Deux jours après les explosions dévastatrices qui ont détruit mardi 4 août une partie de Beyrouth, la question de l'approvisionnement se pose. Le Liban importe de nombreuses matières premières dont la majorité transitait par le port de la capitale.
Après la destruction de port de Beyrouth, le Liban craint une pénurie alimentaire

Le Liban ne produit pas assez pour nourrir sa population. Il dépend énormément de l'importation car 80% de la nourriture vient d'ailleurs. Jusqu'à présent, la plupart des produits alimentaires transitaient par le port de Beyrouth, le plus gros du pays. Mais il a été détruit mardi 4 août dans l'explosion de stocks de nitrate d'ammonium.

Suivez en direct l'évolution de la situation à Beyrouth.

"La situation financière du Liban faisait déjà que la situation alimentaire et aussi pour d'autres biens essentiels comme le pétrole, était à flux tendu", rapporte Éric Verdeil, chercheur à Sciences-Po et auteur d'Atlas du Liban. Il craint une aggravation de la situation, même si le port de port de Tripoli, la deuxième plus grande ville du Liban, situé au Nord, est en capacité de prendre en partie le relais.

On peut penser que le port de Tripoli, qui est loin de tourner au maximum de ses capacités aujourd'hui, pourrait accueillir une partie du trafic.

Eric Verdeil, spécialiste du Liban

à franceinfo

Mais, souligne-t-il, "la capacité de transbordement est une chose mais la question du stockage reste à mon avis posée". Le port de Beyrouth stockait en effet énormément...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !