La direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a publié un inquiétant communiqué pour le consommateur. Le site internet Vente-privée est accusé d'avoir menti sur les prix affichés.
(Illustration)Istock

Arnaque sur des ventes en ligne ? L’enquête de la répression des fraudes

Les internautes et consommateurs friands de la plateforme Vente-privée ont-ils été arnaqués sur les tarifs affichés ? Les conclusions d’une enquête menée par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) vont en ce sens.

Dans un communiqué, les autorités décrivent un processus qui  induit le consommateur en erreur, et qui a par ailleurs déjà été épinglé dans des enseignes "physiques" classiques. Pour parvenir à proposer des réductions conséquentes, Vente-privée, selon la DGCCRF, affichait des prix de références "artificiellement gonflés", relaie Le Monde. "Les annonces de réduction de prix le présentent souvent sous une forme barrée. Des “prix de référence” qui ne correspondaient dans les faits à aucune réalité économique étaient utilisés pour afficher des taux de promotion particulièrement attractif", détaille l’autorité.

Publicité
Publicité

Pour parvenir à ces conclusions, cette dernière s’est basée sur une observation minutieuse du site internet et des documents saisis lors d’une perquisition en 2016.

Arnaque sur des ventes en ligne ? Vente-Privée dément

De son côté Vente-privée assure au quotidien du soir avoir découvert par la presse que l’enquête de la DGCCRF avait été transmise à la justice. La direction de l’entreprise assure ne faire "l’objet d’aucune poursuite à ce jour".

Elle nie par ailleurs fermement tout soupçon de fraude et assure au contraire, avoir "déployé ces dernières années d’importants moyens humains et financiers pour vérifier les prix conseillés de ses très nombreuses marques partenaires".

Crée par Jacques-Antoine Granjon en 2001, Vente-Privée affichait en 2017 un chiffre d’affaires de plus de 3,2 milliards de dollars et revendiquait 4,5 millions de visiteurs uniques par mois.