John Wick, le tueur à gages en costard incarné par Keanu Reeves, est à l'affiche, ce soir sur Canal+, de John Wick Parabellum. Un troisième volet pétaradant, qui enchaîne bastons et fusillades. Jusqu'à saturation.
John Wick Parabellum (Canal+) : que vaut le troisième volet de la saga d’action avec Keanu Reeves ?

Mis en scène par Chad Stahelski, l’un des cascadeurs les plus réputés d’Hollywood, déjà aux commandes des deux premiers épisodes de John Wick, ce troisième chapitre débute exactement là où se terminait le second volet. Après s’être lancé dans une vendetta personnelle contre des armées de mafieux sur-armés, le super-assassin incarné par Keanu Reeves devenait à son tour la cible de tueurs aguerris à la fin du précédent opus. En effet, John a transgressé une règle fondamentale de la loi du milieu : il a tué un ponte de la mafia à l’intérieur même de l’hôtel Continental, palace new-yorkais réservé exclusivement aux assassins. Et au sein duquel le meurtre est prohibé ! Excommunié et banni de la ville, sa tête est donc mise à prix pour la coquette somme de quatorze millions de dollars ! Il se retrouve sans soutien et traqué par les criminels les plus dangereux de la planète, scénario prétexte à un déferlement de violences ininterrompues...

Un Keanu Reeves à 100%

Devenu star du cinéma d’action avec Point Break (1991), Speed (1994) et Matrix (1999), Keanu Reeves se donne à 100 % dans la peau de ce héros mono-expressif, surnommé Baba Yaga (“Le Croquemitaineˮ). Pour ce rôle très physique, l’acteur a d’ailleurs suivi un entraînement intensif cinq mois avant le début du tournage, afin de maîtriser le maniement des armes à feu et la pratique des arts martiaux (wushu, kung-fu, silat indonésien). D’autant qu’il se...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !