Un couple nancéen a été déféré devant la justice vendredi pour avoir récemment séquestré et promené un homme en laisse.
©AFP

Deux habitants"marginaux" de Nancy ont été présentés à la justice vendredi pour avoir séquestré et promené un homme en laisse, rapporte L’Est Républicain. L’homme et la femme, tous deux âgés d’une vingtaine d’années, seraient connus des services de police pour des faits de toxicomanies.

• Lire aussi : Nancy : 27 ans après le meurtre de Nelly Haderer, l’ADN désigne un suspect acquitté

Une affaire improbable

Aux alentours du 23 juillet dernier la jeune femme arrêtée aurait eu une liaison avec un homme sorti de prison au début de l’été. Selon L’Est Républicain, ils auraient eu des rapports sexuels consentis tout en ayant recours à des substances illicites. La jeune femme se serait alors retournée contre son amant, l’accusant d’avoir abusé d’elle. Cette dernière aurait ensuite appelé son ex-petit ami pour se venger. Ensemble, ils auraient séquestré et maltraité l’ex-détenu en lui faisant notamment faire la manche. L’homme aurait par ailleurs été piqué et coupé à de nombreuses parties du corps à l’aide d’un couteau.

Point d’orgue de cette série d’actes de barbarie, le couple aurait promené en laisse l’homme à la sortie d’un supermarché de Nancy devant de nombreux témoins. Le couple a ensuite rapidement été identifié et interpellé le 23 juillet dernier avant d’être déféré devant le juge vendredi pour séquestration et actes de torture et de barbarie.

Le couple encoure une peine de 15 ans à 20 ans de prison pour les actes qui lui sont reprochés. Les deux amants seront jugés prochainement aux Assises de la Meurthe-et-Moselle.

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.