Une fois encore, les juilletistes et les aoûtiens se croiseront très bientôt sur les routes de France. Longtemps opposés, ces deux clans ne sont pourtant plus si différents. 

Comme chaque année, aura bientôt lieu le fameux chassé-croisé de l'été qui oppose les juilletistes aux aoûtiens. Alors que les vacanciers de juillet retourneront bûcher, ceux du mois d'août prendront le départ. Encore aujourd'hui, des clichés persistent sur ces deux clans. En effet, les juilletistes sont souvent considérés comme plus fainéants que les aoûtiens car ils reprennent le travail lorsque l'activité économique est au ralenti. 

Les résultats des examens déterminent les départs

Avant l'industrialisation, le mois d'août était celui de la classe ouvrière à cause de la fermeture des usines, tandis que le mois de juillet était réservé aux personnes plus aisées. Aujourd'hui, ce clivage a plus ou moins disparu notamment avec l'arrivée des 35 heures et des congés payés. Les vacanciers peuvent désormais choisir quand partir. De manière générale, les offices de tourisme ont remarqué que les vacanciers allaient moins longtemps en vacances, mais plus souvent.

"Cette cassure entre juillet et août n'existe plus", estime Marie-Christine employée à l'office de tourisme de Saint-Jean-de-Luz, station balnéaire de la côte Atlantique. Néanmoins, les résultats du baccalauréat et des différents examens déterminent toujours le grand départ. "Aux alentours du 10 juillet, les vacanciers commencent à arriver en très grosse quantité". Dans l'ensemble, le nombre de vacanciers est similaire sur les deux mois : "L'année dernière, nous avons recensé 57 407 personnes en juillet et 55 616 en août. Tout au long de la saison, nous proposons le même genre d'activités, nous faisons pas de différence".

Les septembristes font leur entrée

Même si le mois d'août est davantage familial que le mois de juillet, les profils des vacanciers ne sont pas très différents. "Au Cap d'Adge, nous accueillons beaucoup de familles. Nous avons aussi de nombreux fidèles qui reviennent chaque année et nous proposons des animations sur les deux mois pour occuper les parents et les enfants. Aujourd'hui les gens ne recherchent pas seulement la plage, ils veulent aussi des activités culturelles et sportives", explique Laurence de l'office de tourisme du Cap d'Agde. Ce qui différencie les classes aisées des plus modestes n'est plus la date des vacances, mais le lieu et le mode d'hébergement. 

Depuis quelques années, on obeserve également que les réservations se sont étendues au mois de septembre. "Au Cap d'Agde, la saison commence à Pâques et s'étend jusqu'à la Toussaint. Les animations continuent en septembre et octobre même si les jours se raccourcissent", explique Laurence. Sur la côte Atlantique, même phénomène. "C'est plus calme et la clientèle est plus âgée, mais nous avons de plus en plus de personnes qui viennent passer leurs vacances en septembre", confie Marie-Christine. 

Pour les vacances à l'étranger, le mois de septembre a également la cote. "Nous envoyons les gens en juillet et en août principalement dans le bassin mediterranéen. Mais la saison se poursuit en septembre. Au Portugal et en Espagne, il fait encore très chaud", nous informe Promovacances

Internet a chamboulé l'organisation des vacances 

Publicité
Avec l'évolution du monde du travail et l'essor du numérique, l'organisation des vacances a été complètement chamboulée. Aujourd'hui, les touristes s'y prennent de plus en plus tard pour réserver leurs vacances. "Avant ils planifiaient en janvier, mais maintenant ils réservent très souvent quatre à trois semaines avant leur départ. Ils n'ont plus besoin d'attendre les brochures dans leur boîte aux lettres. Internet leur fournit toutes les informations dont ils ont besoin. Sans oublier que "sur la Toile, les futurs vacanciers peuvent facilement trouver des bons plans", indique Laurence.  

En vidéo sur le même thème - Arnaques : des locations vacances qui tournent au cauchemard

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité