Vidéos à la une
François Hollande a rendu un hommage national au policier abattu par un terroriste jeudi dernier sur les Champs Elysées, qu'il a décrit comme un 'héros du quotidien'. François Hollande a fait Xavier Jugelé chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume. #Hommage à Xavier Jugelé : 'Qu'il sache qu'après lui, d'autres se lèveront pour poursuivre ce qu'il a engagé pour la liberté' fhollande pic.twitter.com/jULXIlDpOs- Gouvernement (gouvernementFR) 25 avril 2017 Cérémonie en présence d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen La cérémonie s'est déroulée dans la cour de la préfecture de police de Paris, en présence d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, les deux candidats qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle et invités par François Hollande. Un policier engagé Xavier Jugelé avait 37 ans. C'était un policier engagé notamment pour les droits des homosexuels. Il était adhérant à 'Flag!', l'association des policiers lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) et au syndicat Alliance. Merci de l'hommage rendu à Xavier Très touché de cette tendresse contrastant avec l'horreur deson assassinatplantu https://t.co/liJh0y5xZX- Flag ! (flagasso) 23 avril 2017 'Vous n'aurez pas ma haine' Son compagnon, avec qui il était pacsé, a décrit un homme 'joyeux', 'mû par l'intérêt général'. 'Lorsque sont parus les premiers messages informant les Parisiens qu'un événement grave était en cours sur les Champs-Elysées et qu'un policier avait perdu la vie, une petite voix m'a dit que c'était toi. Et elle m'a rappelée cette formule généreuse et guérisseuse 'Vous n'aurez pas ma haine', a déclaré Etienne Cardiles. Une formule empruntée à Antoine Leiris dont la femme a été tuée dans l'attaque du Bataclan en novembre 2015. Xavier Jugelé a été tué de deux balles dans la tête par Karim Cheurfi jeudi dernier. L'homme, qui a également blessé deux autres policiers, a ensuite été abattu. L'attentat a été revendiqué par le groupe Etat Islamique, à trois jours du premier tour de l'élection présidentielle. En 2016, 8 policiers et 14 gendarmes sont morts dans l'exercice de leur fonction. Les attentats ont fait 238 victimes en France depuis janvier 2015. [CÉRÉMONIE] À 11h, au moment de l'hommage national, 1 minute de silence en mémoire de Xavier JUGELÉ sera observée ds tous les commissariats pic.twitter.com/PEyYTjw7WZ- Police Nationale (@PoliceNationale) 25 avril 2017 Avec agences.
Vidéos à la une
Un hommage national a été rendu, ce mardi dans la cour de la préfecture de police de Paris, à Xavier Jugelé, policier tué lors de l'attaque sur les Champs-Élysées la semaine dernière. Présidée par François Hollande, la cérémonie a été marquée par l'émouvante prise de parole d'Étienne Cardiles, compagnon de l'officier tué. "Vous n'aurez pas ma haine", a-t-il proclamé pendant son discours. De nombreux acteurs de la classe politique étaient présents et notamment les deux finalistes de l'élection présidentielle, Marine Le Pen et Emmanuel Macron.
Vidéos à la une
Un hommage national était rendu, ce mardi à Paris, à Xavier Jugelé, policier tué sur les Champs-Élysées lors d'une attaque terroriste. Le président de la République, François Hollande, a indiqué que la France avait "perdu l'un de ses fils les plus braves". Le chef de l'État a ensuite décoré Xavier Jugelé à titre posthume du titre de Chevalier de la Légion d'honneur.
Société
Dimanche après-midi, le corps d'un foetus en état de décomposition a été retrouvé dans la Seine à Nanterre. Les causes du décès du foetus restent pour le moment inconnues.
Vidéos à la une
Deux jours après sa qualification pour le second tour de la présidentielle, Marine Le Pen était sur le marché de Rungis, dans le Val-de-Marne, ce mardi matin. La candidate du Front national a profité de ce déplacement pour s'attaquer à son adversaire, Emmanuel Macron, critiquant notamment son choix de la brasserie "La Rotonde", dimanche soir, pour fêter son accession au second tour. À Rungis, Marine Le Pen a également défendu ses mesures auprès des artisans: baisse des charges, valorisation de la production française...
Revue du web
Dire «non» au Front national. C'est sous ce mot d'ordre que ce sont réunis ce lundi 24 avril quelques centaines de personnes, place de la..
Revue du web
Dire «non» au Front national. C'est sous ce mot d'ordre que ce sont réunis ce lundi 24 avril quelques centaines de personnes, place de la..
Vidéos à la une
Coup de projecteur sur l'entreprise vendéenne PIH qui fait partie des sous-traitants retenus afin d'aménager les trains à grande vitesse de la nouvelle ligne Paris-Bordeaux. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Présidentielles
Pour célébrer sa première place au premier tour de la présidentielle, le candidat soutenu par "En Marche !" s'est rendu dimanche soir dans une brasserie parisienne en compagnie de ses conseillers et de plusieurs célébrités. 
Vidéos à la une
Ils étaient près de 2000 manifestants selon les organisateurs. A l'appel de 70 organisations et de nombreux sydicats dont la CGT et SUD. Le rendez-vous était donné place de la République à Paris. L'objectif: mettre la pression sur les candidats à la présidentielle. Un premier tour social à moins d'une journée du premier tour électoral. Selon les organisateurs, il s'agit d'envoyer un message fort:quelque soit le candidat élu dans 15 jours, il devra entendre leurs revendications. Mickaël Wamen, de la CGT Goodyear, a estimé que 'le 15 septembre, on a eu un goût d'inachevé' après la dernière manifestation contre la loi travail, qui avait mobilisé la rue pendant des mois. 'Depuis janvier, on a recensé 250 mouvements sociaux par jour mais ils sont tous dispersés'. La manifestation de samedi est pour lui comme pour l'ensemble des organisateurs 'une première étape'. En tête de cortège, des manifestants cagoulés, autonomes des organisations syndicales, se sont heurtés aux forces de l'ordre. Il n y aurait pas eu d'interpellation. Avec AFP
Vidéos à la une
En France, près de deux cents femmes de policiers et de gendarmes ont manifesté samedi après-midi sur le Champs-de-Mars à Paris Elles ont dénoncé les conditions de travail de leurs conjoints. La manifestation, prévue de longue date, s'est chargée d'émotion deux jours seulement après l'attentat meurtrier des Champs-Elysées . 'Les fleurs, les ballons noirs, c'est en l'honneur de ceux qui ont donné leur vie pour vous!', lancent les femmes de policiers pic.twitter.com/xyMm1jwDbs- Stéphane Kovacs (@KovacsSt) 22 avril 2017 Les manifestantes, réunies via un compte facebook, se veulent apolitiques et voulaient faire entendre leur voix à la veille du premier tour de l'élection présidentielle. Le collectif de ces femmes en colère dénonce le climat délétère qui règne en France contre les forces de l'ordre et appelle les politiques à un renforcement des moyens humains et matériels.
Vidéos à la une
Le directeur d'une agence de presse= du Bahreïn a filmé jeudi soir la panique qui a suivi l'attaque des Champs-Elysées à Paris. Ce témoin se trouvait dans un restaurant à proximité des lieux de l'attentat. Après avoir diffusé ces images en quasi direct, il a dû rapidement rassurer ses proches. Tireur, revendication : ce que l'on sait de l'attentat des Champs-Elysées. > https://t.co/eg17MKPxYJ] pic.twitter.com/9P72nmKGVs- Visactu (@visactu) 21 avril 2017 _'Tout d'un coup, on a entendu comme un coup de feu derrière nous, explique Mohannad Sulaiman Alnoaimi. Tout est allé très vite. Et puis après dix ou vingt secondes, on a de nouveau entendu du bruit. Et là, on a compris que c'était des coups de feu qui étaient tirés juste derrière nous. Les gens ont commencé à crier et à courir dans tous les sens.' L'auteur de l'attaque a été abattu sur place après avoir tué un jeune policier de 37 ans et blessé deux de ses collègues. Une touriste allemande a été légèrement atteinte durant l'attaque. L'auteur de l'attaque a été identifié. Karim Cheurfi, un Français de 39 ans, était bien connu des services de police. Il venait de purger une peine de 14 ans de prison pour tentatives d'homicide sur des policiers. L'assaillant ne présentait pas de signe de radicalisation, selon le procureur de la République. Mais une lettre de soutien à Daesh a été retrouvée sur les lieux de l'attaque et le groupe Etat islamique a revendiqué l'attentat. Attaque aux Champs-Elysées : le cruel parcours de Karim Cheurfi https://t.co/guzKoZqzE5- Le Monde (@lemondefr) 22 avril 2017 Avec Agences
Vidéos à la une
Le policier tué jeudi soir par un forcené sur les Champs-Elysées, à Paris, était âgé de 37 ans. Il faisait une courte pause à l'avant de son véhicule de police quand il a reçu deux balles dans la tête. Pacsé, il laisse derrière lui un conjoint. Ancien gendarme, il occupait sa fonction depuis six ans. Il effectuait ses derniers jours sur le terrain et attendait sa mutation pour rejoindre le 2 mai, qui aurait dû avoir lieu le 2 mai prochain.
Vidéos à la une
L'enquête se poursuit sur l'attaque de jeudi soir, à Paris, sur les Champs-Elysées, qui a fait un mort, un policier âgé de 37 ans, Xavier Jugelé, et trois blessés, deux autres policiers et une passante, touchée par des éclats de balle. Le procureur de la République de Paris, François Molins, a donné des précisions sur le profil de l'auteur, Karim Cheurfi, un Français de 39 ans, qui résidait à Chelles (Seine-et-Marne) et était bien connu des services de police et de justice. Il l'a décrit comme un multirécidiviste, obsédé par une haine de la police, qui aura passé près de 14 années en prison, notamment pour des tentatives de meurtre contre des représentants de l'ordre. Un homme qui ne présentait aucun signe de radicalisation et n'était pas fiché S - cette étiquette collée aux individus susceptibles de porter atteinte à la sûreté de l'État. Certaines traces laissées par l'assaillant confortent néanmoins la revendication de l'attentat par le groupe Etat islamique (EI). 'Un morceau de papier a été trouvé à proximité du corps de Karim Cheurfi et il est très vraisemblablement tombé de sa poche, a ainsi expliqué François Molins. C'était un message manuscrit défendant la cause de Daech. Par ailleurs, dans sa voiture, entre les sièges, d'autres morceaux de papier ont été trouvés. Ils contenaient les adresses de plusieurs services de police.' Selon un voisin du meurtrier, qui a tenu à rester anonyme, Karim Cheurfi n'était pas religieux. 'Il n'était pas un musulman pratiquant, assure-t-il. Franchement, il buvait, il fumait. Et je ne l'ai jamais vu pratiquer.' Depuis sa sortie de prison, en octobre 2015, Karim Cheurfi faisait l'objet d'un suivi par un juge d'application des peines, lequel l'avait convoqué le 7 avril car il était parti en Algérie pendant un mois, du 15 janvier au 14 février, sans le signaler à la justice. 'Pour me marier', avait-il alors expliqué au magistrat...
Vidéos à la une
L'homme qui a tué jeudi soir un policier sur les Champs-Élysées avait été convoqué par la justice en avril après avoir effectué un voyage en Algérie et le juge ne l'avait pas renvoyé en prison, a indiqué vendredi le procureur de la République de Paris lors d'une conférence de presse expliquée par Sarah-Lou Cohen, chef du service Police-Justice BFMTV.
Vidéos à la une
L'attaque sur les Champs-Elysées qui a coûté la vie d'un policier a suscité les réactions des candidats à l'élection présidentielle. On commence avec Emmanuel Macron : Ce soir, je veux témoigner toute ma solidarité à l'égard de nos forces de l'ordre. pic.twitter.com/aUiBacywpW- Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) 20 avril 2017 'Le défi moral qui est le notre aujourd'hui et pour les années à venir, c'est de ne pas nous diviser d'une part, mais c'est aussi de préparer notre avenir. Ce qu'ils veulent, c'est l'effondrement moral, c'est qu'il veulent, c'est la contemplation du désastre. Et je ne céderai en rien là-dessus. Ne jouons pas avec les peurs.' Marine Le Pen a demandé elle au président de la République François Hollande de fermer les frontières : 'La lutte contre le terrorisme commence par retrouver nos frontières nationales, et arrêter avec la naïveté.' #AttentatChampsElysées RFI pic.twitter.com/koIZ3n5UJd- Marine Le Pen (MLP_officiel) 21 avril 2017 'Je lui demande solennellement d'ordonner la restauration de nos frontières en vertu du traité de Schengen et le traitement administratif ou pénal immédiat des fichés S. C'est-à-à dire de tous les individus présents sur notre sol connus pour leur adhésion à l'idéologie de l'ennemi.' Le candidat des républicains a appelé à l'unité d'action : Déclaration à la suite de l'attentat des #ChampsÉlysées https://t.co/tScICqVyZu- François Fillon (@FrancoisFillon) 21 avril 2017 'Ma politique étrangère sera ciblée en priorité sur la destruction de l'Etat Islamique puisque c'est lui qui nous menace directement. Cela ne sera possible que le jour où toutes les grandes puisssances agiront vraiment ensemble. Plus les Etats-Unis, l'Europe, la Russie, L'Iran, la Turquie, les Pays du Golfe sont divisés, plus la victoire contre le totalitarisme islamique est rétardé.' Jean-Luc Mélenchon prône une résistance démocratique : #15MinutesPourConvaincre : La conclusion de Jean-Luc Mélenchon pic.twitter.com/I8lxri9UcK- France Inter (@franceinter) 20 avril 2017 'Pas de panique, ne pas interrompre le processus de notre démocratie de manière à bien montrer que les violents n'aurons pas le dernier mot contre les Républicains.' Benoît Hamon a défendu l'instant démocratique : Je refuse que l'on joue à diviser les Français.es. Je crois en notre identité mosaïque. #BourdinDirect pic.twitter.com/Kvm7Rf9b8k- Benoît Hamon (@benoithamon) 21 avril 2017 'Nous devons chérir ce moment démocratique parce que justement d'autres le détestent, notamment les terroristes qui assassinent.' Quant au Premier ministre, Bernard Cazeneuve il a accusé Marine Le Pen et François Fillon d'avoir choisi 'l'outrance et la division'. (avec agences)
Vidéos à la une
Au lendemain de l'attentat survenu sur les Champs-Elysées causant la mort d'un policier, blessé deux autres ainsi qu'une passante, des touristes et Parisiens viennent cet après-midi se recueillir et rendre hommage à l'agent des forces de l'ordre tué. Une banderole a également été installée sur laquelle sont inscrits ces mots : "De tout coeur avec la police, vive la France".
Vidéos à la une
Dans une déclaration depuis l'Hôtel Matignon à la mi-journée ce vendredi, le Premier ministre Bernard Cazeneuve s'en est pris à la candidate du Front national : "Je veux rappeler à Marine Le Pen qu'en matière de lutte contre le terrorisme, la facilité n'est pas la fermeté, ni l'outrance le gage de l'efficacité (...) Elle oublie de préciser aux Français que son parti a voté contre toutes les lois anti-terroristes (...) Elle s'est opposée à tout sans jamais ne rien proposer de sérieux ni de crédible"
Société
Plusieurs personnes présentes sur les Champs-Elysées au moment de l’attentat de jeudi soir ont raconté ce qu’elles avaient vu. Des témoignages qui font froid dans le dos. 
Vidéos à la une
Invité ce vendredi de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, Benoît Hamon est revenu sur l'attentat des Champs-Élysées de ce jeudi soir. "Ce que veulent les terroristes, au-delà de tuer, c'est nous abattre collectivement", a réagi le candidats PS à la présidentielle.
Société
Jeudi soir vers 21 heures, un homme a fait feu sur une patrouille de police en plein cœur de Paris, sur les Champs-Elysées. Une attaque terroriste qui a déclenché un vent de panique dans le quartier de la célèbre avenue et qui a rapidement été revendiquée par l’Etat islamique. Le point sur ce que l’on sait. 
Vidéos à la une
Un homme, qui était arrêté à quelques mètres du camion de police attaqué par un forcené jeudi sur les Champs-Elysées, a raconté à BFMTV ce qu'il a pu observer de l'échange de tirs. "J'ai vu le camion de police se faire attaquer par un assaillant, déposé par une voiture qui arrivait au niveau du camion. L'assaillant a sorti son arme au niveau du conducteur de la voiture de police. Il a sorti une arme de guerre, très longue puis il a tiré", se rappelle-t-il, ajoutant ne pas avoir pu voir le visage de l'auteur des coups de feu.
Vidéos à la une
Aux environs de 21 heures jeudi soir, une voiture s'arrête au niveau d'un car de police stationné sur les Champs-Elysées. Un homme sort du véhicule et ouvre le feu, tuant un policier et en en blessant grièvement deux autres. L'assaillant tente de prendre la fuite à pied, mais est abattu par les forces de l'ordre. Dans la panique, le secteur est évacué. La BRI et les équipes de déminage s'activent pour inspecter le véhicule de l'assaillant.
Vidéos à la une
Après l'échange de coups de feu sur les Champs Elysées ce jeudi soir, une témoin a raconté sur BFMTV sa panique au moment du mouvement de foule. "J'ai entendu comme des pétards, jamais je n'ai cru que c'était une fusillade qui commençait. Après, c'est allé très vite, j'ai vu des gens se lever affolés et commencer à courir".
Vidéos à la une
Le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet a affirmé que l'homme auteur des coups de feu sur les Champs-Elysées ce jeudi a tué un policier et en a blessé deux autres avant d'être abattu. "L'identification de l'agresseur n'est pas établie de manière précise et claire", a-t-il avancé, appelant à "beaucoup de prudence".
Vidéos à la une
Jeudi soir, un homme a ouvert le feu sur un car de police avant d'être abattu par les forces de l'ordre. Un homme, qui a assisté à la scène, a raconté avoir au début cru à des pétards. "J'ai entendu six coups de feu, je croyais que c'était des pétards. On a tous regardé la route, on a vu personne, il était caché derrière le camion", explique-t-il. "Il aurait pu nous viser nous, tuer plus de personnes, mais il a visé la police", a-t-il poursuivi.
Vidéos à la une
A trois jours d'une élection présidentielle française placée sous haute surveillance en raison de la menace jihadiste, un policier a été tué et deux autres blessés jeudi soir lors d'une fusillade sur la célèbre avenue des Champs-Elysées à Paris, dont l'auteur a été abattu. La justice antiterroriste s'est aussitôt saisi de l'enquête, tandis que le Premier ministre Bernard Cazeneuve a rejoint le président François Hollande pour une réunion de crise. Sans tarder, le président américain Donald Trump a réagi : 'Il semble que ce soit une attaque terroriste'. Des policiers ont été pris pour cibles par des tirs vers 19h00 sur les très touristiques Champs-Elysées, l'artère la plus célèbre de la capitale française. Un policier a été tué et deux autres blessés, a annoncé le ministère de l'Intérieur. L'agresseur a été 'abattu en riposte', a expliqué le ministère. 'L'agresseur est arrivé en voiture, est sorti. Il a ouvert le feu sur le car de police à l'arme automatique, a tué l'un des policiers et à essayé de s'en prendre aux autres en courant', a rapporté une source policière. Le quartier commerçant, en plein coeur de Paris, a été bouclé et d'importantes forces de police ont été déployées. Un hélicoptère survolait la zone dans la soirée. Choukri Chouanine, gérant d'un restaurant dans une rue adjacente, a raconté à l'AFP avoir entendu une 'fusillade brève' mais avec 'beaucoup de tirs'. 'On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols', a-t-il ajouté. On ne connaissait pas dans l'immédiat les motifs de cette fusillade, qui intervient à trois jours du premier tour de l'élection présidentielle. Ce scrutin, très indécis, est placé sous très haute surveillance et se tiendra pour la première fois dans l'histoire de la Ve République sous le régime de l'état d'urgence, instauré en France dans la foulée des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, les plus meurtriers jamais commis dans le pays avec 130 morts. Avec agence (AFP)
Vidéos à la une
Interview de Jean-Luc Fichet, président de Morlaix Communauté dans le cadre de l'ouverture de la nouvelle passerelle reliant Brest et Paris à Morlaix.
Politique
Un temps en froid, Pierrette Lalanne se montre de nouveau complice avec sa fille. Elle a d'ailleurs été aperçue aux premiers rangs du meeting de la candidate à Paris, lundi.
Vidéos à la une
Emmanuel Macron tient ce lundi un meeting à Bercy. Pour le soutenir, plusieurs personnalités sont attendues. Les acteurs Pierre Arditi et Vincent Lindon, la chanteuse Line Renaud ou encore le joueur de football Yohann Cabaye sont attendus à Paris. L'ancien ministre Dominique de Villepin pourrait lui faire une apparition.

Pages

Publicité