Elle séduit beaucoup les Français. Decathlon, qui vend des articles de sport, vient de remporter la palme de l'entreprise la plus appréciée de France. Mais connaissez-vous les secrets de cette société si prisée ?

C'est officiel. Avec un score de 11,67 /20, Decathlon devance d'une – courte – tête toutes les autres enseignes de France. Juste derrière, dans le cœur des Françaises et des Français, on retrouve Peugeot (11,34), Renault (11,33) puis Citroën (11,15). Dans l'Hexagone, l'entreprise spécialisée dans la vente d'articles de sport est donc la préférée, à en croire le classement IFOP récemment publié par le Journal du Dimanche. Mais pourquoi tant d'affection à l'égard d'un équipementier ? D'abord pour sa "capacité à proposer des produits ou des services innovants", mais aussi à "améliorer le quotidien". Sans oublier l'envie d'aller y travailler que suscite l'entreprise…

Decathlon parvient d'ailleurs à rassembler plusieurs générations puisqu'elle est plébiscitée par les jeunes comme les plus âgés. Peut-être parce qu'elle occupe le paysage depuis plusieurs décennies ? "Je n'étais pas un type surdoué, je suis sorti de l'armée sans le moindre diplôme et je ne voulais pas créer une activité concurrente de ma famille. J'ai alors monté Decathlon sur un terrain du premier centre commercial d'Auchan, en 1976", se souvient Michel Leclercq, fondateur de la marque, dans les colonnes de La Voix du Nord.

Decathlon et Auchan : des liens beaucoup plus étroits qu'on ne pourrait le penser ?

Decathlon, comme pour de nombreuses autres marques, c'est aussi une histoire de famille. Et pour cause ! Michel Leclercq n'est autre que le cousin de Gérard Mulliez, l'homme qui a monté Auchan. Il a d'ailleurs travaillé pour lui avant de lancer sa propre marque. 

"J'étais nul à l'école, j'avais perdu mon père à l'âge de cinq ans. J'avais une passion, mettre la pagaille au collège. Un jour, à 12 ans, maman m'a donné l'équivalent de 40 euros en argent de poche. J'ai acheté 40 poussins, j'en étais responsable, je devais les nourrir, les élever, j'avais un carnet de comptes. Je livrais mes poulets dans la famille, chez ma marraine, la mère de Gérard Mulliez, mon cousin fondateur d'Auchan. Vingt ans plus tard, il m'embauchera pour ça au rayon boucherie de son premier magasin en 1961 à Roubaix !", raconte l'entrepreneur.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.