Depuis samedi, un jeune enfant âgé de 3 ans a disparu alors qu'il jouait dans le jardin familial, à  Romilly-sur-Andelle. La piste d'une chute dans une rivière est privilégiée.

C'est vers 18 heures samedi que les gendarmes ont été informés de la disparition d'un jeune enfant de trois ans, Léo, à Romilly-sur-Andelle, dans l’Eure, selon une information de Paris-Normandie. Rapidement des moyens importants sont mis en place : hélicoptère, brigade fluviale et équipes cynophiles sont mobilisés. L'enfant aurait disparu alors qu'il jouait dans le jardin familial. Les gendarmes ont concentré leur recherche dans l’Andelle, une rivière qui traverse le terrain. Dès samedi, la gendarmerie de l'Eure, appelait via son compte Facebook à ne mener "aucune action d’initiative pouvant nuire aux recherches" et à ne pas se "déplacer sur place".

Les recherches élargies à la Seine

Publicité
Publicité

Ce dimanche matin, les recherches ont repris pour tenter de retrouver l'enfant. À 16 heures, le chef d'escadron de la gendarmerie et le substitut du procureur de la République d'Evreux ont tenu conjointement une conférence de presse. Ils ont annoncé que la piste "la plus probable et la plus possible" était celle d'une chute de l'enfant dans la rivière l'Andelle. Mais, ils n'écartent pas pour autant d'autres pistes et ont donc décidé d'entamer une enquête de voisinage renforcée. Des auditions de tout l'entourage de l'enfant étaient également en cours au moment de la conférence. "Il n'y a pas de témoin de cette disparition, d'où la difficulté de cette enquête", a rappelé le substitut du procureur.

Pour le moment, les enquêteurs ne disposent d'aucun élément pour affirmer si l'enfant est vivant ou décédé. Mais ils ont tout de même précisé que "si d'aventure le petit est tombé à l'eau, il a été saisi par le froid…" Pour retrouver l'enfant le plus rapidement possible, les gendarmes ont décidé d'élargir le secteur de leurs recherches aux bords de Seine. "Nous ne voulons pas, pour l'instant, l'appui de la population. Nous demandons à tout le monde de rester chez soi et de ne pas encombrer les berges de la Seine, afin de ne pas dégrader des traces ou indices", ont-il ajouté.

EN VIDEO - Rennes: disparition inquiétante d'une étudiante