Après sa comparse de fugue Louisa, c’est au tour d’Israé, suivie pour radicalisation, d’être retournée chez elle. Les deux adolescentes sont soupçonnées d’avoir voulu partir en Syrie.

Depuis samedi, les deux adolescentes de 16 et 15 ans en fugue étaient recherchées par la police et la gendarmerie, suspectées d’être "parties ou de vouloir partir en Syrie", où l’Etat islamique fait des ravages.

Dans l’après-midi de dimanche, l’une des deux mineures recherchées pour "fugue inquiétante", Louisa, est rentrée dans sa famille près d’Annecy, indique Métronews. "Ses parents ont alerté la gendarmerie pour dire qu'elle est rentrée vers 16 heures", a indiqué le parquet, précisant que l'adolescente était actuellement entendue par les enquêteurs. Selon le père de la jeune fille de 16 ans qui s’est confié à France 2, "elle a vu sa mère à la télévision et elle a laissé tomber sa copine".

Partir aider les enfants en Syrie, "pour servir une bonne cause"

Quant à sa copine âgée de 15 ans, Israé, elle est finalement retournée chez elle dimanche, peu avant minuit, comme l’a indiqué la gendarmerie nationale sur son compte Twitter. La jeune fille est considérée comme la plus radicalisée des deux. Elle avait était placée en foyer deux ans plus tôt, avec interdiction de sortie du territoire, après une tentative de départ en Syrie. "On ne sort pas facilement de cet engrenage (...) elle s'est fait embobiner", avait déploré la veille dans Le Parisien Nadia, la mère d'Israé, qui, deux ans plus tôt, avait déjà rattrapé sa fille in extremis à la gare ". "On est des gens d'origine musulmane mais laïcs. Ils lui avaient mis dans la tête qu'elle devait partir aider les enfants en Syrie, pour servir une bonne cause", avait encore expliqué Nadia. 

Publicité
Selon le ministère de l’Intérieur cité par Le Monde, quelque 867 adolescentes ont été signalées en France pour radicalisation. Les filles constituent la majorité (51 adolescentes) des 84 mineurs français présents en Syrie. 

Vidéo sur le même thème : Les enquêteurs tentent de comprendre les intentions de Louisa, jeune "radicalisée"

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité