Actualités
Le gouvernement a mis en ligne un site permettant d’évaluer ses droits à 15 aides nationales et 9 aides locales. Explications.  
Société
La mère de deux enfants de 8 et 6 ans ne percevait plus d’allocations depuis qu’elle touchait une aide belge pour enfant handicapée pour sa fille trisomique. 
Vidéos Argent/Bourse
Marine Le Pen n'arrive pas malgré ses efforts à se tailler un costume de chef d'État. Dans tous les pays qu'elle visite, ses origines frontistes la desservent.
Vidéos à la une
Il y a deux ans, François Hollande promettait de ne pas réduire les allocations chômages. Le gouvernement aurait-il fait marche arrière ? Depuis plusieurs semaines, trois de ses ministres ont évoqué la dégressivité de l'allocation chômage. Le but : alléger la dette de l'Unedic, qui indemnise les chômeurs. En général ceux-ci perçoivent 72% de leurs anciens salaires. Pourtant, la dégressivité pratiquée de 1992 à 1996 aurait ralenti le retour à l'emploi, selon l'Insee.
Actualités
Le divorce rompt le lien conjugal, mais certains de vos droits aux prestations sociales peuvent se maintenir, que cela soit temporaire ou illimité. Revue de détails. 
Vidéos à la une
Ce mardi, les allocations de rentrée scolaire ont été versées à 3 millions de familles. Marina, maman d'un petit garçon a pris pour habitude d'étaler l'achat des fournitures scolaires sur les trois mois d'été. Histoire de faire passer la note plus facilement.
Vidéos à la une
L'allocation de rentrée scolaire, qui bénéficie à cinq millions d'enfants et adolescents, sera versée ce mardi, a annoncé le ministère des Affaires sociales. Le montant versé par enfant et par an reste de 363 euros pour les six-10 ans, 383 euros pour les 11-14 ans et 396 euros pour les 15-18 ans.
Vidéos à la une
A partir de ce mercredi, certaines familles vont toucher des allocations familiales diminuées. Jusqu'à présent, tous les foyers touchaient les mêmes montants. Mais ce n'est plus le cas puisque 500.000 familles percevront à la rentrée des prestations divisées par deux ou par trois, en fonction de leurs revenus. "On a touché à un symbole très fort du contrat social en France", estime Aminata Koné, responsable à la confédération syndicale des familles. "Nous demandons à ce que les allocations familiales soient totalement universelles car les familles avec un seul enfant ne les perçoivent pas", indique-t-elle. "La redistribution se fait par l'impôt et le gouvernement n'a pas eu le courage de faire une réforme fiscale", ajoute Aminata Koné.
Vidéos à la une
Le montant des allocations familiales va diminuer et être calculé en fonction des revenus de la famille. Les ménages dont les revenus dépassent certains seuils. A partir de 5.600 euros net par mois, les prestations seront divisées par deux. Pour 7.500 euros ou plus, elles seront divisées par quatre. Pour les plus modestes en revanche, le montant habituel ne change pas. Un nouveau mode de calcul mis en place par le gouvernement et un manque à gagner pour un demi-million de foyers.
Actualités
500 000 familles voient à partir du 5 août le montant de leurs allocations familiales fortement baisser. Explications.  
Vidéos à la une
La réforme des allocations familiales est entrée en vigueur ce mercredi. Les allocations familiales étant versées désormais en fonction des revenus, la modulation touche surtout les familles nombreuses ou aisées. Une mesure qui recueille le soutien du député PS de la Mayenne Guillaume Garot, mais qui déplaît au député Les Républicains de Seine-et-Marne Franck Riester.
Actualités
Le 1er juillet 2015 sera une journée de nombreux changements pour les Français, avec l’entrée en vigueur de nouvelles mesures. Planet.fr fait le point. 
Vidéos Auto
Comme chaque année, le 1er juillet marque l'entrée en vigueur de mesures qui impactent notre vie quotidienne. Elles concernent par exemple les allocations familiales divisées par deux pour des familles avec deux enfants dont les revenus annuels sont supérieurs à 67.140 euros. D'autres réformes vont être engagées dans différents domaines comme le tiers payant ou encore la sécurité routière. Découvrez en quoi elles consistent.
Vidéos à la une
Invitée à s'exprimer ce dimanche dans le Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, la secrétaire d'Etat chargée de la famille a répondu aux critiques sur la modulation des allocations familiales.
Vidéos à la une
La France est très généreuse en termes d'allocation logement: les Aides personnalisées au logement (APL) représentent un budget de 17 milliards d'euros pour l'Etat. Le gouvernement privilégie plusieurs pistes pour économiser un milliard, comme l'arrêt de ce versement aux propriétaires d'une résidence secondaire.
Vidéos à la une
A partir de juillet, les prestations familiales seront divisées par deux à partir de 6.000 euros de revenus nets par mois, et par quatre dès 8.000 euros. Natacha Valla, directrice adjointe du CEPII, s'est interrogé dans Le Club de l'Economie sur LCI pour savoir si la question de la réduction des dépenses sociales pouvait peser sur la démographie notamment.
Vidéos à la une
Depuis leur généralisation en 1932, les allocations familiales étaient versées sans condition de ressource. Ce sera fini dès le 1er juillet. Pour réduire les déficits, les familles les plus aisées toucheront moins. Par exemple, cette famille qui gagne 8.000 euros à deux verra ses allocations familiales divisées par quatre.
Actualités
Dès juillet, 10% des 5 millions d’allocataires vont être touchés par la modulation des allocations familiales, soit environ 505 000 familles françaises, selon un rapport de la CNAF. 
Actualités
Si certaines allocations familiales voient leur montant être relevé, il n’y aura au contraire aucune revalorisation des pensions de retraite. A retenir également une hausse des prix du gaz et des carburants. 
Actualités
Malgré de fortes contestations, la modulation des allocations familiales en fonction des revenus a été votée à l'Assemblée nationale en décembre 2014, et entrera en vigueur en juillet prochain. Découvrez ce que cela va changer concrètement. 
Vidéos à la une
Mardi 25 novembre au soir, lors du débat en deuxième lecture du projet de loi de financement de la sécurité sociale, des députés UMP ont tenté de faire passer leur amendement anti-modulation des allocations familiales en entrant dans l'hémicycle quelques instants avant son vote. Une technique connue sous le nom de "coup du rideau" et qui est utilisée pour créer le surnombre. A leur entrée, ils sont copieusement hués par les députés socialistes présents. La ministre de la Santé Marisol Touraine, tente même de demander une suspension de séance, mais le député UMP Marc le Fur, qui préside le débat, n'en tient pas compte. L'amendement est soumis au vote et le résultat n'est pas celui espéré par les députés UMP : 128 votants, 128 voix exprimées. 64 voix pour, 64 voix contre. Match nul, mais l'amendement n'est pas adopté car la majorité absolue de 65 voix n'est pas atteinte. Une défaite pour l'UMP. Du coté des élus socialistes, on applaudit et on se moque.
Vidéos à la une
600 000 familles françaises vont voir leurs allocations familiales amputées. Pendant ce temps, tous les fonctionnaires de France cumulent deux aides : la CAF et le SFT (supplément familial de traitement). Cette dernière aide, uniquement versée aux agents publics, coûte 2,3 milliards d'euros aux contribuables.
Vidéos à la une
L'Assemblée nationale a voté vendredi la modulation des allocations familiales. Dans le cadre de la loi sur la sécurité sociale, les députés ont validé hier une division des prestations dès 6000 euros de revenus, et à partir de juillet prochain.
Vidéos à la une
L'Assemblée nationale a voté vendredi soir la modulation des allocations familiales, dans le cadre du projet de loi sur la sécurité sociale. A partir de juillet 2015, elles seront divisées en fonction des revenus à partir de 6000 euros par mois et par quatre au-delà de 8.000. Mode d'emploi d'un dispositif qui touchera quelque 600.000 familles.
Politique
L'Assemblée nationale a voté ce ve,dredi l'amendement prévoyant la modulation des allocations familiales en fonction des revenus. En pratique, les familles dont les revenus mensuels dépassent les 6 000 euros verront leurs allocations divisées par deux.
Vidéos à la une
Nicolas Doze revient sur le débat autour de la modulation des allocations familiales en fonction des revenus. Selon lui, les frondeurs ont compris que cette décision sur les allocations est une vraie révolution fondamentale irréversible.
Vidéos à la une
Invité de Politique Matin face au sénateur FN David Rachline, Erwann Binet a donné son point de vue sur la modulation des allocations familiales, en citant son propre exemple : "La politique familiale est captée par les plus riches. Je touche 755 euros par mois d'allocations familiales alors que mes revenus de députés s'élèvent à plus de 5000 euros et je trouve ça injuste !" Le député PS a ensuite ajouté : "il y a des familles qui ont besoin de cet argent pour acheter de la nourriture, quand d'autres s'en servent pour partir au bout du monde ou payer des écoles privées !"
Vidéos à la une
Interrogée lundi 20 octobre sur le plateau de Parlement'Air, la ministre PRG du Logement, Sylvia Pinel, a affirmé que la modulation des allocations familiales, décidée par le gouvernement la semaine dernière, faisait partie de l'accord entre le Parti radical de gauche et Manuel Valls. Elle a commencé par exprimer l'attachement des radicaux à la mesure :"La question de la modulation des allocations familiales c'est revenir aux principes de redistribution et de progressivité qui sont chers aux radicaux". Sylvia Pinel souligne de cette manière les convergences entre les députés PS, qui était les premiers à porter la mesure, et le PRG. La ministre du Logement va plus loin en annonçant que les radicaux ont fait une demande sur le sujet à Manuel Valls : " Sur l'essentiel, nous sommes d'accord et cela faisait d'ailleurs partie des demandes que nous avons fait au Premier ministre" Le Parti radical de gauche avait menacé une nouvelle fois de quitter le gouvernement sous l'impulsion de son président Jean-Michel Baylet, mardi 8 octobre. Après s'être entretenu avec Manuel Valls la semaine dernière, ils ont finalement jugé vendredi qu'ils avaient obtenu satisfaction sur plusieurs de leurs revendications et ont donc décidé de rester au gouvernement.
Vidéos à la une
Emmanuel Macron, invité du Grand Jury dimanche, a justifié la modulation des allocations familiales en fonction du revenu. "Il y a un déficit de la branche famille donc il faut agir", a affirmé le ministre de l'Economie. "Je sais que pour les familles touchées par cette mesure, c'est difficile", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Dès le 1er juillet prochain, les allocations familiales seront modulées en fonction des revenus. C'est Marisol Touraine, ministre de la Santé qui en a fait l'annonce. Cette mesure pourrait permettre d'économiser 400 millions d'euros dès la première année.

Pages

Publicité