En déplacement dans le Val-de-Marne, le président de la République, François Hollande, en a profité pour annoncer une batterie de mesures gouvernementales pour dynamiser le secteur de la construction et du logement.

"Le changement dans le logement, c'est maintenant" a plaisanté  François Hollande, en visite à Alfortville (Val-de-Marne). Pourtant, le plan de 20 mesures présenté ce jeudi par le président de la République pour relancer la construction de logements est tout sauf une blague. "Il y a urgence à agir, il doit y avoir aussi urgence à décider. Il faut agir dès cet été" a-t-il expliqué. 

Baisse de TVA pour les HLMPremier chantier, la construction de logements sociaux. Le président a confirmé vouloir appliquer une  baisse de TVA pour ce type de logements en 2014. Alors que les autres secteurs  resteront soumis à un taux avoisinant les 10%, le gouvernement est prêt à consentir un effort de près de 660 millions d'euros de manque à gagner. En échange, les organismes HLM devront s'engager à construire au minimum 150 000 logements par an.

Une aide de 1350 eurosDeuxième axe des mesures gouvernementales : faciliter les chantiers de rénovation. Pour les foyers gagnant moins de 35 000 euros par ans, c'est-à-dire les classes moyennes, une aide 1350 euros sera allouée afin qu'ils puissent rénover leur logement. Une aide potentiellement disponible pour près de deux-tiers des Français. Cela devrait constituer une dépense directe de 500 millions d'euros sur deux ans.

Simplifier les procéduresAfin de "lever tous les freins à la construction, aucune norme supplémentaire ne sera créée" d'ici deux ans, a poursuivi le chef de l'état. Autre versant des mesures du plan d'action : la limitation des recours abusifs. La construction de 30 à 35 000 logements est actuellement toujours bloquée en raison de divers recours: dans ces cas là, le chantier est suspendu pour au moins deux ans. Or si certains recours sont justifiés, d'autres sont le fruit de riverains procéduriers. Ceux-ci sont alors en position de force pour négocier de l'argent avec les compagnies, qui doivent souvent chercher un accord à l'amiable pour tenir leurs délais. Ces "recours mafieux", comme les qualifient les professionnels du secteur, seront beaucoup plus rapidement examinés par la justice, afin d'écarter les recours abusifs.  

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.