Législatives
Législatives : rien n'est gagné pour Manuel Valls à Évry
Selon un sondage Le Journal du Dimanche et Sud Radio, publié dimanche 28 mai, l'ancien premier ministre Manuel Valls pourrait se retrouver à égalité avec la candidate de la France insoumise lors du second tour des élections législatives dans sa circonscription d'Évry. 
Vidéos à la une
Le PS d'Indre-et-Loire réclame l'exclusion de Marisol Touraine après la publication de son affiche pour les législatives aux couleurs d'Emmanuel Macron.
Vidéos à la une
Interview de Christophe Counil, premier secrétaire du Parti Socialiste en Sarthe pour parler de la campagne pour les législatives. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Interview d'Olivier Pouvreau, journaliste politique sur la candidature de Marisol Touraine dans la 3ème circonscription d'Indre-et-Loire.
Vidéos à la une
Édouard Philippe, député-maire Les Républicains du Havre, a été nommé Premier ministre par Emmanuel Macron, ce lundi. Une nomination qui n'a pas surpris Jean-Luc Mélenchon. Le représentant de la France insoumise se voit comme le seul recours d'opposition: "La droite a été annexée avec un Premier ministre issu de ses rangs. Le Parti socialiste a déjà été absorbé". Du côté du Front national, on remet en cause le renouvellement annoncé par Emmanuel Macron: "Édouard Philippe a été du côté de Michel Rocard puis d'Alain Juppé. En terme de renouvellement, on fait mieux", estime Florian Philippot.
Vidéos à la une
Stéphane Le Foll était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce jeudi, sur BFMTV et RMC. Celui qui était ministre de l'Agriculture jusqu'à la démission du gouvernement, mercredi, est revenu sur les créations de nouveaux mouvements par Benoît Hamon, d'un côté, et Anne Hidalgo, de l'autre: "Face à l'enjeu des législatives, on pourrait attendre un peu plus de maturité (...) Plutôt que le dépassement du Parti socialiste aux travers de ces mouvements, on devrait penser au dépassement des égos".
Vidéos à la une
Ce mercredi 10 mai 2017, Charles Magnien s'est penché sur les faits marquants dans le monde politique. Hier Manuel Valls a annoncé qu'il se présentera aux législatives sous la bannière d'"En Marche !". Cependant, cette déclaration n'a pas été bien accueillie par les porte-paroles d'Emmanuel Macron qui ont réagi un peu froidement. De son côté, le Parti socialiste se prépare aux législatives avec son nouveau mot d'ordre: une gauche constructive. A découvrir également, les commerçants, chez qui le nouveau président et sa femme font leurs courses, nous révèlent la recette pour devenir président: un fromage doux, de la viande froide, de la salade et du yaourt bien liquide. - Chaque jour à 8h20 sur RMC, Charles Magnien décrypte la communication politique aux côtés de Jean-Jacques Bourdin.
Vidéos à la une
Le premier secrétaire du PS a réagi ce mardi au micro de BFMTV à la volonté de Manuel Valls de rejoindre le mouvement d'Emmanuel Macron, La République en marche, pour les élections législatives. "Si certains veulent se singulariser, qu'ils nous laissent travailler!", a lancé Jean-Christophe Cambadélis, confirmant qu'il était impossible d'avoir la double étiquette.
Vidéos à la une
Le député PS Alexis Bachelay a fustigé ce mardi sur BFMTV la volonté de Manuel Valls de rejoindre le mouvement d'Emmanuel Macron, La République en marche, pour les élections législatives. "Il s'en va pour des raisons de carrière et d'opportunisme", a-t-il dénoncé. "Tant que le PS était au sommet, il était au parti socialiste. Maintenant que nous connaissons des difficultés, dont il est en partie responsable, il quitte le navire. C'est triste et un peu pathétique", a étrillé l'élu des Hauts-de-Seine.
Vidéos à la une
Manuel Valls a annoncé, ce lundi, qu'il souhaitait être candidat pour la majorité présidentielle d'Emmanuel Macron, aux élections législatives de juin prochain. La candidature de l'ancien Premier ministre n'a pas encore été officialisé par la direction d'En Marche!. Pour Mathieu Hanotin, porte-parole de Benoît Hamon, cette annonce écarte de fait Manuel Valls du Parti socialiste: "Il faudra qu'il y ait face à Manuel Valls, un candidat de la gauche soutenu par le PS (...) Notre objectif est d'avoir une majorité de gauche à l'Assemblée nationale pour défendre les idées de la gauche. Manuel Valls n'est plus dans cette histoire-là", explique-t-il.
Vidéos à la une
Les élections législatives auront lieu les 11 et 18 juin prochain. Après son élection à la présidence de la République dimanche dernier, Emmanuel Macron souhaite se doter d'une majorité à l'Assemblée nationale. Pour cela, la République En Marche, nouveau nom de son mouvement, a décidé de faire confiance à des personnes de la société civile. Laetitia Avia, avocate, sera par exemple candidate à Paris. Elisabeth Toutut-Picard, directrice adjointe du CHU de Toulouse, a, quant à elle, été investie dans la Haute-Garonne.
Vidéos à la une
Interview de Jean-Patrick Gille, candidat (PS) aux législatives dans la première circonscription d'Indre-et-Loire qui annonce qu'il votera Emmanuel Macron au second tour des élections présidentielles.
Vidéos à la une
Au lendemain de la victoire d'Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, Christophe Castaner a abordé le sujet des élections législatives, ce lundi, sur BFMTV et RMC. Le porte-parole du fondateur d'En Marche! s'est exprimé au sujet des élections législatives. Il a affirmé que des candidats soutenus par le mouvement politique et issus du Parti socialiste ou des Républicains ne seront pas obligés de quitter leur parti. "Emmanuel Macron ne le demande pas. Ils pourront garder leur attachement mais ils doivent s'engager à soutenir le projet présidentiel et ils devront siéger dans le groupe majoritaire", a-t-il précisé.
Vidéos à la une
Interview de Sylviane Bulteau, candidate aux élections législatives sur la 2e circonscription de Vendée sur son engagement socialiste. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle, ce dimanche selon une estimation Elabe pour BFMTV à 20h. Benoît Hamon, le candidat socialiste, n'arrive qu'à la cinquième place avec environ 6,5% des voix. Le vainqueur de la primaire à gauche a appelé à voter pour le candidat En Marche!, le 7 mai prochain: "J'en appelle donc à battre le plus fortement possible le Front national en votant pour Emmanuel Macron. Même si celui-ci n'appartient pas à la gauche, je fais une distinction claire et totale entre un adversaire politique et une ennemie de la République".
Vidéos à la une
Dans le cadre de l'arrêt d'un minimum du Hamon Tour en Vendée, interview de Stéphane Ibarra, premier secrétaire de la fédération de Vendée du Parti Socialiste sur la réforme du revenu universel. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Rencontre avec de jeunes socialistes lors d'une opération de tractage au Mans dans le cadre des prochaines élections présidentielles. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Invitée de Jean-Jacques Bourdin ce mardi sur BFMTV et RMC, Aurélie Filippetti s'est dite "pas favorable" à l'exclusion de Manuel Valls du PS, malgré son soutien à Emmanuel Macron pour la présidentielle. "On n'est pas là pour couper des têtes", a affirmé la porte-parole de Benoît Hamon, qui déplore que les électeurs socialistes aient été "meurtris" par le choix de l'ancien Premier ministre.
Présidentielles
Le Parti socialiste est divisé, certains élus soutiennent Emmanuel Macron et d'autres le candidat de la gauche, Benoît Hamon. A quelques semaines du premier tour, il est temps de savoir qui vote pour qui. 
Vidéos à la une
La division s'installe de plus en plus au sein du parti socialiste. L'annonce par Manuel Valls de son soutien à Emmanuel à la présidentielle a provoqué un choc chez plusieurs membres de l'aile gauche. Plusieurs élus s'apprêtent à demander l'exclusion de l'ancien Premier ministre de ce parti. Le PS est-il mort ? Selon Laurent Neumann, ce n'est pas la question qui se pose. Il s'agit plutôt de savoir comment faire cohabiter des personnalités en profond désaccord à l'intérieur d'une même formation politique, un nouveau PS qui a réussi à enterrer son immobilisme. Eric Brunet, lui, doute de l'utilité de ce parti dans la société française d'aujourd'hui. Il fait appel à un parti réformateur. - Bourdin Direct, du vendredi 31 mars 2017, sur RMC.
Vidéos à la une
En meeting ce jeudi à Montpellier, Benoît Hamon a évoqué Emmanuel Macron. Un nom aussitôt hué par les militants présents dans la salle. "Ah non, par principe, on peut siffler l'extrême droite, la droite corrompue mais là... pas encore", s'est permis le candidat socialiste déclenchant quelques rires dans l'assistance. Il a également estimé "absurde et indigne" la phrase du candidat En Marche! qui souhaite "rompre avec la gauche de 1981 et la droite de 1934".
Vidéos à la une
Alors que Manuel Valls annonçait, ce mercredi sur BFMTV, son soutien à Emmanuel Macron pour la présidentielle, Benoît Hamon est allé chercher du réconfort dans le Nord, chez Martine Aubry. En meeting, mercredi soir, la maire de Lille ne s'est pas dite surprise du choix de l'ancien Premier ministre: "Qui se ressemble s'assemble". Les militants sont, eux, plus durs avec Manuel Valls que certains qualifient de "traître". Benoît Hamon est en nette baisse dans les derniers sondages. Avec 10% des intentions de vote, il est désormais devancé assez largement par Jean-Luc Mélenchon à 15%.
Présidentielles
Alors que Manuel Valls a annoncé ne pas voter pour Benoît Hamon à l'élection présidentielle, malgré son engagement pris pendant la primaire, une militante socialiste a estimé avoir été "victime d'un abus de confiance".
Vidéos à la une
La démarche est originale et les policiers qui ont reçu Sylvie Lyons-Noguier ce mercredi pour recevoir sa plainte, n'ont pu réprimer un sourire avant d'enclencher la procédure. Cette militante socialiste marseillaise porte plainte contre le Parti socialiste et la Haute autorité des primaires pour abus de confiance après la décision de Manuel Valls.
Vidéos à la une
Benoit Hamon était en déplacement à Douai, ce mercredi. Martine Aubry était à ses côtés lors d'une visite d'une usine. La maire de Lille a réagi au ralliement de Manuel Valls au candidat d'En Marches! Emmanuel Macron. "Je n'ai pas été surprise par la position de Valls, parce que qui ressemble s'assemble", a déclaré l'élue socialiste. "Quand on ne respecte pas la parole donnée, je pense à Macron vis-à-vis du président de la République ou de Valles, et que les valeurs et les idées passent au second plan, quand les intérêts personnels et l'envie du pouvoir sont en premier lieu et bien on se ressemble et on s'assemble", a-t-elle lâché remontée.
Vidéos à la une
L'ex-Premier ministre Manuel Valls votera pour Emmanuel Macron dès le premier tour de la présidentielle. Une défection de plus dans son propre camp pour le candidat socialiste Benoît Hamon. Un soutien supplémentaire pour le candidat du mouvement 'En Marche', toujours donné favori dans les sondages. 'Je pense qu'il ne faut prendre aucun risque pour la République. C'est pourquoi je voterai pour Emmanuel Macron,' a déclaré Manuel Valls sur BFMTV/RMC. Manuel Valls justifie son soutien face au niveau élevé du Front national dans les sondages. Après avoir 'remercié' son ancien chef du gouvernement sur Europe 1, Emmanuel Macron, a toutefois assuré qu'il serait 'le garant du renouvellement des visages, du renouvellement des pratiques'. Et son équipe n'a pas tardé à réaffirmer qu'il 'ne gouvernerait pas' avec Manuel Valls. A l'issue de la primaire socialiste Manuel Valls s'était pourtant engagé à soutenir le vainqueur, Benoît Hamon. Avec ce reniement il s'attire les foudres des socialistes. Le premier secrétaire du parti Jean-Christophe Cambadélis les appelle au calme. Le PS avait prévenu qu'il sanctionnerait les socialistes qui parrainent Macron. Donc pas de sanction contre Le Drian, Valls, Delanoë..- Renaud Pila (@renaudpila) 29 mars 2017 "Minable", "sans honneur"... La colère des soutiens de Hamon contre Valls https://t.co/saGtPotyYr- Marie Visot (@MarieVisot) 29 mars 2017
Vidéos à la une
Manuel Valls a annoncé, ce mercredi sur BFMTV, qu'il votera pour Emmanuel Macron, le 23 avril prochain, au premier tour de la présidentielle. Le 29 janvier dernier, il était battu au second tour de la primaire à gauche par Benoît Hamon. L'ancien Premier ministre avait alors "félicité chaleureusement Benoît Hamon, le candidat de (notre) famille politique (...) Il lui appartient de mener à bien la belle mission du rassemblement. Je veux lui souhaiter bonne chance pour le combat qui est devant lui".
Vidéos à la une
Manuel Valls a annoncé, ce mercredi sur BFMTV, qu'il votera pour Emmanuel Macron, le 23 avril prochain, au premier tour de la présidentielle. Après avoir dit qu'il se sentait "triste" de cette décision, Jean-Christophe Cambadélis, le patron du PS, a expliqué dans un communiqué que "ceux qui parrainent En Marche! ne peuvent plus se réclamer du Parti socialiste". Or, l'ancien Premier ministre n'a pas apporté son parrainage à Emmanuel Macron. "Manuel Valls ne semble pas être sanctionné et semble pouvoir apporter son simple soutien et sa simple voix (...) Il semble rester socialiste malgré tout", explique Camille Langlade, du service politique de BFMTV.
Vidéos à la une
Emmanuel Macron a dessiné, ce mardi en conférence de presse, les contours de la majorité sur laquelle il s'appuiera s'il était élu, le 7 mai prochain: "Chacun sera investi sous la bannière de la majorité présidentielle et devra se rattacher politiquement et administrativement à cette majorité". Une sortie qui n'a pas satisfait Jean-Christophe Cambadélis, invité de Ruth Elkrief, ce mardi sur BFMTV. L'ancien Premier secrétaire du Parti Socialiste a notamment évoqué une " énorme faute politique". "Comment, alors qu'il n'est pas encore élu, il définit sa majorité présidentielle? À un mois du scrutin? Mais c'est un délit de démocratie", a-t-il estimé.
Insolite
Une marque californienne propose des t-shirts ornés du logo du Parti socialiste. Une nouvelle mode qui fait fureur chez les "hipsters" aux Etats-Unis.

Pages

Publicité