Le premier tour de la primaire PS en vue des municipales de 2014 s’est déroulée ce dimanche à Marseille. La sénatrice Samia Ghali et le député Patrick Mennucci s’affronteront dimanche prochain. La ministre Marie-Arlette Carlotti, pourtant favorite, s’est inclinée mais dénonce une organisation « paramilitaire » du scrutin.

© AFP

C’est la sénatrice Samia Ghali qui est arrivée, ce dimanche soir, en tête des primaires socialistes pour les municipales de 2014. Avec 25,25% des voix, elle se place donc à la première place, suivie par Patrick Mennucci, qui a lui obtenu 20,65% des suffrages. La ministre Marie-Arlette Carlotti, pourtant donnée favorite, a elle été éliminée à l’issue de ce premier tour. Elle dénonce la victoire du « clientélisme » et accuse Samia Ghali d’avoir faussé les résultats en mettant à disposition des minibus pour acheminer les électeurs vers les bureaux de vote, et de les avoir rémunérés pour voter.

« Un fonctionnement à plein régime du clientélisme »« Nous avons assisté, au cours de cette journée, à un fonctionnement à plein régime du clientélisme » a-t-elle déclaré à l’issue du scrutin. « Personne n’avait vu jusqu’à présent ce système fonctionner avec une telle puissance, avec un tel sentiment d’impunité, à la vue de tous, avec des dizaines de minibus qui sillonnent la ville, avec des échanges d’argent, des intimidations. Toute une organisation que j’ai envie de qualifier de paramilitaire. Les moyens  déployés au cours de cette journée  interrogent sur un contournement possible des règles de financement » a estimé la ministre.

Publicité
« Madame Carlotti doit respecter la démocratie »De son côté, Samia Ghali s’est défendue de toute fraude. « Oui, il a fallu s'organiser pour aller voter, car les transports dans certains quartiers sont inaccessibles » a indiqué la sénatrice. « Madame Carlotti doit respecter la démocratie. Elle est ministre du gouvernement, et quand on est ministre du gouvernement et que les citoyens s’expriment, il faut le respecter » a-t-elle ajouté, réaffirmant qu’ « aucun acte de triche n’a pu être relevé ». Après l’annonce officielle des résultats, Marie-Arlette Carlotti a changé de ton, certains évoquant  un coup de fil de François Hollande destiné à éteindre l’incident. « Je prends acte des résultats. Je suis troisième juste derrière Patrick Mennucci. Je demande à mes amis, aux électeurs, de le soutenir au deuxième tour » a-t-elle annoncé.

Publicité