L'application de traçage StopCovid, qui sera disponible le 2 juin, est présentée par le gouvernement comme un "instrument" de lutte contre l'épidémie de coronavirus. Mais les débats autour de son acceptation, les problèmes techniques qu'elle rencontre encore, et les retours d'expérience à l'étranger posent la question de son efficacité.
ENQUÊTE FRANCEINFO. Application StopCovid : accouchée dans la douleur et déjà limitée

"StopCovid n’est pas l’arme magique contre l’épidémie." En présentant l’application de traçage voulue par le gouvernement, jeudi 28 mai, Edouard Philippe n’a pas fait preuve d’un enthousiasme béat pour cette technologie. Le 28 avril devant l’Assemblée nationale, il avouait qu’il était "bien en peine de [vous] dire si elle fonctionne, et comment elle fonctionnera précisément." "C’est un instrument, complémentaire d’autres instruments", a ensuite expliqué le Premier ministre, au lendemain d’un débat houleux à l’Assemblée nationale.

Depuis plusieurs semaines, le débat autour des risques d’atteintes à la vie privée et aux libertés individuelles que représenterait cette technologie n’a pas vu émerger de consensus entre pro et anti "contact-tracing". Mais au-delà de ces questions d’ordre éthique, de nombreux experts doutent de l’utilité pratique d’un tel outil. Chercheur en cybersécurité, Baptiste Robert fait partie de ceux qui testent l’application depuis le 27 mai. Il remarque que, "le gouvernement ne parle jamais des retours d’expérience dans les pays qui ont déjà mis en place ce genre d’application. Pourtant, ils...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !