En détruisant la biodiversité, le genre humain se mettrait lui même en danger, estiment certains chercheurs. Selon eux, ces activités exposent en effet les travailleurs à des espèces susceptibles de contaminer la population.
Coronavirus : l'être humain responsable de sa propre contamination d'après cette étudeIstock

"Nos données illustrent la manière dont l’exploitation de la faune sauvage et la destruction de l’habitat naturel sous-tendent les transferts de maladies, nous confrontant au risque de maladies infectieuses émergentes", expliquent sans ambages ces chercheurs de l'école vétérinaire de l'Université de Californie pour qui le genre humain est de toute évidence responsable de sa propre contamination au coronavirus. Ils ont publié leurs conclusions dans le magazine spécialisé en sciences biologiques Proceedings of the Royal society.

En effet, rapporte Sud-Ouest, ils ont étudié 142 cas de "zoonoses" virales, c'est à dire les pathologies transmises de l'animal à l'Homme, et ont fini par en conclure que l'activité humaine n'est pas sans impact.

Les scientifiques constatent que parmi les hôtes les plus récurrents, on retrouve les primates, les chauve-souris et les rongeurs. Les animaux domestiques sont également concernés. Toutes les espèces sauvages menacées, "dont les population sont en baisse en raison de l'exploitation et de la perte d'habitat partagent plus de virus avec les humains", affirment-ils encore.

Déforestation, élevage... L'Homme devrait-il autant modifier l'environnement ?

"Nous modifions les territoires par la déforestation, la conversion de terres pour l’agriculture, l’élevage ou la construction. Ceci augmente la fréquence et l’intensité des contacts entre l’humain et la faune sauvage, créant les conditions idéales pour des transferts viraux", précise Christine Jonshon, qui a dirigé l'étude, laquelle – insiste Sud-Ouest – a été réalisé avant l'épidémie de coronavirus qui nécessite la mise sous cloche du pays.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.