Vidéos à la une
Emmanuel Macron a dessiné, ce mardi en conférence de presse, les contours de la majorité sur laquelle il s'appuiera s'il était élu, le 7 mai prochain: "Chacun sera investi sous la bannière de la majorité présidentielle et devra se rattacher politiquement et administrativement à cette majorité". Une sortie qui n'a pas satisfait Jean-Christophe Cambadélis, invité de Ruth Elkrief, ce mardi sur BFMTV. L'ancien Premier secrétaire du Parti Socialiste a notamment évoqué une " énorme faute politique". "Comment, alors qu'il n'est pas encore élu, il définit sa majorité présidentielle? À un mois du scrutin? Mais c'est un délit de démocratie", a-t-il estimé.
Insolite
Une marque californienne propose des t-shirts ornés du logo du Parti socialiste. Une nouvelle mode qui fait fureur chez les "hipsters" aux Etats-Unis.
Vidéos à la une
Scotché à la quatrième place dans les sondages, attaqué par Manuel Valls, Benoît Hamon a réussi à remplir Bercy où il a prononcé un discours vibrant, ancré à gauche, avec l'espoir d'impulser un nouvel élan à sa campagne. "Tout commence aujourd'hui, tout commence avec vous, tout commence par vous", a clamé le candidat socialiste à la tribune, visiblement très ému, sous les vivats de quelque 20.000 personnes.
Vidéos à la une
Pour son premier grand meeting de campagne, pari réussi pour Benoît Hamon. Dimanche, environ 25 000 personnes se sont rendus à Paris pour soutenir le candidat socialiste à l'élection présidentielle française. #Présidentielle. À Bercy, Benoît #Hamon dénonce un "parti de l'argent" qui a "trop de candidats". > francebleu : https://t.co/2yH6feKxuD pic.twitter.com/O0fvY6ea3g- Visactu (visactu) 19 mars 2017 Une opération de remobilisation alors que la gauche de gouvernement reste passablement divisée après le non-soutien de Manuel Valls. Face à Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon s'est aussi présenté comme l'unique candidat de la gauche. Benoît Hamon : 'Le parti de l'argent a trop de candidats dans cette élection. Il a plusieurs noms, plusieurs visages, il a même plusieurs partis. Comme une pieuvre, l'argent a mis son emprise sur cette election. Ma famille, mon identité, ma vie, c'est la gauche, mon combat c'est la gauche, ma fierté c'est la gauche'. Largement distancé dans les sondages par Emmanuel Macron, Benoît Hamon n'a pas épargné son rival qu'il accuse sans le nommer de faire le jeu de Marine Le Pen. Benoît Hamon : 'Comment le programme libéral qui a fait prospérer l'extrême droite dans toute l'Europe serait aujourd'hui le mieux placé pour faire barrage au Front national ?' Selon un sondage Odoxa publié dimanche, Benoît Hamon a encore perdu du terrain : le candidat reste en quatrième position à 35 jours du premier tour de scrutin. Benoît Hamon tient un grand meeting à Paris. L'éditorial de LTwerly: Des socialistes épuisés par le pouvoir https://t.co/BfX53DDJy0 pic.twitter.com/6NLeqN9eAU- Le Temps (letemps) 19 mars 2017 Avec Agences
Vidéos à la une
Le maire du Mans Jean-Claude Boulard est menacé d'expulsion du Parti Socialiste après avoir apporté son soutien à Emmanuel Macron au détriment de Benoît Hamon, le candidat officiel du parti. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Politique
Fatoumata Koïta, une élue du Parti socialiste, vient d'être condamnée pour avoir détourné de l'argent d'un député dont elle était l'assistante parlementaire. Elle a dépensé au total 13 000 euros pour des achats personnels.
Vidéos à la une
Jean-Luc Mélenchon était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce vendredi, sur RMC et BFMTV. Le candidat de la France insoumise a rappelé qu'il refusait une quelconque alliance avec le candidat socialiste, Benoît Hamon: "Je n'éprouve pas le besoin de répondre aux socialistes qui me font la danse du ventre traditionnelle (...) Nous n'en sommes plus de cette période très datée où il suffisait qu'un socialiste apparaisse pour que tout le monde l'acclame aussitôt".
Vidéos à la une
Benoît Hamon présente son programme depuis la Maison de l'architecture à Paris, ce jeudi. Le candidat socialiste interdira, s'il est élu le 7 mai prochain, "les perturbateurs endocriniens". "Un certain nombre de ces perturbateurs sont responsables de nombreuses maladies chroniques, de nombreux disfonctionnements des systèmes hormonaux qui affectent notamment les enfants et d'un coup social considérable", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Silencieux depuis sa défaite au second tour de la primaire à gauche, Manuel Valls pourrait, selon certaines sources, prochainement appeler à voter Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle. Et ce alors qu'il avait apporté son soutien à Benoît Hamon, au soir de sa défaite. L'ancien Premier ministre a démenti, ce lundi, cette information mais il pourrait être séduit par ce choix de soutenir le candidat d'En Marche! comme l'explique Laurent Neumann: "Il y a un dilemme. Marine Le Pen est très haute. Elle est aux portes du pouvoir. Même si François Fillon est face à elle, Manuel Valls n'est pas sûr qu'il pourrait l'emporter. Donc il faudra faire un choix". "Pour le moment, il dément absolument apporter son soutien à Emmanuel Macron", indique cependant l'éditorialiste politique.
Vidéos à la une
Emmanuel Macron a répondu, ce vendredi, à Benoît Hamon qui a qualifié son projet de "marche-pied" au FN, jeudi sur France 2: "Je le remercie pour cette formidable publicité (...) Les candidats de gauche et les journaux de gauche passent leur temps à dire que je suis de droite. Les candidats de droite et les journaux de droite passent autant de temps à dire que je suis la gauche. On doit être dans le vrai donc on va continuer".
Vidéos à la une
Hamon innove. Le candidat de la gauche, actuellement placé en quatrième position selon les sondages au premier tour de la présidentielle, Benoît a lancé récemment un nouveau style de meeting, "participatif". Le principe est simple: un numéro est tiré au sort, il correspond à une personne présente dans le public. Celle-ci peut alors poser une question directement au candidat. Sans aucune note, Benoît Hamon apporte alors sa réponse. Et la méthode plaît au public.
Vidéos à la une
En meeting à Marseille ce mardi, Benoît Hamon s'en est pris directement à Emmanuel Macron dont il n'a pas estimé le projet "sérieux". "Monsieur Macron, vous manquez du plus élémentaire sens de la justice sociale (...) Emmanuel Macron, c'est le candidat chimère. Une chimère telle que décrite par Homère: un lion devant, un dragon derrière, une chèvre au milieu", a déclaré le candidat socialiste à à la présidentielle.
Vidéos à la une
Manuel Valls ne comprend pas l'accord que Benoît Hamon a passé avec Yannick Jadot. Cela pourrait marquer le début de l'explosion du Parti socialiste si le candidat de la gauche n'arrive pas à remonter dans les sondages. Pour Renaud Dély, on va vers un divorce idéologique entre les deux fronts du PS. Cette situation s'est d'ailleurs déjà produite pendant le quinquennat de François Hollande. Eric Brunet, lui, trouve que la gauche d'alternance est en train de prendre une direction très curieuse. C'est normal que Manuel Valls s'en inquiète. - Bourdin Direct, du mercredi 1er mars 2017, sur RMC.
Vidéos à la une
Benoît Hamon a réagi, ce mardi, aux récentes déclarations de Jean-Marie Le Guen qui estimait que le candidat socialiste à la présidentielle menait "un programme de rupture avec sa famille politique". Le vainqueur de la primaire à gauche s'est exprimé à la sortie d'une réunion politique. "J'avance. Je suis un homme libre. Je n'abdiquerai pas ma liberté surtout celle qui m'a fait gagner la primaire" a-t-il assuré avant d'affirmer que "l'on avait parlé de la campagne et du danger de l'extrême droite (...), il y a un grand danger qu'elle puisse gagner et je pense que je suis le mieux à même de l'en empêcher."
Politique
L'aile droite du Parti socialiste revendique "un droit de retrait" de la campagne présidentielle, estimant que les conditions de soutien à Benoît Hamon, vainqueur de la primaire de gauche, ne sont pas réunies.
Revue du web
Avec Atlantico
Quels sont les 5 arguments que Manuel Valls aurait pu opposer à Benoît Hamon pendant les débats au cours de la primaire citoyenne ?
Revue du web
Avec Atlantico
Il y a une logique politique qui est issue du premier tour qui s'est quasiment transposée. Avec des électeurs qui ont apprécié chez Hamon une ligne politique qui apparaît comme relativement claire contre une autre, moins claire, celle de Manuel Valls.
Revue du web
Avec Atlantico
Quels sont les 5 arguments que Manuel Valls aurait pu opposer à Benoît Hamon pendant les débats au cours de la primaire citoyenne ?
Politique
Le candidat socialiste Benoît Hamon a remporté dimanche soir la primaire de la gauche face à Manuel Valls, avec 58,65% des suffrages selon des résultats partiels. Retrouvez les résultats et discours du second tour. 
Société
Lors d'une interview du vainqueur du premier tour de la primaire, dimanche soir, Cyrille Eldin, animateur du "Petit Journal" (Canal +), et une journaliste de l’émission "Quotidien" (TMC) en sont presque venus aux mains. 
Politique
Si l’on retient surtout la victoire de Benoît Hamon au premier tour de la primaire, de nombreux dysfonctionnements dans les urnes ne sont pas passés inaperçus. 
Politique
Près de 90 000 personnes ont déjà signé cette pétition qui appelle l'ancienne garde des Sceaux à se présenter à la primaire de la gauche.
Vidéos Argent/Bourse
Demain soir Emmanuel Macron tiendra son premier grand meeting pour son mouvement "En Marche". 2000 inscrits seront présents à la Mutualité à Paris. Là-bas, le Ministre de l'économie va prendre le pouls de son mouvement, et esquisser les grandes lignes de son projet.
Vidéos à la une
Ce jeudi 7 juillet, la France rendait hommage à Michel Rocard, décédé cinq jours auparavant à 85 ans. Après une cérémonie religieuse et un hommage national aux Invalides, une ultime commémoration a eu lieu au siège du Parti socialiste, Rue de Solférino, à Paris. Ministres, aubristes, frondeurs, toute la famille socialiste était réunie dans cet endroit mythique. A la tribune, Manuel Valls a appelé à éviter les querelles d'héritage. "Le rocardisme est cette part du socialisme qui n'est la propriété de personne", a déclaré le Premier ministre.
Vidéos à la une
Benoît Hamon, député PS des Yvelines, a réagi vendredi sur BFMTV au choix des Britanniques de sortir de l'Union européenne. "Le directoire franco-allemand a échoué. Il a été incapable, que ce soit à droite, comme à gauche, d'amorcer la réorientation de la construction européenne", a-t-il analysé. "Il faut un peu plus qu'un voyage à Berlin, un peu plus qu'une initiative franco-allemande", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Lors d'un déplacement à Arcachon ce jeudi pour une séance de dédicaces et un meeting, Nicolas Sarkozy a critiqué la politique menée par l'exécutif. "Quand on ment aux Français, on récolte la colère. Quand on dit ce qu'on pense, il peut y avoir des mécontentements, mais il n'y a pas la violence", a estimé le chef de file des Républicains. "La France aujourd'hui est dans une situation que plus personne ne contrôle. Quelle impression de désordre, d'absence complète de ligne politique, d'autorité, dans le pays qui est le nôtre", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, s'en est pris, mardi sur BFMTV, à Gérard Filoche après ses propos polémiques sur Twitter. Le membre du bureau national a commenté l'intention du gouvernement de forcer les manifestants anti-loi travail à se rassembler de manière statique. "Se rassembler sur une place, une nasse, c'est s'exposer à se faire rafler et tabasser. Si les stades étaient libres, ils l'auraient suggéré", a-t-il écrit. "Gérard Filoche est vraisemblablement candidat (ndlr, à la primaire organisée par le PS), même s'il fait tout pour se faire virer du parti socialiste ces derniers temps. Ces dernières déclarations indiquant qu'une manifestation statique, cétait une rafle ou une préfiguration de manifestants dans un stade est inadmissible. Je lui demande solennellement de revenir sur ses propos", a tempêté le patron des socialistes.
Vidéos à la une
Matteo Renzi a perdu lors des municipales partielles à Rome et Turin. Alors qu'il y a un an, le président du Conseil italien et le Premier ministre français voulaient reformer la vieille Europe, le résultat n'était pas satisfaisant. En Italie, malgré la baisse du taux de chômage, l'économie est toujours en panne. Ce qui explique la déception des électeurs italiens envers le président du conseil italien. D'après Hervé Gattegno, Matteo Renzi n'est plus un modèle pour le PS mais plutôt un avertissement. La gauche devrait tirer une leçon de cette défaite. - Bourdin Direct, du mardi 21 juin 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
C'est officiel, une primaire déterminera le candidat socialiste pour la présidentielle de 2017. On pourrait croire que c'est une manoeuvre de Jean-Christophe Cambadélis pour avantager François Hollande, mais il n'en est rien. La primaire est l'unique chance du PS d'avoir un candidat au deuxième tour en 2017. Si elle est bien organisée, elle peut mettre de la cohérence au sein du parti. Et bien qu'on ait entendu ces derniers temps que cette primaire était un piège tendu par François Hollande à ses adversaires, rien ne dit que ce n'est pas lui-même qui va tomber dedans. - Bourdin Direct, du lundi 20 juin 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Education, a indiqué jeudi soir sur BFMTV que les risques de retard en raison des grèves de transports seront pris en compte pour les lycéens qui passent le bac. "Nous avons pris toutes les dispositions pour que les épreuves se passent dans les meilleures conditions possibles. On a donné aux lycéens et à la famille de prendre toute leurs précautions", a-t-elle indiqué. "S'ils étaient très nombreux à connaître des difficultés pour arriver à l'heure en raison des grèves ou d'un événement climatique, des consignes de tolérance ont été passées aux centres d'examens", a-t-elle ajouté.

Pages

Publicité