Ecouter l'article :

Certains établissements n'entendent pas fermer à 22h pétantes. Et, visiblement, ils ont trouvé la bonne astuce.
Covid : comment certains bars contournent les mesures de restrictionIstock

Il fallait y penser... et surtout avoir beaucoup de chance ! Plusieurs établissements de la Côte d'Azur vont pouvoir continuer à ouvrir passé 22h, en dépit des récentes annonces du ministre de la Santé et des solidarités. Pourtant, depuis le 23 septembres, onze métropoles françaises ont été placées en zone d'alerte renforcée, ce qui implique un certain nombre de restrictions. Que ces bars et bistrots contournent donc allégrement.

Le plus étonnant, cependant, c'est que ce qu'ils font est absolument légal, indique Capital. Avant eux, certaines boites de nuits parisienne ont d'ailleurs eu recours au même stratagème pour pouvoir ouvrir, en septembre dernier. Au risque donc, de devenir l'un des lieux de propagation de la CoVid-19.

Comment les bars de la Côte d'Azur contournent les normes

C'est un point de détail qui leur permet de continuer à ouvrir passé les heures officiels de fermeture. En effet, tous les établissements bénéficiant de licence grande restauration sont en droit d'ouvrir leurs portes. Or, en Côte d'Azur, si la raison sociale de l'entreprise comporte une "partie dédiée à la restauration" souligne le magazine économique de référence, cela suffit.

"On ne savait plus trop comment, il y a parfois dix ou quinze ans, on avait dé »fini notre activité. Or, on venait d'apprendre que, même si tu ne proposes que des cacahuètes ou si à partir de 22h tu ne sers plus que des coups à boire, il suffisait d'avoir déclaré 'saladerie' ou 'crêperie' ou autre dans le descriptif d'activité et tu pouvais rester ouvert", explique un tenancier qui a pu profiter de la combine.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.