Connaissez-vous la retraite progressive ? Ce dispositif discret permet de continuer à travailler tout en percevant une partie de sa retraite. Depuis le mois de février, le principe gagne en intérêt.
Retraite progressive : ces bonnes nouvelles que vous n'aviez pas vu venirIstock

C'est un dispositif méconnu, certes, mais qui séduit de plus en plus de monde. La retraite progressive engrange toujours plus d'adeptes, rapporte Le Monde, qui se base sur les chiffres tout juste dévoilés par le régime général. En tout et pour tout, en 2019, 13 285 futurs assurés ont opté pour ce mode de départ. Cela représente un bon de 22% par rapport à l'année précédente, soit 2 461 personnes de plus. C'est une première bonne nouvelle : le procédé séduit donc davantage que par le passé, au point de cumuler 2% des départs total de l'année écoulée.

En pratique, ce mécanisme permet à celles et ceux qui le souhaitent de profiter de leur pension de retraite avant même de mettre un terme à leur activité professionnelle.

Cependant, cela implique néanmoins de ne travailler qu'à temps partiel. Par ailleurs, insiste le quotidien du soir, il ne faut pas espérer toucher le montant total de la somme à laquelle il serait normalement possible de prétendre. Néanmoins, la retraite progressive présente un autre atout, et pas des moindre : chaque travailleur continue d'acquérir des droits en vue de son départ total. Des trimestres, pour le régime général actuel, qu'Emmanuel Macron entend cependant modifier. Des points, dans le cadre du régime complémentaire Agirc-Arrco.

Retraite progressive : comment est calculé le montant de pension auquel vous aurez droit ?

Quiconque opte pour un départ à la retraite progressif peut donc bénéficier d'un montant partiel de sa pension, versé chaque mois en complément de ses revenus. Cette somme, indique le site du service public, est avancée par l'Assurance retraite du régime général de la Sécurité sociale. Elle est calculée en fonction des droits à pension acquis au dernier jour du trimestre civil précédent la date de départ. Elle dépend également de la "durée de votre ou vos activité(s) à temps partiel".

Attention, cependant, ce montant peut aussi faire l'objet d'une décote, qui ne dépassera pas 25%, si le demandeur n'a pas assez de trimestre pour prétendre au taux plein. Du reste, le calcul vise à compenser les revenus perdus par le temps partiels : un travailleur à mi-temps touchera donc 50% du montant de sa pension.

Pour autant, si cette hausse peut être perçue comme positive elle n'est pas la seule bonne nouvelle dont il faut parler !

Votre mutuelle santé au meilleur tarif ! Trouver la mutuelle adaptée à vos besoins !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.