Mission pédagogie pour François Hollande, qui a tenté ce dimanche soir dans Capital de défendre la politique menée par son gouvernement, mais surtout de rassurer les Français sur les questions qui les préoccupent le plus : le chômage, le pouvoir d’achat ou encore les retraites.

« Vous croyez que je ne l'ai pas vue, la crise ? » Invité dimanche soir de Capital, François Hollande a répondu aux questions de Thomas Sotto. Thème de l’émission : « La France en panne : comment faire sauter les verrous ? » Le président de la République a donc tenté de faire de la pédagogie pour expliquer sa politique aux Français, et surtout les rassurer sur l’efficacité des mesures prises par le gouvernement.

« Ce n'est pas le rythme des réformes qui est jugé trop lent »Se défendant  d’être dépassé par la situation, notamment économique, du pays, François Hollande a déclaré ne pas flancher face à la crise. « Je l'ai prise en pleine face pendant la campagne présidentielle, ensuite le vent a soufflé plus fort » a-t-indiqué, affirmant comprendre « les impatiences » des Français. « Ce n'est pas le rythme des réformes qui est jugé trop lent, ce sont les résultats qui tardent » a estimé le chef de l’Etat. Pour autant, il a rappelé et défendu  les mesures prises par le gouvernement, tentant de rassurer sur les questions qui préoccupent le plus les Français.

Publicité
Emploi et pouvoir d’achatSur la question de l’emploi, et malgré les prévisions en berne des experts, François Hollande le maintient : la courbe du chômage s’inversera d’ici la fin de l’année. « La seule façon de créer de l'emploi c'est la croissance. Elle n'est pas là depuis deux ans. Mon objectif c'est de recréer de la croissance » a-t-il indiqué, rappelant que « les réformes ont été lancées ». Le chef de l’Etat souhaite aller encore plus loin, et faire en sorte de « créer des emplois aidés, mais des emplois utiles, qui forment le jeune », « faire davantage » aussi pour que « Pôle emploi soit plus efficace ». Autre objectif du gouvernement : « donner du pouvoir d'achat ». Un but que devraient permettre d’atteindre « le pacte de compétitivité » ainsi que « les emplois d'avenir et les contrats de génération », mais aussi « les fonds de participation des salariés » qui « pourront être libérés tout de suite sans impôts dessus ». Réforme des retraitesAutre sujet d’inquiétude majeure : les retraites et la réforme en cours. François Hollande a confirmé que la durée de cotisation serait allongée. « Dès lors que nous vivons plus longtemps, notre durée de cotisation doit suivre » a indiqué le chef de l’Etat, qui veut « harmoniser, simplifier, rendre juste », réaffirmant que « tout le monde fera des efforts ». Sur la question des allocations familiales, François Hollande a redit qu’il avait « pris la mesure la plus juste, la plus efficace et la plus rapide » sans écarter pour autant toute nouvelle augmentation d’impôts. Des mesures en faveur du logementSur le terrain du logement aussi, le président de la République s’est voulu rassurant. « Mme Duflot va faire voter une loi à la rentrée pour que les propriétaires soient assurés d'être payés » a-t-il indiqué. François Hollande a également annoncé la mise en place d’un abattement fiscal sur les plus-values réalisées lors de cessions immobilières, et ce dès 2014. « On n'aura plus besoin d'attendre 30 ans pour être exonéré d'impôt » a-t-il indiqué. « On va ramener ça à 22 ans, ce qui était le système précédent, et il y aura même un abattement exceptionnel pour l'année 2014 ».  

 
Publicité