Jérôme Gaillard a avoué être l'auteur du meurtre de sa femme, Magali Blandin. Son avocat, Maître Jean-Guillaume Le Mintier, revient sur le mobile de son client.
Meurtre de Magali Blandin : son mari "ne supportait pas qu'elle le quitte"AFP

"Ce crime s'inscrit dans la triste liste des homicides conjugaux", regrette Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes. Chargé de l'enquête pour la disparition puis le meurtre de Magali Blandin, le procureur a annoncé la mise en examen de Jérôme Gaillard, l'époux de la victime, après qu'il a avoué le meurtre prémédité de la mère de ses enfants.

Meurtre qui avait pourtant été précédé d'une plainte pour violences conjugales de la victime en septembre 2020, classée sans suite par les forces de l'ordre. Cela avait obligé Magali Blandin a quitté son mari, ainsi que ses quatre enfants en fuyant le domicle familial pour s'installer dans un appartement à Montfort-sur-Meu, quelques kilomètres plus loin. Dans sa plainte, la quadragénaire avait évoqué plusieurs épisodes ponctuels de violence au cours de la vie conjugale.

Meurtre de Magali Blandin : "Il ne pouvait plus vivre avec ce secret"

Maître Jean-Guillaume Le Mintier, avocat du principal suspect, s'est confié sur les aveux de son client dans les colonnes du Figaro. "Il aura fallu 29 heures avant que Jérôme G. avoue son crime", livre l'homme de loi. "Les premières auditions portaient sur sa vie, sa personnalité, son couple, le contexte de la séparation. Dès qu'on a abordé les éléments factuels l'incriminant, il a craqué. Il ne pouvait plus vivre avec ce secret", confie l'avocat. Après un entretien avec son client, le mari de Magali Blandin aurait finalement avoué aux enquêteurs le lieu où il avait caché la dépouille de son épouse. "Les auditions ont repris le samedi matin. C'est à ce moment-là qu'il a évoqué les détails du crime, de façon très transparente. Il a qualifié son geste d'odieux, d'impardonnable, et a répété à plusieurs reprises qu'il ne méritait pas de vivre", poursuit Maître Le Mintier.

En outre, le principal suspect aurait évoqué l'élément déclencheur qui l'aurait poussé à passer à l'acte. 

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.