Parce qu'elle n'appréciait aucunement une statue située dans une église qui représentait le diable, une femme a décidé de lui couper la tête à la hache. Elle a été condamnée ce vendredi à deux mois de prison avec sursis.

Les faits remontent au mois d'avril 2017. Une femme pénètre dans l'église de Rennes-le-Château située dans l'Aude, le visage masqué une hache à la main. Ni une, ni deux, cette dernière s'en prend à une statue. Mais pas n'importe laquelle. La statue en question n'est autre que celle du diable ailé Asmodée.

A lire aussi : Paranormal : une maison "habitée par le Diable" au Chili ?

"Montrer la destruction du mal incarné"

Selon la presse locale, cette dernière commence alors à trancher la tête de ladite statue à coups de hache au motif de "montrer la destruction du mal incarné". Elle décide ensuite de lui briser les bras, puis de détériorer le bas-relief de l'autel. Problème : outre ce comportement dangereux et les dégâts occasionnés, les éléments en question, conçus à la fin du XIXe siècle, étaient tous classés en tant que monuments historiques. 

Condamnée à verser 17 718 euros

Après deux semaines passées à l'hôpital psychiatrique, le parquet avait considéré que son discernement n'était en rien altéré. Elle avait, ensuite, été renvoyée en correctionnelle. Sept mois après les faits, elle a été condamnée vendredi 24 novembre à deux mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Carcassonne, rapporte Paris Match. Une condamnation doublée d'une mise à l'épreuve de 24 mois avec obligation de se soigner et l'interdiction de se rendre dans la commune de Rennes-le-Château.

Âgée de 37 ans, elle n'avait, jusqu'à présent, jamais été confrontée à la justice. Elle a, par ailleurs, été condamnée à verser 17 718 euros à la collectivité pour le préjudice occasionné.

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.