La crise sanitaire frappe le monde entier, mais elle n'affiche pas partout la même vigueur. Dans certains départements français, le taux d'hospitalisation n'a pas dépassé celui constaté en première vague. Explications.
Covid : les 29 départements qui n'ont pas dépassé la première vague

"Le 15 décembre, si nous sommes bien arrivés autour des 5000 contaminations par jour et environ 2500 à 3000 personnes en réanimation, nous pourrons alors franchir un nouveau cap", déclarait Emmanuel Macron le 24 novembre 2020, à l’occasion de sa dernière allocution télévisuelle en date, au sujet du coronavirus CoVid-19. Le président de la République, qui fixait un certain nombre de conditions nécessaires aux assouplissements du nouveau confinement, s’est montré relativement optimiste. Pour autant, résume BFMTV, les estimations et les seuils évoqués ne sont pas nécessairement irréalistes.

Bien sûr, cela va de soi, ils font l’objet de contestations de la part de certains scientifiques. Mais d’autres jugent aussi qu’ils sont théoriquement atteignables dans les délais posés par le chef de l’Etat. Ces derniers jours, poursuit la chaîne d’information en continu sur son site, le nombre de cas détectés au quotidien approchait les 15 000. C’est moins qu’entre le 11 et le 18 novembre, période durant laquelle ce nombre oscillait entre 20 000 et 25 000 nouvelles contaminations par jour.

"Si on continue la descente telle qu’on la voit actuellement, au 1er décembre, on sera à un peu plus de 10 000 cas", commente pour sa part Jean-Stéphane Dersin, le spécialiste de la modélisation du CNRS, interrogé par Europe 1. "Donc il faudra attendre une dizaine ou une quinzaine de jours  supplémentaires pour atteindre les 5000 cas", estime-t-il. Quant au nombre de réanimations, l’objectif semble là aussi assez réalisable : les projections de l’institut Pasteur envisagent moins de 1500 personnes en soins intensifs, dès le 14 décembre.

Certains départements gèrent-ils mieux les hospitalisations ?

Comme l’explique le site CovidTracker, certains départements ont nettement mieux géré leurs hospitalisations durant cette seconde vague de la maladie. 29, au total, ont constaté moins de prise en charge de patients malades que durant la première phase. Plus de détails dans notre diaporama.

Découvrez la plateforme Divertissement Planet + ! Profitez de l'offre dès maintenant !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.