souhaite que "tous les enfants" soient accueillis "à plein temps". Après des vacances apprenantes, Jean-Michel Blanquer travaille prévoit des évaluations à tous les niveaux. Elles permettront d’évaluer les conséquences du confinement sur la scolarité des enfants.

Déjà existantes en 6e, celles-ci seront "rénovées". "Les évaluations de début d’année en CP et CE1 vont nous être d’une grande utilité pour évaluer les retards pris cette année et travailler aux rebonds nécessaires", a-t-il déclaré.

Rentrée scolaire : un protocole sanitaire allégé

Aujourd’hui strict, le protocole sanitaire sera allégé en septembre. Quant au dispositif santé, sport et culture, le 2S2C, déployé depuis le déconfinement, il sera renforcé. Celui-ci permet au corps enseignant de travailler en petits groupes, pendant que d’autres élèves s’exercent à des activités éducatives.

La crise sanitaire a en effet non seulement permis d’innover, mais elle a aussi prouvé qu’il fallait "faire confiance aux professeurs et à l’ensemble des acteurs de terrain pour adapter les solutions à leurs réalités", détaille M. Blanquer.

Selon le ministre, "il y a eu des points positifs et négatifs dans la façon dont les épreuves (E3C) se sont passées. On va tenir compte des critiques, notamment sur la concentration de travail que ça représente pour les élèves et les professeurs à certains moments de l’année, de façon à avoir quelque chose de plus fluide, plus simple et plus souple".

Suite du déconfinement : les candidats vont pouvoir passer le permis de conduire

Ils étaient dans l’attente d’une nouvelle date. Les examens du permis de conduire vont reprendre le 8 juin prochain après une pause de trois mois, débutée dans les premières heures du confinement. Les auto-écoles ont pu rouvrir leurs portes il y a plusieurs semaines mais les examens eux, n’étaient toujours pas possibles. Dès lundi, les 400 000 candidats en attente vont donc pouvoir passer devant l’examinateur… Ce qui devrait prendre un peu de temps. Les examens ont pris un retard important et les examinateurs vont devoir s’adapter. Selon l’Union nationale des Indépendants de la Conduite, deux examens en moins auront lieu chaque jour, les mesures sanitaires ralentissant la cadence entre les différents candidats. Les aspirants conducteurs vont donc devoir faire preuve de patience pour obtenir le précieux sésame.

Fin du confinement : pas de défilé militaire le 14 juillet

C’est une tradition qui n’aura pas lieu cette année. Le défilé militaire du 14 juillet, fête nationale, n’aura pas lieu en 2020, explique RTL. L’Elysée a pris la décision de le remplacer par une cérémonie place de la Concorde, qui rendra notamment hommage aux soignants, mobilisés en première ligne contre le coronavirus Covid-19. La cérémonie sera adaptée et l’Elysée évoque "un dispositif resserré ramené à 2 000 participants et environ 2 500 invités". On ne sait pas encore si le passage dans le ciel de la Patrouille de France et le défilé seront maintenus.

Déconfinement : les brocantes vont-elles reprendre ?

Les chineurs vont-ils pouvoir reprendre leurs activités dans les prochaines semaines ? Le printemps et l’été sont des saisons propices aux brocantes et aux vide-greniers mais le coronavirus va-t-il empêcher ces événements de se tenir ? Comme l’explique Le Parisien, la décision de les maintenir ou non revient à chaque municipalité. La ville de Paris les autorise par exemple depuis le 2 juin dernier. Elles doivent simplement respecter certaines mesures barrière et les paiements en espèces sont interdits.

Le coronavirus Covid-19 est-il terminé ?

Certains chercheurs en sont persuadés : l'épidémie de coronavirus Covid-19 est terminée. Derrière nous. De plus en plus présents dans les médias, ces scientifiques expliquent pourquoi, selon eux, le pays ne risque pas de seconde vague. Certains chiffres, avancés par RTL par exemple, semblent aller dans leur sens. Des milliers de Françaises et de Français sont désormais testés quotidiennement et seul 1.5% des tests sont ajourd'hui identifiés comme positifs, précise la radio.

Preuve en est, affirme le syndicat des biologistes, que le virus a désormais été vaincu. Et son président, François Blanchecotte, d'étoffer le propos : "Nous avons des départements aujourd'hui où il n'y a plus de cas positifs. Ca veut dire le virus ne circule pas".

"Ma thèse, c'est qu'il n'y a pas de deuxième vague", estimait pour sa part l'épidémiologiste Laurent Toubiana, récemment contacté par l'AFP. Des propos qui corroborent ceux de son confrère, dorénavant célèbre, le professeur Didier Raoult. D'autres embrassent aussi cette analyse. "Ce virus n'est pas un marathonien, c'est un sprinter : il s'épuise très vite, et c'est peut-être notre chance", juge pour sa part François Toussaint, directeur de l'Irmes, l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport (Irmes).

Une théorie contestée, dont les protecteurs n'hésitent d'ailleurs pas à reconnaître le caractère "iconoclaste"... Mais qu'ils expliquent tout de même par "l'analyse dans les 188 pays qui ont déclarés des cas et sur la dynamique évolutive de la maladie".

Fin du confinement : les restaurants retrouvent leurs clients

Un ouf de soulagement. Après deux mois et demi de fermeture, les restaurants, bars et cafés peuvent de nouveau accueillir des clients dans l’ensemble de l’Hexagone ce mardi 2 juin. Dans les départements en vert – soit la grande majorité du territoire – ces établissements peuvent accueillir du monde à l’intérieur, en respectant des mesures strictes de sécurité. Dans les zones en orange, les départements d’Ile-de-France, Mayotte et la Guyane, les clients sont seulement admis en terrasse.

Partout, les tables doivent être espacées d’au moins un mètre entre elle et le port du masque est obligatoire pour le personnel. Les clients doivent en porter un dès qu’ils se déplacent au sein du restaurant, du bar ou du café. Ces règles, si elles ont nécessité une certaine organisation pour les commerçants, leur permettent de retrouver une clientèle qu’il n’avait pas vue depuis longtemps. Emmanuel Macron a, lui-même, salué ces réouvertures, expliquant sur Twitter que cette dernière "signait le retour des jours heureux". "La réouverture des cafés, hôtels et restaurants signe le retour des jours heureux ! Nul doute que les Français seront là pour retrouver cette part de l’esprit français, de notre culture et de notre art de vivre. En ces temps difficiles, l’Etat continuera à soutenir ce secteur", a écrit le chef de l’Etat sur le réseau social.

Déconfinement : hausse inquiétante des accidents mortels

"Une forme de désinhibition" des conducteurs. Voici ce qui inquiète la Sécurité routière. Trois semaines seulement après le déconfinement, les premiers chiffres des remontées du terrain sont alarmants". Les accidents mortels ont en effet bondi et les grands excès de vitesses affichent +15%.

Visiblement, la campagne d’appel à la prudence sur les routes n’a pas suffi."Nos craintes semblaient fondées", regrette David Julliard, adjoint au délégué interministériel à la Sécurité routière dans les colonnes du Parisien. "Les premiers chiffres remontant du terrain sont assez alarmants en termes de mortalité", s'inquiète-t-il.

Accidents mortels : la météo en cause ?

Les accidents mortels durant le pont de l'Ascension ont été nombreux. Ils sont d’ailleurs en hausse par rapport à l'an dernier. "Les beaux jours se traduisent souvent par un surcroît d'accidents graves", note l'adjoint qui observe une augmentation des comportements à risque.

Au total, 2 421 excès de vitesse supérieurs à 50 km/h ont été constatés entre le 11 et le 27 mai. Soit 321 de plus qu'en 2019 à la même période (+15 %). Les feux rouges ont moins été respectés. Comme le constate David Julliard, "cela confirme une forme de relâchement ou de désinhibition des comportements au volant de la part d'une minorité de conducteurs".

Acte II du déconfinement : le port du masque obligatoire sur la plage ?

Sur la plage abandonnée, coquillages et… Masques ? Alors que l’ensemble des plages de France doivent rouvrir dès le 2 juin pour la deuxième phase du déconfinement, Christophe Castaner a précisé les règles qui pourront être mises en place. Le port du masque est obligatoire dans les transports en commun et dans les commerces qui ont décidé de l’imposer mais pas dans l’espace public. Seulement, il pourrait bien l’être dans certains parcs, jardins et même sur les plages. Selon le ministre de l’Intérieur, il reviendra à chaque préfet de "le rendre obligatoire en fonction des circonstances locales".

Acte II du déconfinement : tout ce qui change

Le déconfinement va entrer dans sa deuxième phase à partir du mardi 2 juin. Dès cette date, les Français pourront se déplacer au-delà du périmètre de 100 kilomètres autour de chez eux établi jusqu’à présent. Les restaurants, bars et cafés pourront rouvrir mais seulement les terrasses dans les départements en orange. De nombreuses structures vonté également pouvoir rouvrir dans les départements en vert, notamment les gymnases et salles de sport, les piscines, les théâtres etc. Il faudra attendre le 22 juin pour les départements qui ont été placés en orange. Le Premier ministre a également invité les Français à télécharger et utiliser l’application StopCovid dès qu’elle sera disponible le 2 juin prochain.

Découvrez dès à présent la nouvelle carte de France dévoilée par le gouvernement.

Suite du déconfinement : Edouard Philippe s'exprimera jeudi 28 mai

Alors que la première phase du déconfinement touche à sa fin, le Premier ministre va s’exprimer jeudi 28 mai à 16 heures. Il présentera aux Français les nouvelles mesures qui doivent être mises en place à compter du 2 juin dans l’Hexagone et qui pourraient être un nouvel assouplissement des conditions de déconfinement. Une nouvelle carte épidémique du pays doit également être dévoilée à ce moment-là. Quelles seront les régions qui passeront en vert ? Certaines seront-elles maintenues en rouge ? Il va falloir patienter encore un peu pour le savoir.

Plusieurs secteurs attendent impatiemment les annonces d’Edouard Philippe, notamment la restauration et le tourisme. Les Français sont eux aussi dans l’expectative car beaucoup aimeraient déjà réserver leurs vacances d’été. La limite de 100 kilomètres sera-t-elle levée dès le 2 juin ? C’est une des pistes évoquées par le gouvernement pour la suite du déconfinement. En revanche, pas question pour les Français d’espérer une réouverture des frontières dans les prochains jours car voyager dans un pays limitrophe, au sein de l’Union européenne, ne sera pas possible avant le 15 juin.

Et si Emmanuel Macron démissionnait à cause du coronavirus ?

Politiquement, le président semble à bout de souffle. C'est pourquoi ce dernier réfléchit activement à comment se relancer, après une succession de crises d'ordre sociales, puis sanitaire et enfin économique. 

Le gouvernement a d'abord annoncé le report sine die de la mère des réformes, la réforme des retraites. Mais de toute évidence, ce n'est pas la seule solution que la macronie soit à même de fournir. En effet, d'aucuns réfléchissent d'ores et déjà à des mesures autrement plus drastiques.

"Si on change radicalement de politique par rapport à l'élection de 2017, il faudra relégitimer cette politique", alerte un proche du chef de l'Etat. Pas de panique ! Tout  est déjà prévu. Certains évoquent d'ailleurs "la convocation du Congrès à Versailles, un remaniement gouvernemental, un référendum", voire une "dissolution de l'Assemblée nationale".

Ce n'est pas tout ! D'autres parient sur plus spectaculaire encore : la démission d'Emmanuel Macron. Cette dernière ferait évidemment suite à un référendum et ne viserait pas juste à remplacer le chef de l'Etat, bien au contraire. L'idée, éminemment politique, vise à re-monétiser le président de la République. En prenant les oppositions de cours et en organisant une campagne électorale "surprise", le locataire de l'Elysée pourrait être réélu, plus fort qu'avant sa démission...

Pour autant, une telle piste inquiète. Les risques sont nombreux et le chef de l'Etat pourrait tout perdre. C'est pourquoi certains préfèrent tabler sur la dissolution de l'Assemblée, accompagnée de l'introduction d'une proportionnelle totale. De quoi rebattre les cartes, donc.

 

Deuxième phase du déconfinement : quels sont les établissements qui pourraient rouvrir le 2 juin ?

Nouvelle étape dans la sortie du confinement. La première phase du déconfinement, qui a débuté lundi 11 mai, doit s’achever mardi 2 juin. Trois premières semaines durant lesquelles les Français ont pu ressortir de chez eux sans attestation, dans une limite de 100 kilomètres. Si les commerces non alimentaires ont été autorisés à rouvrir leurs portes, beaucoup d’établissements sont toujours fermés, notamment les bars et restaurants, mais aussi les salles de cinéma et les théâtres. Les professionnels attendent avec impatience les prochaines annonces du gouvernement qui, selon Le Parisien, devraient être faites jeudi 28 mai.

Quels sont donc les commerces qui pourraient rouvrir à partir du 2 juin ? Comme l’explique Midi Libre, d’ici cette date, l’exécutif devrait avoir tranché sur la réouverture des cafés et des restaurants dans les zones vertes et dans les zones rouges. Pourra-t-elle avoir lieu au début du mois ? C’est le souhait des professionnels. L’exécutif doit également se prononcer, à cette date, sur l’ouverture des lieux accueillant du public, comme les cinémas et les théâtres, mais aussi les salles de sport et même l’ensemble des plages.

Alors à quoi faut-il s’attendre ? Le gouvernement a répété à plusieurs reprises que la suite du déconfinement dépendait uniquement de l’évolution du virus dans l’Hexagone, mesurée par plusieurs indicatifs. Selon Le ParisienEmmanuel Macron et ses ministres seraient plutôt optimistes. Pour preuve, une date a été donnée pour le second tour des élections municipales et les lieux de cultes peuvent de nouveau accueillir du public.

Eléctions municipales : un second tour le 28 juin

La réponse était attendue depuis plusieurs semaines par les Français et les différents partis politiques. Après un premier tour le 15 mars, quand le second tour des élections municipales pourra-t-il avoir lieu ? Edouard Philippe et Christophe Castaner doivent apporter la réponse ce vendredi 22 mai.

Lors de cette conférence de presse, le Premier ministre a commencé par remercier les équipes municipales qui ont favorisé la tenue du premier tour du scrutin. Il a également assumé le choix du gouvernement d'avoir maintenu le premier tour le 15 mars. "Il appartiendra désormais au gouvernement de prendre et d'assumer seul cette décision", a affirmé Edouard Philippe, ajoutant que "la clef réside dans la cohérence de cette décision". Il a ensuite annoncé que le second tour de ces élections se tiendrait le dimanche 28 juin et qu'"un décret" en ce sens sera présenté à Emmanuel Macron le 27 mai.

Le port du masque sera obligatoire pour toute personne souhaitant voter et pour l'ensemble des membres du bureaux de vote, sans exception. Les votants devront également respecter les gestes barrière et les bureaux pourraient être réaménagés afin de faciliter la distanciation physique.

Le déconfinement débute en France : tout ce qu'il faut savoir 

Le déconfinement a débuté dans le pays lundi 11 mai. Une première phase qui devrait s'étendre jusqu'au 2 juin, date à laquelle le gouvernement devrait refaire un point sur la situation et annoncer de nouvelles mesures. Seront-elles plus strictes ? Accorderont-elles plus de libertés aux Français ? Il va falloir patienter pour le savoir.

Fin du confinement : des plages obligées de fermer en Bretagne

La récréation aura été de courte durée pour certains. Face au non-respect des règles et des gestes barrière, plusieurs communes de Bretagne ont décidé de fermer leurs plages, quelques jours seulement après les avoir rouvertes au public. Comme l’explique 20 Minutes, ces communes – notamment Damgan, Erdeven et Billiers dans le Morbihan, ont constaté que les habitants et les visiteurs ne respectaient pas les mesures imposées. Une décision qui tombe mal à la veille du week-end de l’Ascension, alors que de nombreuses personnes sont attendues sur les côtes. Les élus affirment au quotidien avoir reçu « des insultes » alors qu’ils faisaient "de la prévention". Les plages de Bretagne faisaient partie des premières à rouvrir après le déconfinement. D’autres communes de l’Hexagone pourraient suivre leur exemple et en interdire de nouveau l’accès si les Français ne respectent pas les règles établies.

Les eaux usées permettront-elles de protéger la France contre une seconde vague de coronavirus ?

Plusieurs scientifiques du projet Obépine, qui regroupe notamment Eau de Paris, le Siaap (Syndicat interdépartemental pour l'aissainissement de l'agglomération parisienne) et l'IRBA (Institut de recherche biomédicale des armées) ont peut-être trouvé une technique pour lutter contre le coronavirus Covid-19.

En analysant l'état des eaux usées ces chercheurs sont en mesure de comprendre la façon et la vitesse dont le virus se propage, au moins à échelle locale et potentiellement à échelle nationale. "La technique est assez simple et existe déjà pour chercher des virus et d'autres pathogènes dans les eaux usées", explique l'un des spécialistes, expert en génie sanitaire et membre de l'Académie des technologies.

"L'analyse se fait par PCR, comme pour les tests de dépistage virologique et permet de détecter des quantités infimes de matériel génétique de virus dans l'eau", poursuivent les experts. Parce que le virus s'attaque aussi aux organes digestifs, il laisse des traces dans les eaux usées. En remontant les données récupérées, il pourrait donc être possible d'identifier les malades, y compris asymptomatiques.

Fin du confinement : les Français réservent leurs vacances

Rien n'est encore sûr, mais beaucoup y croient. Après les annonces d'Edouard Philippe la semaine dernière, de nombreux Français ont décidé de réserver leurs vacances d'été ces derniers jours, explique  franceinfo. Interrogé par le site, Timothée de Roux, président de l'UNPLV (Union nationale pour la promotion de la location de vacances), affirme : "Les recherches et les réservations ont clairement redémarré depuis trois jours et c'est très encourageant". En un mois, du 15 avril au 15 mai, 21,2 millions de recherches de locations ont été effectuées par les Français, dont 85% portent sur des lieux en France.

Quelles sont les spécificités de ces recherches cette année ? "Par rapport aux autres années, les destinations de l'arrière-pays ont beaucoup été réservées", ajoute Timothée de Roux auprès de franceinfo. Selon lui, "les vacanciers cherchent en fait à être rassurés dans un lieu privé, à se retrouver en famille, entre proches, en respectant une forme de distanciation physique et en limitant les déplacements dans les lieux publics".

Déconfinement : les collégiens retournent en classe

Après les élèves d'école primaire la semaine dernière, c'est désormais au tour de 185 000 collégiens de retrouver les bancs de l'école, dans les zones vertes. Pour l'instant, seuls les élèves de 6e et 5e sont concernés et les plus grands, scolarisés en 4e et en 3e, devront attendre la fin du mois de mai pour pouvoir, à leur tour, retourner en classe. Pour ces élèves, le port du masque est obligatoire dans les salles de classe. Les régions en rouge devront, elles, attendre la fin du mois de mai pour savoir si les enfants pourront retourner en classe avant la rentrée de septembre.

Sortie du confinement : le gouvernement a failli repousser la date

24 heures de plus. Les Français ont échappé de justesse à une journée supplémentaire de confinement. Le déconfinement a failli être repoussé au mardi 12 mai, rapporte Le Figaro. En effet, Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont appris dimanche après-midi que le Conseil constitutionnel n'était pas en capacité de donner son accord sur le prolongement de l'état d'urgence sanitaire avant lundi minuit. Le Premier ministre plaidait pour un rallongement afin d'échapper à un vide juridique, mais le président était contre. Selon Le Figaro, il aurait affirmé : "Il n'est pas question d'infliger 24 heures supplémentaires aux Français".

Fin du confinement : un Français sur deux prévoit de partir en vacances

Proximité et made in France. Les vacances d'été des Français se feront au sein de l'Hexagone, a annoncé Edouard Philippe jeudi 14 mai. Selon un sondage Ifop, réalisé les 12 et 13 mai et cité par Ouest-France, 47% des Français comptent partir en vacances en juillet ou en août de cette année. 45% des personnes interrogées ont comme critère de réservation le fait d'avoir des conditions sanitaires sérieuses et 38% cherchent avant tout un prix abordable. Le principal gagnant de ces vacances françaises pourrait être le camping. Depuis le début du confinement, l'hôtellerie de plein air séduit de plus en plus des Français en mal de sortie.

Déconfinement : les produits plébiscités par les Français

Déconfinés, de nombreux Français font les boutiques depuis le 11 mai. Selon Le Figaro, certains produits sont particulièrement recherchés, notamment les produits destinés au jardin et au plein air : tondeuses, karchers, meubles d'extérieur. Les sportifs sont aussi au rendez-vous car Decathlon a constaté une augmentation de ses ventes aux rayons cyclisme, fitness ou encore running.

Vacances d'été : les Français pourront partir… en France

Pourra-t-on, oui ou non, partir en vacances cet été ? Le gouvernement donne enfin des précisions. "Les Français pourront partir en vacances en France en juillet et août", a en effet indiqué Edouard Philippe, ce jeudi 14 mai, durant la présentation du plan de soutien au secteur du tourisme. Attention cependant, cela se fera sous réserve "de possibles restrictions très localisées" en fonction de l'évolution de l'épidémie de coronavirus."Les Français peuvent prendre leurs réservations", a même noté le Premier ministre, en précisant que "les acteurs du tourisme, de l'hôtellerie, se sont engagés à faire en sorte qu'ils soient intégralement remboursés dans l'hypothèse où l'évolution de l'épidémie ne rendrait pas possible le départ en vacances".

Un plan "sans précédent" de "18 milliards d'euros d'engagements" en soutien au secteur du tourisme est également prévu. Les entreprises du secteur pourront aussi profiter d'un accès étendu au fonds de solidarité et au chômage partiel. Le plafond des tickets restaurants, sera quant à lui doublé (il passe de 19 à 38 euros).

Sortie du confinement : Macron veut "ajuster le tir" si besoin

Pour ce troisième jour de déconfinement, Emmanuel Macron a fait un premier point de la situation avec les préfets et les directeurs des différentes Agences régionales de santé. Lors d'une visioconférence, en compagnie de plusieurs ministres, il a fait le point sur ces trois premiers jours de déconfinement. Devant la presse, il a déclaré : "La philosophie qu'on a adoptée depuis le début avec le Premier ministre est de corriger constamment le tir si besoin était, si des difficultés apparaissent. On continuera de le faire dans les jours et les semaines qui viennent, sur chacun de ces différents sujets extrêmement logistiques et concrets".

Déconfinement : le couac du gouvernement 

Premier jour et premier couac. La loi d'état d'urgence sanitaire n'a pas été promulguée à temps pour le déconfinement de lundi 11 mai. Saisi par Emmanuel Macron, le Conseil constitutionnel rendra son avis lundi. En cas d'accord, les deux dispositions phares de la loi pourrait entrer en vigueur lundi soir : la limitation des déplacements à 100 kilomètres du domicile et l'attestation obligatoire dans les transports en commun. En attendant, le gouvernement en a appelé "au sens de la responsabilité des Français".

Fin du confinement : réouverture des commerces non alimentaires

Ce lundi 11 mai, l'ensemble des commerces non alimentaires ont été autorisés à rouvrir leurs portes après une fermeture de presque deux mois. Coiffeurs, vendeurs, toiletteurs, libraires... Ils ont tous commencé à accueillir leurs clients. De longues queues ont notamment pu être observées devant les boutiques Zara de Bordeaux. 

Sortie du confinement : scènes surréalistes dans les transports 

Comment faire respecter la distanciation sociale dans les transports ? Cette question a eu sa première réponse ce lundi et, à en croire les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux, c'est compliqué. Dès ce lundi matin, des photos prises sur la ligne 13 du métro parisien ont montré des voyageurs agglutinés, serrés les uns contre les autres, dans l'incapacité de respecter les limites imposées par le gouvernement. En cause : un incident technique qui, une fois réglé, a permis un retour de la situation à la normale. Pour preuve, la ligne 13 a pu fonctionner normalement le reste de la journée et les voyageurs ont même pu respecter les mesures de distanciation sociale, explique 20 Minutes.

Déconfinement : le gouvernement déjà prêt à reconfiner les Français ? 

La déclaration de Jean Castex ne va pas rassurer les plus sceptiques. Dans son rapport publié ce lundi, le monsieur déconfinement du gouvernement prévient qu'"un reconfinement en urgence doit être anticipé". "En l'absence, à brève échéance, de vaccin ou de solution curative, la population française demeure vulnérable à une reprise de l'épidémie", ajoute-t-il.

Sortie du confinement : les élèves et les enseignants reprennent le chemin de l'école 

Plus d'un million et demi d'élèves d'école primaire sont retournés en classe ce mardi 12 mai. Les jeunes écoliers et leurs enseignants doivent prendre de nombreuses précautions : lavage des mains réguliers, distanciation physique à respecter, port du masque recommandé pour les professeurs, un nombre d'élèves limité par classe... 130 000 enseignants étaient présents pour accueillir les écoliers, même si le gouvernement a laissé le choix aux parents de renvoyer leurs enfants sur les bancs de l'école ou non. Les collèges pourront rouvrir leurs portes à partir du 18 mai dans les départements classés en vert, mais pas dans ceux qui sont rouges. Malgré toutes ces mesures, certains enseignants et les syndicats dénoncent une rentrée "prématurée" alors que le coronavirus Covid-19 circule toujours activement dans l'Hexagone. Lundi matin, invité sur Europe 1, le ministre de L'Éducation Jean-Michel Blanquer a affirmé qu'il y avait "plus de risques à rester chez soi qu'à aller à l'école".

Déconfinement : l'alcool interdit sur les berges à Paris

Les images ont fait le tour des réseaux sociaux. De nombreux Parisiens se sont rejoints sur les quais du canal Saint-Martin lundi soir, sans forcément respecter les mesures de distanciation sociale... Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner n'a pas tardé à réagir et décidé de serrer la vis dans la capitale. "La réussite du déconfinement passe par la prudence et le civisme de chacun. Face à l'irresponsabilité de certains comportements, j'ai demandé au préfet de police d'interdire la consommation d'alcool le long du canal Saint-Martin et des voies sur berges", a-t-il affirmé sur Twitter.

Fin du confinement : les plages commencent à rouvrir

Après huit semaines, plusieurs plages du littoral atlantique ont rouvert ce mercredi 13 mai et d'autres devraient les suivre dans les prochains jours. L'annonce a été faite par le préfet de la Loire-Atlantique sur Twitter lundi soir à propos des plages de La Baule et de Pornichet. Elles seront désormais ouvertes de 8 heures à 21 heures. "Baignade et pêche autorisées", ajoute le préfet sur le réseau social, précisant que la "position statique" est interdite, tout comme les rassemblements de plus de 10 personnes.

 

Fin du confinement en France : toutes les attestations dont vous aurez besoin pour vous déplacer

Ne comptez pas sur le déconfinement pour mettre un terme aux attestations de sortie. Même passé le 11 mai 2020, il sera parfois nécessaire de montrer patte blanche pour pouvoir circuler. Et les forces de l'ordre pourront réclamer le précieux sésame qui a accompagné chacun des déplacements des Français depuis le 17 mars 2020. Pour l'heure, cependant, il n'est pas encore disponible sur le site du ministère de l'Intérieur, a fait savoir Christophe Castaner.

Cette nouvelle attestation permettra cette fois de quitter sa résidence et même de s'éloigner de son département d'origine. Quiconque entend dépasser 100 kilomètres devra s'en équiper. "Cette limite ne s'applique que si on quitte son département de résidence. Parcourir plus de 100 km au sein de son département de résidence reste possible", a précisé l'ancien socialiste.

"Soit c'est un trajet de plus de 100 km hors de son département de résidence et vous devrez fournir cette attestation remplie, soit c'est un trajet de moins de 100 km et un simple justificatif de domicile sera suffisant - l'attestation d'assurance, une facture, un chéquier", poursuit-il. Avant d'expliquer combien "le civisme et la responsabilité des Français" compteront pour maintenir le déconfinement. "Les contrevenants seront sanctionnés : le montant de l'amende ne change pas, 135 euros susceptibles d'augmenter en cas de récidive, a-t-il poursuivi. 

Fin du confinement : les annonces d'Edouard Philippe

Enfin un début de réponse. Deux semaines après l'allocution d'Emmanuel Macron sur le déconfinement, Edouard Philippe a dessiné les plans du gouvernement pour la sortie de crise. Pendant une heure et une minute, très précisément, le Premier ministre s'est adressé aux députés présents dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. Il a détaillé la ligne que comptait suivre l'exécutif à partir du 11 mai, répétant une nouvelle fois que "la vie d'avant" ne reprendrait pas son cours immédiatement. Une piqûre de rappel pour les Français qui attendent le 11 mai avec impatience. Comme prévu, six chantiers ont été évoqués par Edouard Philippe : l'école, le travail, les commerces, les transports, la santé et les rassemblements. Que faut-il retenir de ces premières mesures ?

Fin du confinement : éviter l'arrivée d'une seconde vague

Edouard Philippe s'est montré très ferme lors de son discours, assurant que le gouvernement comptait agir avec "prudence" et progressivement sur cette fin du confinement. Il n'a pas exclu la possibilité de confiner une nouvelle fois les Français si le "risque d'une seconde vague" ne pouvait être évité. D'ici le 11 mai, si les indicateurs ne sont pas au vert, alors "nous ne déconfinerons pas le 11 mai ou nous le ferons plus strictement".

Déconfinement : plus d'attestation de déplacement obligatoire

Vous pourrez de nouveau circuler librement dès le 11 mai, mais pas n'importe où. Vous n'aurez plus besoin d'attestation de déplacement dérogatoire, sauf pour tout déplacement à plus de 100 kilomètres du domicile, qui nécessiteront "un motif impérieux, familial ou professionnel". Vous pourrez également faire vos courses et pratiquer une activité sportive sans restriction, à condition de respecter les mesures de distanciation sociale.

Fin du confinement : le ministère de l'Intérieur encourage le port du masque

Le port du masque ne sera obligatoire que dans les transports, mais le ministère de l'Intérieur encourage vivement les Français à s'y mettre. C'est ce qu'a annoncé la place Beauvau à BFMTV, expliquant : "Il n'est pas envisagé pour l'heure de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public".

Sortie du confinement : votre département est-il en rouge ou en vert ?

Jeudi 7 mai, le gouvernement a dévoilé la carte cristallisée des départements de l'Hexagone, selon la circulation du virus sur leur territoire. Les départements en vert sont ceux où le Covid-19 circule le moins, contrairement à ceux en rouge. Voici la dernière version de cette carte : 

En fonction de la couleur de votre département, certaines mesures changent pour cette première phase du déconfinement. Les parcs et jardins des départements en vert sont ainsi autorisés à rouvrir, ce qui n'est pas le cas pour les départements en rouge.

Début du déconfinement : pourquoi avoir choisi la date du 11 mai ?

Pourquoi donc avoir choisi le 11 mai et pas le 12 ou le 14 ? Cité par LCI, l'entourage du président de la République affirme qu'"elle a été choisie en fonction de l'impératif sanitaire". Pour les scientifiques, c'est avant tout le nombre d'admissions aux urgences, et particulièrement en réanimation, qui est essentiel. La sortie du confinement ne signifie pas, pour autant, la fin de l'épidémie. Edouard Philippe a d'ailleurs rappelé dimanche 19 avril que le retour à "une vie normale" ne serait pas pour tout de suite.

Une sortie du confinement progressive : la stratégie de déconfinement du gouvernement

Déconfinement par secteur d'activité

Toutes les activités ne vont pas reprendre au même moment lors du déconfinement. Les lieux qui rassemblent du public, comme les restaurants, les cinémas, les musées, les salles de spectacle ne pourront pas rouvrir dès le 11 mai, selon le gouvernement. La sortie du confinement pourrait donc s'effectuer par secteur d'activité, puisque les commerces alimentaires seront autorisés à rouvrir après deux mois de fermeture.

"Stop and go" : allons-nous alterner entre confinement et déconfinement ?

Et si le déconfinement du 11 mai n'était pas éternel ? C'est la théorie du « stop and go » qui serait sur la table du gouvernement, selon Le Parisien. Cette stratégie vise à alterner les périodes de confinement et celles de déconfinement, de retour à une vie normale, en fonction de l'évolution de l'épidémie dans le pays.

"Stop and go" : et si vous étiez de nouveau confiné après le 11 mai ?"Stop and go" : et si vous étiez de nouveau confiné après le 11 mai ?Une deuxième vague de l'épidémie pourrait pousser le gouvernement à confiner une nouvelle fois les Français après le 11 mai. Explications.

Quelles seront les conditions sanitaires mises en place dès la sortie du confinement ?

Le port du masque "grand public" obligatoire dans les transports

Le port du masque sera-t-il obligatoire dès le 11 mai et la fin du confinement ? Lors de son allocution le 19 avril, Olivier Véran a annoncé que la France allait bientôt produire "17 millions " de masques grand public par semaine afin "d'équiper les Français qui le souhaiteront". Lors de son allocution du 28 avril, Edouard Philippe a confirmé que le port du masque sera bien obligatoire dans les transports.

Les masques grand public distribués depuis le 4 mai

Les Français ont enfin une date. Des masques leur seront distribués à partir du 4 mai, a annoncé Agnès Pannier-Runacher aux Échos vendredi 24 avril. "l'État contribuera à doter en masques grand public les citoyens dès que possible par les canaux de distribution les mieux adaptés. De premières expérimentations seront faites à partir du 4 mai", explique la secrétaire d'État. Elle précise que plusieurs modes de distribution ont déjà été "identifiés". "Le champ des possibles est très large et nous regardons toutes les hypothèses : pharmaciens, mairies, grande distribution, buraliste, plateforme Afnor, e-commerce, etc.", conclut-elle.

Masques vendus chez le buraliste : tout ce qu'il faut savoir

Des masques grand public seront vendus chez les buralistes quelques jours avant la fin du confinement en France. Dès le 30 avril, les professionnels pourront s'en procurer en priorité dans leurs bureaux de tabac pour un prix avoisinant les cinq euros. Les particuliers devront, eux, attendre le 4 mai pour pouvoir se procurer ces masques grand public.

Masques vendus chez le buraliste : prix, date, conditions… Tout ce que l’on saitMasques vendus chez le buraliste : prix, date, conditions… Tout ce que l’on saitMasques vendus chez le buraliste : prix, date, conditions… Tout ce que l'on saitDes masques grand public seront vendus dans les bureaux de tabac dès le 30 avril. Qui pourra les acheter ? À quel prix ?

Masques vendus en pharmacie : à quel prix ?

La vente des masques alternatifs est autorisée en pharmacie depuis le lundi 27 avril après la publication d'un arrêté au Journal officiel ce week-end. Ces modèles en tissu lavable homologué et réutilisable doivent être vendus à moins de cinq euros l'unité. Ils sont disponibles sans ordonnance.

Dépistage par des tests sérologiques

Ils sont considérés comme un outil important du déconfinement. Les tests sérologiques pourraient être une solution à la levée du confinement le 11 mai prochain. Emmanuel Macron a annoncé un recours généralisé aux tests sérologiques afin de tester les personnes présentant des symptômes du Covid-19 pour pouvoir ensuite les isoler. En quoi consistent-ils ? Auprès d'Europe 1, le docteur Claude Cohen, président du syndicat national des médecins biologistes, explique qu'ils "testent l'immunité pour identifier les personnes qui ont été, ou pas, immunisées". Le 28 avril, devant les députés, Edouard Philippe a fixé l'objectif de "700 000 tests virologiques" au moins par semaine à compter du 11 mai. Les laboratoires de recherche et les laboratoires vétérinaires seront désormais autorisés à en pratiquer.

Mise en place de l'application de tracking StopCovid ?

C'est une des pistes envisagées par le gouvernement. L'application disponible sur smartphone "STOP-Covid" permettrait d'être averti en cas de contact avec une personne malade du Covid-19. Sa possible mise en place divise la classe politique, au point qu'un débat sera organisé à l'Assemblée nationale puis au Sénat dans les prochains jours. En cause, le traitement qui serait fait des données personnelles et celle des libertés. L'affaire est donc loin d'être terminée et le débat ne fait que commencer.

StopCovid : comment fonctionne l'application qui doit vous dire si vous avez rencontré un malade ?StopCovid : comment fonctionne l'application qui doit vous dire si vous avez rencontré un malade ?Pour lutter contre le coronavirus Covid-19, l'État Français travaille actuellement à la réalisation d'une application très particulière. En effet, cette dernière alerte...

Aucun Français confiné après le 11 mai : Emmanuel Macron ne veut pas de discrimination

Trois pas en avant, deux en arrière. Emmanuel Macron a tenu à désamorcer la grogne qui pointait dans la population après les propos du professeur Jean-François Delfraissy sur le confinement des personnes âgées et fragiles, évoqué également par le président de la République. Vendredi 17 avril, l'Élysée indiquait qu'Emmanuel Macron "en appellera à la responsabilité individuelle" lors de la sortie du confinement en France. Mais certaines personnes pourraient bien continuer à être confinées au-delà du 11 mai. Il s'agit notamment des malades du Covid-19 qui pourront rester à leur domicile ou dans des hôtels ouverts spécialement pour eux. Les personnes à risque devraient également être invitées à rester chez elles au maximum, notamment celles atteintes d'une infection de longue durée, d'une faiblesse respiratoire et les femmes enceintes.

Réouverture des commerces et infrastructures à partir du 11 mai

Réouverture partielle des crèches, écoles, collèges et lycées

Les enfants, les collégiens et les lycéens vont retrouver les bancs de l'école. Lors de son allocution sur la fin du confinement lundi 13 avril, Emmanuel Macron a annoncé une réouverture "progressive" des établissements scolaires à partir du 11 mai. Dimanche 19 avril, Edouard Philippe a précisé les propos du chef de l'État, expliquant que toutes les écoles n'allaient pas rouvrir au même moment. "Toutes les écoles n'ouvriront pas partout le 11 mai et ne fonctionneront pas partout le 11 mai dans les conditions dans lesquelles elles fonctionnaient le 11 février ou le 11 janvier", a-t-il ajouté.

Lors de son allocution du 28 avril, Edouard Philippe a confirmé que les maternelles et les écoles primaires allaient rouvrir leurs portes de manière "très progressive" à partir du 11 mai. Les collèges, eux, pourront de nouveau accueillir leurs élèves "à compter du 18 mai" mais seulement dans les départements les moins touchés. Dans un premier temps, seuls les classes de 6e et de 5e seront concernées par cette ouverture. Pour les lycées, le gouvernement prendra la décision fin mai pour une possible réouverture au début du mois de juin.

Reprise des transports avec masques et gel : bus, métro, RER, trains, VTC, taxis et avions

Les transports ont une place centrale dans la question de la sortie du confinement puisque ce sont des lieux de proximité par excellence. Comment permettre aux Français de se déplacer sans qu'ils prennent de risques ? Edouard Philippe a annoncé le 28 avril que la capacité des transports publics serait réduite afin de respecter les distances de sécurité entre les individus. Et ce pendant au moins trois semaines après le 11 mai. "Il faudra condamner un siège sur deux, favoriser, par des marquages au sol, la bonne répartition sur les quais, se préparer à limiter les flux en cas d'influence", a ajouté Edouard Philippe.

Réouverture des salons de coiffure

Les salons de coiffure devraient faire partie des commerces autorisés à rouvrir le 11 mai prochain. De nombreuses mesures devraient être mises en place afin de permettre la distanciation sociale entre les clients et les salariés. Une personne par salon, des horaires plus étendus, des prestations uniquement sur rendez-vous ? Ces différentes pistes sont étudiées actuellement par la profession afin de permettre une reprise de l'activité en toute sécurité. Retrouvez l'interview de Christophe Doré, 1er vice-président de l'Union nationale des entreprises de coiffure.

Salons de coiffure : ce qu'il pourrait se passer dès le 11 maiSalons de coiffure : ce qu'il pourrait se passer dès le 11 maiINTERVIEW. Les salons de coiffure pourraient retrouver leur clientèle dès le 11 mai. Comment accueillir du monde tout en respectant les mesures de distanciation sociale ? C'est le défi des professionnels,...

Réouverture des bureaux de poste : quand ? Où ?

La Poste, qui a adapté son activité au confinement, devrait rouvrir l'ensemble de ses bureaux petit à petit sur le territoire d'ici la fin du mois d'avril. Le groupe a d'ores et déjà annoncé que la distribution du courrier passait de trois à quatre jours par semaine, du mardi au vendredi (inclus).

Sortie du confinement : qu'est-ce qui ne rouvrira pas le 11 mai ?

L'enseignement supérieur : universités, BTS… Une reprise des cours en septembre

Si les écoliers, les collégiens et les lycéens vont bien retrouver le chemin des cours à partir du 11 mai, ce ne sera pas le cas pour les étudiants des universités, BTS et autres écoles d'études supérieures. En effet, toutes les universités resteront fermées jusqu'en septembre. "Cette décision a été prise en raison du calendrier des formations du supérieur. Elles se terminent généralement la deuxième ou troisième semaine de mai, avant le démarrage des évaluations de fin de semestre. Il nous est donc apparu plus judicieux de terminer l'ensemble des formations du supérieur à distance et de prévoir une rentrée universitaire classique au début du mois de septembre", explique à 20 Minutes Annick Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur.

Les lieux de rassemblement publics resteront fermés : restaurants, bars, cinémas, salles de spectacles, musées, festivals…

Les lieux qui accueillent du public ne sont pas prêts de rouvrir leurs portes. Alors que les commerces alimentaires et non alimentaires vont pouvoir de nouveau accueillir leurs clients à partir du 11 mai, les cafés, restaurants et bars ne vont pas retrouver un rythme normal d'ici quelques semaines. Aucune date n'a, pour l'heure, été donnée sur la fin du confinement pour ces lieux et leurs équipes. Il en est de même pour les cinémas, les salles de spectacle et les musées, qui seront peut-être les derniers lieux autorisés à accueillir de nouveau les Français.

Lors de son allocution le 28 avril, Edouard Philippe a prévenu que "la vie sociale reprendra, mais progressivement". Les grands musées, les cinémas, les théâtres et les salles de concert resteront fermées "au moins jusqu'au 1er juin", tout comme les salles des fêtes et les salles polyvalentes. L'accès aux cimetières, médiathèques, bibliothèques et aux petits musées sera de nouveau autorisé.

Jusqu'à quand les frontières de l'espace Schengen seront-elles fermées ?

Pourra-t-on quitter l'espace Schengen à la sortie du confinement ? C'est une des questions que se posent les Français et auxquelles le gouvernement n'a pas encore apporté de réponse. Cité par BFMTV, le ministère des Affaires étrangères explique que "le sujet est européen". "On ne décide pas seuls, mais la question est de savoir jusqu'à quand elles resteront fermées", est-il ajouté. Mais que va-t-il se passer pour les frontières à l'intérieur de cet espace ? Pourrons-nous partir en vacances dans un autre pays européen ? L'exécutif n'a pas encore donné sa réponse mais les Français sont invités à privilégier les vacances au sein même de l'Hexagone.

Déconfinement et entreprise : le télétravail maintenu en Ile-de-France

Le télétravail va-t-il rester une habitude malgré la sortie du confinement ? C'est ce que souhaite Edouard Philippe. Le 28 avril, il a demandé "avec insistance" aux entreprises de maintenir le télétravail "partout où c'est possible", au moins "dans les 3 prochaines semaines". Le but étant de "limiter le recours aux transports publics" et de "limiter globalement les contacts". Pour les salariés ne pouvant pas avoir recours au télétravail, "la pratique des horaires décalés dans l'entreprise doit être encouragée", a ajouté le Premier ministre.

Le Premier ministre s'est également exprimé sur le chômage partiel, dont les mesures seront maintenues jusqu'au 1er juin. "Il nous faudra ensuite l'adapter progressivement, afin d'accompagner la reprise d'activité si l'épidémie est maîtrisée", a ajouté Edouard Philippe. 

Déconfinement : plus de détails "début juin" sur les vacances d'été

La question est de plus en plus pressante et le gouvernement sait qu'il doit y apporter des réponses. Lors de sa visite dans une école de Poissy (Yvelines), Emmanuel Macron a évoqué les congés estivaux des Français, estimant qu'"il est trop tôt pour dire si on pourra avoir des vacances". "On le saura début juin", a ajouté le chef de l'État. "On va limiter les grands déplacements internationaux, même pendant les vacances d'été. On restera entre Européens, peut-être faudra-t-il réduire un peu plus", a-t-il conclu lors d'une interview à la télévision.

En direct :

16/06/2020 à 15:30:00
Mardi 16 Juin 2020 : 15h30
Mardi 16 Juin 2020 : 15h38
Que se passera-t-il en cas de seconde vague ?

Certains pays font déjà face à une seconde vague de coronavirus. A quoi la France doit-elle s'attendre ?

16/06/2020 à 15:00:00
Mardi 16 Juin 2020 : 15h00
Mardi 16 Juin 2020 : 15h10
En Italie, un village garanti "sans Covid-19" vous propose de devenir propriétaire pour 1 euro !

Dans le Sud de l'Italie, une commune de la région de Calabre entend attirer de nouveaux habitants. Stratégie de Cinquefrondi ? Vendre des maisons à un prix symbolique, dans une région que peu touchée par la crise sanitaire. Réelle bonne affaire ?

16/06/2020 à 14:45:00
Mardi 16 Juin 2020 : 14h45
Mardi 16 Juin 2020 : 15h09
Les règles de distanciation physique s’appliquent-elles toujours ?

Le gouvernement a accéléré le déconfinement du pays, mais certaines mesures continuent de s'appliquer. Doit-on toujours respecter un mètre de distance avec les autres ?

16/06/2020 à 12:00:00
Mardi 16 Juin 2020 : 12h00
Mardi 16 Juin 2020 : 15h09
Allocution d'Emmanuel Macron : ce détail qui vous a échappé

Le président de la République a récemment pris la parole, pour détailler les prochaines étapes du déconfinement. Cependant, un détail a beaucoup gêné les internautes... Et lui a même volé la vedette.

16/06/2020 à 09:00:00
Mardi 16 Juin 2020 : 09h00
Mardi 16 Juin 2020 : 15h09
Bonjour et bienvenue dans cette édition spéciale

La France poursuit son déconfinement alors que le gouvernement a accéléré la fin de la deuxième phase avec l’annonce de nouvelles mesures. Retrouvez les dernières informations sur la suite du déconfinement et sur le coronavirus. 

Sortie du confinement et rassemblements à éviter : réunions de famille, mariages, enterrements…

Les grands rassemblements ne seront pas autorisés dès le 11 mai. En ce qui concerne les fêtes familiales, mais aussi les moments plus douloureux, qu'en sera-t-il ? La question est encore floue, alors que de nombreux Français attendent des réponses. "Il ne me paraît pas complètement raisonnable d'imaginer qu'un mariage qui rassemblerait 200 personnes dans un lieu confiné soit immédiatement envisageable", a expliqué le Premier ministre Edouard Philippe le 19 avril. Il a de nouveau évoqué cette question le 28 avril, expliquant que les rassemblements de plus de 10 personnes ne seraient pas autorisés dans l'immédiat.

Selon le professeur Jean-François Delfraissy, ces rassemblements familiaux et amicaux pourraient ne pas avoir lieu en France avant le mois de juillet. Invité sur BFMTV, le président du comité scientifique a déclaré : "Les grandes réunions familiales, les mariages, les anniversaires, doivent être évités". Selon lui, cette mesure pourrait durer... Deux mois, jusqu'au milieu du mois de juillet.