Une possible mauvaise surprise. Au moment de la succession, les héritiers sont susceptibles de devoir rembourser les aides sociales perçues par la personne décédée.

Retraite, ce soutien financier qui pourrait vous être retiré en cas de succession : une simple avance

Prudence ! Une fâcheuse nouvelle pourrait intervenir lors d’une succession.

La personne décédée bénéficiait de l’Aspa (ex-minimum vieillesse) ? Il est alors fort possible qu’en tant qu’héritier, la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) ou la Mutualité sociale agricole (MSA) vous en demande le remboursement.

Publicité
Publicité

La raison ? Cette aide sociale, versée sur demande par ces organismes à plus de 400 000 personnes âgées en 2017, est considérée comme une avance consentie par la société. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certaines personnes éligibles préfèrent ne pas la demander. “Beaucoup sont attachées à l’idée de transmettre quelque chose après leur décès. C’est pourquoi elles préfèrent refuser l’Aspa plutôt que de transmettre une somme d’argent moins importante à leurs enfants”, indique Nathalie Couzigou-Suhas, notaire à Paris, dans les colonnes de Capital.

A lire aussi :Succession : tout savoir sur la donation-partage