Près de deux mois après les élections municipales, de nombreux maires ont décidé de diminuer leurs indemnités pour "montrer l’exemple". Certains d'entre eux auraient cependant trouvé une parade pour compenser "ce manque à gagner". Plus de détails.

(illustration)

Fraîchement élus ou réélus, de nombreux maires qui ont remporté les dernières élections municipales ont décidé de baisser leurs indemnités. Un geste fort censé "montrer l’exemple", rapporte Le Parisien. Et ils ne seraient pas les seuls à se serrer la ceinture puisque le quotidien indique que les adjoints seraient également concernées par ces révisions à la baisse. "On voit surtout que les maires ne demandent pas l’indemnité maximum à laquelle ils ont droit", a quant à lui souligné  Jacques Pélissard, le président de l’association des maires de France (AMF), dans les colonnes du journal.  L’indemnité touchée par les maires est fixée en fonction du nombre d’habitants de la ville qu’ils administrent. La plupart d’entre eux percevrait ainsi entre 646 et 2 000 par mois.

Publicité
Les cumulards ont trouvé la paradeMais si de nombreux édiles ont choisi de ne pas toucher ce à quoi ils ont pourtant droit, certains d’entre eux ont trouvé la parade pour compenser ce "manque à gagner". Leur astuce ? Cumuler les mandats. "Certains élus cumulards peuvent recevoir à la fin du mois des feuilles de paie à faire pâlir le Français moyen", assure en effet Le Parisien qui précise ensuite qu’à cette coquette somme peuvent également s’ajouter certains avantages comme "les voitures de fonction, les chauffeurs" et "les frais de représentation". Et l’AMF citée par le journal de tempérer en assurant que "quoi qu’il arrive, les élus sont plafonnés à 8 272, 02 euros".

Vidéo : l'élection d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris