En Allemagne, un infirmier allemand est soupçonné d'avoir tué au moins 84 patients par injection médicamenteuse. Selon la police Allemande, qui a dressé lundi le bilan sur douze années de meurtres présumés, le nombre de victimes pourrait être deux fois plus important.
©Getty (illustration)Istock

Niels Högel, un infirmier allemand, est suspecté d’au moins 84 meurtres par injection médicamenteuse dans la région de Brême, en Allemagne. Cependant, selon les  enquêteurs, le bilan pourrait être beaucoup plus important. Ils ont ainsi recensé près de 200 cas suspects entre 2000 et 2005, informe le magazine allemand Bild. Comme l'a expliqué le responsable de l'enquête en conférence de presse, la moitié d'entre eux pourraient être prouvés, mais cela s'avère compliqué pour les autres.

L’homme âgé de 40 ans, avait été surpris par une collègue en train de faire une piqûre non prescrite à un patient, ce  qui lui a valu une peine de sept années et demie de réclusion en 2008. Il a ensuite été condamné à perpétuité en 2015 pour avoir tué deux autres patients en fin de vie.

Il est actuellement considéré comme le plus grand sérial killer de l’histoire d’après-guerre en Allemagne.

A lire aussiDuterte : Vous êtes libres de tuer les idiots

Le motif du sérial killer : "L’ennui"

L’accusé aurait donné plusieurs explications pour ces meurtres à répétition devant la cour de justice. Il aurait surtout agi par "ennui", en expliquant aux victimes qu’il cherchait à démontrer la capacité de ramener les patients mourants à la vie. Il voulait être reconnu comme un "héros", indique LCI.

Le chef du parquet d'Oldenbourg estime qu'il sera très difficile d'établir la liste complètes des victimes. "Le suspect ne peut pas se souvenir de chaque cas. Mais dans plus de 30 cas, le suspect se souvenait des patients concrètement et de son comportement", a-t-il déclaré en conférence de presse comme le relève Le Figaro

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.