La ville de Londres (Royaume-Uni) a une nouvelle fois été frappée par une attaque terroriste. Hier, samedi 3 juin, peu après 22h, 23h heure française, trois hommes ont tué au moins sept personnes dans le quartier du London Bridge, avec une camionnette puis en menant des attaques au couteau. Ils ont été abattus par les policiers. Quatre Français se trouvent parmi les 48 blessés.

Moins de trois mois après l'attaque de Westminster et deux semaines après l'attentat de Manchester, un troisième attentat a frappé le Royaume-Uni hier, samedi 3 juin, peu après 22 heures (23h en France) lors d'une double attaque terroriste perpétrée dans le centre de Londres. Comme le rapporte Le Monde, les abords du London Bridge, zone d’intense vie nocturne à Londres, sont restés en état de siège toute la nuit de samedi à dimanche après l’attentat qui a causé la mort d’au moins sept personnes et l’hospitalisation de plus de 48 blessés, dont un policier. Parmi les blessés, figurent quatre ressortissants français. Il s'agit de trois femmes et d'un homme résidant à Londres. L'une des blessés est grièvement touchée, poignardée au cou et au dos, elle a été opérée toute la nuit. La président Emmanuel Macron a tenu à adresser "la solidarité de la France, qui continuera de toutes ses forces à lutter contre le terrorisme aux côtés du Royaume-Uni et de tous les pays concernés".

À Lire aussi :Attentat de Londres: deux Français blessés 

Tout a commencé peu après 22 heures lorsqu’une camionnette blanche venant du nord de Londres et fonçant probablement à près de 80km/heure a zigzagué délibérément à la sortie du London Bridge, renversant plusieurs piétons. Les trois occupants du véhicule en sont ensuite sortis sur Borough High Street, l’artère qui prolonge le pont vers le sud, pour se ruer sur des consommateurs de bars et pubs du quartier de Borough Market. "J’ai vu une camionnette rouler en zigzag en tentant de faucher un maximum de personnes. Les gens essayaient d’échapper à la course du véhicule. J’ai ensuite essayé d’aider les blessés, des jeunes essentiellement", a raconté un témoin, Alessandro, à la BBC. "Trois hommes sont sortis avec des couteaux de 30 centimètres de long et ont commencé à poignarder des gens au hasard sur Borough High Street", a relaté un autre. J’ai vu une jeune fille touchée à la poitrine." La zone visée est hautement symbolique, car London Bridge, le premier pont de Londres et le point de départ de son urbanisation, est historiquement à la capitale britannique ce que l’île de la Cité est à Paris.

Les trois assaillants abattus

Des coups de feu ont ensuite été entendus et la photo de deux hommes à terre dont l’un portait sur la poitrine des dispositifs ressemblant à des ceintures d’explosifs a été révélée. Peu avant 4 heures, dimanche matin, la police a fait savoir que les trois auteurs de l’attentat avaient été abattus dans les huit minutes suivant l’attaque. Selon Scotland Yard, il n’y aurait pas d’autres assaillants.

Publicité
Theresa May, la Première ministre britannique, a salué ce dimanche midi "le courage des forces de l'ordre" et leur rapidité d'action. "Il s'agit de la troisième attaque terroriste au cours des trois derniers mois en Angleterre. (...) Nous devons vraincre cette idéologie du fondamentalisme islamique, contre les refuges des extrêmistes en Syrie, en Irak et chez nous. Enfin, il nous faut une stratégie antiterrosite robuste. Notre pays a réalisé de grands progrès mais aujourd'hui il faut dire que cela suffit", a-t-elle précisé. Par respect, deux partis ont suspendu leur campagne pour les législatives. Mais les élections se tiendront comme prévu, jeudi. Ce dimanche, aucune revendication n'a était faite mais tous les regards se tournent vers l'État islamique.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :