Les dispositifs de retraite anticipée disparaissent peu à peu face au recul de l'âge de la retraite en raison de leur coût trop important le plus souvent.
Retraite : vers la fin des dispositifs de départs anticipés ?Istock

Est-ce la fin de la retraite anticipée ? Selon la Commission des comptes de la Sécurité sociale, alors qu'un quart des assurés nés entre 1955 et 1957 ont pu partir plus tôt à la retraite grâce aux dispositifs de retraite anticipée pour carrière longue, ils ne seraient plus que de 5% à partir de la génération 1973.

Les départs en retraite anticipée tendent à disparaître et cela ne favorise pas l'embauche des jeunes. Comme le notent Les Échos, le gouvernement français a créé de nombreux dispositifs de départs anticipés avec pour objectif de favoriser l'emploi des jeunes et de lutter contre le chômage. CPA, CATS, DRE, PRP... Tous ces dispositifs de cessation anticipée d'activité ont pour la plupart fini par disparaître en raison de leur coût.

Le 12 juillet dernier, Emmanuel Macron assurait que les débats sur la réforme des retraites allaient à nouveau reprendre au moment de la rentrée. Le président de la République a prévenu qu'"il faudra travailler plus longtemps et partir à la retraite plus tard".

La réforme des retraites de 2003 en cause

Alors quid des dispositifs de départ anticipé à la retraite ? On ne sait pas s'ils vont disparaître au profit du soutien aux travailleurs exerçant des métiers pénibles. Les gouvernements successifs les ont limités à partir du milieu des années 80 selon une note de la Direction statistique du ministère du Travail de 2019. Le dispositif qui a eu la plus grande longévité reste l'allocation spéciale du fonds national de l'emploi (AS-FNE), également appelée "préretraite licenciement".

Comme le précisent Les Échos, il a été créé en 1963 afin de pouvoir aider les travailleurs de plus de 60 ans sans possibilité de reclassement pendant les restructurations de nombreuses industries dues aux évolutions techniques. Après le durcissement des conditions pour en bénéficier, l'allocation a été supprimée en 2011. Seules 130 personnes en avaient profité en 2017, dernière donnée consultable.

Au milieu des années 1980, c'est la "dispense de recherche d'emploi" qui voyait le jour. Objectif : protéger les demandeurs d'emploi de plus de 55 ans en leur versant une indemnité chômage jusqu'à l'âge légal de la retraite pour réduire le chômage. Une aide abandonnée en 2011. C'est la réforme des retraites de 2003 qui a sonné le glas des retraites anticipées. Avec la création du départ anticipé pour carrière longue, l'ensemble des dispositifs préexistants ont peu à peu été abandonnés.

"La fin des préretraites et de la dispense de recherche d'emploi, ainsi que la mise en place des différentes réformes des retraites ont été accompagnées d'une prise en compte des problématiques de santé au travail, de pénibilité et d'équité vis-à-vis des salariés ayant commencé à travailler très jeunes", analyse la Dares.

De moins en moins de carrières longues

Des carrières longues qui tendent à se raréfier puisque la Sécurité sociale estime que les départs anticipés seront au nombre de 40 000 par an à partir de 2035. En cause notamment, l'augmentation du nombre d'années de cotisation exigées en France.

En pratique, le nombre d'assurés en mesure d'avoir une carrière complète à l'âge de 60 ans recule, en raison également d'un nombre d'années d'études de plus en plus élevé.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.