Alors que le procureur de la République s’était opposé à leur union il y a un an, une ex-belle-mère et son ex-beau-fils ont finalement été autorisés à se marier par le Tribunal de grande instance de Metz (Moselle), ce jeudi.

Il y a un an, Elisabeth Lorentz et son ex-beau-fils Eric Holder s’étaient vus interdire de se marier par le procureur de la République. Ce jeudi, après un an de procédure judiciaire, le Tribunal de grande instance de Metz (Moselle) a finalement autorisé l’union leur union.

Retrouvez notre zapping Actu du jour

Patrick Sébastien viré de France Télévisions : les internautes ripostent

Voir plus de vidéos

Si les futurs époux se réjouissent d’avoir "gagné une bataille", ils restent méfiant tant que la "guerre" n’est pas finie. En effet, le procureur de la République dispose d’un mois pour contester le jugement.

Sûrs de leur bon droit à former une nouvelle famille recomposée, Elisabeth Lorentz et le fils de son ex-mari avaient programmé leur mariage le 27 juillet dernier. C’était sans compter sur le procureur de la République qui avait alors fait interdire l’union en vertu de l’article 161 du Code civil qui dispose : "en ligne directe, le mariage est prohibé entre tous les ascendants et descendants légitimes ou naturels, et les alliés dans la même ligne".

"Nous n'avons pas encore les motivations du jugement, mais nous avons toujours estimé que la loi française était inconventionnelle au regard de la Convention européenne des droits de l'Homme, en ce qu'elle est une atteinte au droit au mariage et au respect de la vie privée", avait réagi Me Mathieu Ehrhardt, auprès de l’avocat du couple, après l'annonce du jugement.

Un mariage comme protection pour leurs enfants

Si le couple atypique tient tant à se marier c’est "surtout pour protéger (ses) enfants, et pour protéger celui (des) deux qui reste en cas de décès", a expliqué la femme de 48 ans lors de l’audience début juin, rapporte Le Parisien. "Si on n'obtient pas gain de cause, on fera appel, on ira jusqu'en cassation, voire devant la Cour européenne des droits de l'homme", avait ajouté, déterminée, Elizabeth Lorentz.

Pas de consanguinité

La future mariée avait épousé le père d’Eric en 2003 avant que le couple ne divorce en 2012. Les deux ex-époux ont eu une fille aujourd’hui âgée de 17 ans (qui est donc la demi-sœur d’Eric). De son côté, Eric Holder, 45 ans, est né d’une précédente union et n’a par conséquent pas de lien de sang avec son ex-belle-mère qu’il veut désormais épouser. L’homme a lui aussi eu une fille d’un précédent mariage. Celle-ci est âgée de 22 ans.

Publicité
Estimant qu’il forme une famille recomposée comme une autre, le couple avait plaidé sa cause jusqu’à l’Elysée. Il n’avait obtenu qu’un simple rappel à la loi signé de la main de François Hollande.
Si le tribunal autorise désormais Elisabeth et Eric à se marier, le procureur peut toujours interjeter appel dans un délai d’un mois.

Vidéo sur le même thème : une première: un mariage gay sponsorisé

 


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet