Après avoir été plongée dans un coma artificiel, une femme s'est réveillée amputée des quatre membres. Son chien, un berger allemand, est involontairement à l'origine du drame.

Elle a perdu ses mains et ses jambes. Victime d'une infection extrêmement rare - elle n’arriverait que dans un cas sur un million, souligne The Independent (article en anglais) - cette Américaine a subi une ablation des deux mains et des deux jambes. En cause ? La salive de son chien, à cause de laquelle elle a contracté la gangrène.

C'est le 11 mai 2019 que Marie Trainer se réveille en pensant avoir attrapé la grippe. La fièvre continuant de grimper fortement, elle se rend aux urgences de l’hôpital du comté de Stark (Ohio, nord-ouest des Etats-Unis).

Sur place, son état s'aggrave. Elle ressent de fortes douleurs aux jambes et aux mains. Marie Trainer doit donc être placée en coma artificiel. "De nouveaux symptômes avec aggravation sont arrivés très rapidement", explique au journal anglophone sa belle-fille qui est infirmière. 

9 jours plus tard, l'américaine de 54 ans découvre qu'elle est amputée de ses 4 membres. 

La peau de la victime se serait rapidement colorée d'un rouge violacé, symptôme de la gangrène. L’infection, rapporte CNN, s’était même propagée au bout de son nez, de ses oreilles, de ses jambes et de son visage.

Amputée des mains et des jambes à cause de son chien : la victime a-t-elle perdu des pans de son visage ?

"Elle n'a pas perdu de parties de son visage. Mais c'est à ses extrémités qu'elle a dû subir une intervention chirurgicale", a déclaré le docteur Margaret Kobe.

Une situation qui, si elle est rare, n'est pas sans explication. La bactérie contractée par la victime serait "assez courante" dans "la flore buccale ou dans la gueule d’un chien" et peut "être transmise par une morsure ou parfois juste par contact avec la salive", explique la directrice médicale des maladies infectieuses à l’hôpital Aultman à la chaîne Fox 8, dont les informations sont reprises par The Independent

C'est ce qui est arrivé à Marie Trainer. La salive de son chiot, Taylor, était porteuse de la bactérie capnocytophaga canimorsus. Quand il a léché sa maîtresse au niveau d’une légère entaille sur le bras, celle-ci a pu pénétrer dans le sang de l'Américaine et l'a empoisonnée.

"Il a été très difficile de savoir qu'ils devaient retirer mes jambes et mes bras… C'était très difficile à gérer", a déclaré Marie Trainer à Fox 59, précise encore le journal.

Une cagnotte en ligne sur GoFundMe a permis de rassembler plus près de 28 000 dollars à ce jour afin de payer les frais médicaux, note La Depêche.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.