Alors que le gouvernement Valls étudie la question d'une diminution du nombre de régions, une étude récente a montré que 76 % des Français se disent fiers de leur appartenance régionale. Une enquête comportant toutefois quelques disparités.
© CC

Les annonces de réforme territoriale émises par Manuel Valls n'ont pas atténué l'amour des Français envers leur région. Bien au contraire. Selon l'étude "Top des régions" récemment menée par le cabinet NewCorp Conseil, 76 % de nos concitoyens se sont déclarés fiers de leur appartenance régionale.

La Bretagne en tête, les régions du Sud-Ouest au milieu du classement

Au niveau national, 41 % des Français se disent "très fiers" de leur région natale tandis que 35 % se disent "assez fiers". Des chiffres qui s'inversent lorsqu'il s'agit de la région d'adoption  Le baromètre a notamment révélé une adhésion massive des jeunes à l'identité régionale par rapport à leurs ainés. 49 % des 18-24 ans se disent "très fiers" de leur région d'origine, contre seulement 34 % des 75 ans et plus.  Selon le classement effectué par NewCorp Conseil, la Bretagne est celle qui suscite le plus l'engouement régional de la part de ses habitants, qu'il s'agisse de la région natale (96 %) ou de celle de résidence (94 %). L'Alsace arrive en seconde position (93 % des natifs et 82 % pour la région de résidence). Les habitants de Midi-Pyrénées, de l'Aquitaine et du Poitou-Charentes se situent au milieu du classement. Les Aquitains de naissance sont 80 % à être fiers de leur région. Quant aux résidents, ils sont 78 % à éprouver un sentiment de fierté. La région Midi-Pyrénées se place au pied du podium concernant les résidents, avec un résultat de 84 %. Et 82 % des natifs disent être fiers de leur région. L'Ile-de-France se trouve en dernière position avec seulement 52 % de personnes fières d'y être nées et 57 % fières d'y habiter.

L'étude "Top des régions" est toutefois incomplète. Il manque en effet les 5 régions d'outre-mer, ainsi que l'Auvergne, la Corse et le Limousin pour les régions natales. A ces absents, il faut ajouter la Champagne-Ardenne et la Franche-Comté en ce qui concerne les régions d'adoption.

L'enquête de NewCorp Conseil peut être mis en parallèle avec un récent sondage Ifop dans lequel 60 % des Français se déclarent favorables à la suppression des départements et autant se disent prêts à la réduction de moitié des régions. Selon le cabinet, cette adhésion à la fin des conseils généraux s'explique par le fait que "les Français sont attachés à leur territoire, mais doutent de l’utilité de l’action politique territoriale, et donc de la légitimité de ses moyens".

Vidéo : Valls veut diviser par deux le nombre de régions

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.