Ce mardi 16 septembre, Manuel Valls s'est présenté devant les députés pour prononcer son discours de politique générale et demander ainsi la confiance aux parlementaires. Revivez chaque moment de cette journée avec Planet.fr.
© AFP

L’opposition pestait "contre un faux suspense", mais l’exercice était bien périlleux pour le Premier ministre au regard du profond pessimisme de l’opinion quant à la capacité de l’exécutif à sortir le pays de l’impasse. Et pour cause, c'est la deuxième fois en cinq mois qu'il sollicite l'approbation des députés. En cas de refus, l'article 50 de la Constitution prévoyait la démission du gouvernement ce qui aurait pu conduire à la dissolution de l'Assemblée. Mais ce n'est pas à ce scénario auquel nous assistons ce soir.

À l'issue du vote, une faible majorité se dégage de ce vote de confiance. En effet, le gouvernement récolte 269 voix d'approbation contre 244 voix contre. Un score bien plus faible qu'en avril dernier où Manuel Valls avait récolté 306 voix "pour". Les députés frondeurs abstentionnistes sont au nombre de 31. La listes des députés socialistes n'ayant pas accordé leur confiance au gouvernement est disponible ici.

A lire aussi : vote de confiance : ça passe ou ça casse

Ce vote du 16 septembre était en effet marqué par l'opposition des "frondeurs" qui ont annoncé une abstention collective. A ceux-ci s'ajoutent les écologistes qui n'ont pas non plus apporté leur soutien à Manuel Valls. En effet, les verts ont annoncé dans la matinée que 17 sur 18 députés écologistes s'abstiendraient et qu'un seul d'entre-eux voterait contre.

Revivez ci-dessous le déroulé de cette folle journée.

Suivez la situation en direct :

18h30 : Manuel Valls obtient une majorité relative

La confianceà Manuel Valls est renouvelée avec 269 voix contre 244. Voici le détail du scrutin : Nombre de votants: 566 - Suffrages exprimés 513 - Majorité absolue: 257 - Approbation: 269 - Contre: 244.

18h00 : Le vote commence

17h58 : Après les discours de Christian Jacob (UMP), Philippe Vigier (UDI), Barbara Pompili  (EELV), Roger-Gérard Schwartzenberg (RRDP) et André Chassaigne (GDR) suivis des réponses de Manuel Valls, Claude Bartolone annonce la suspension de la scéance.

15h51 . Manuel Valls clôture son discours

Avec un ton lyrique vantant la grandeur de la France, Manuel Valls termine son discours de politique générale. "La France est un grand pays qui mérite notre respect et si nous, responsables politiques ne le faisons pas, qui le fera pour nous"."Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise" indique Manuel Valls en appellant à la confiance des parlementaires car, dit-il, il en a besoin. 

15h44 . Le compte Twitter de Manuel Valls reprend ses formules chocs

L'opposition raille le discours de politique générale

15h38 . "Les actes antisémites, antimusulmans, homophobes gagnent du terrain"

"Arrêtons de stigmatiser les populations en les ramenant systématiquement à leurs origines, à leurs religions"  a déclaré Manuel Valls déplorant que "les actes antisémites, antimusulmans, homophobes gagnent du terrain".

"Réclamer la dissolution de l'Assemblée nationale (...) c'est vouloir affaiblir la France"

Manuel Valls a fermement taclé les surenchères de l'opposition en rappelant que "chaque mot compte". Selon lui, "réclamer la dissolution de l'Assemblée nationale, la démission du président de la République, c'est mettre en cause nos institutions, c'est donc vouloir affaiblir la France. Dans ce moment-là, chacun à sa part de responsabilité" a-t-il déclaré.

Annonces sur les élections départementales et régionales

Le Premier ministre a confirmé que les élections régionales et départementales n'auront pas lieu au même moment. Les élections départementales seront organisées en mars 215 alors que les régionales se feront à la fin de l'année 2015.

Le Premier ministre vante le CICE :

Pour le Premier ministre, le CICE et le pacte de responsabilité "commencent à produire des effets". "Il n'y aura pas de remise en cause des 35 heures" lance Manuel Valls, répondant dans un temps aux cirtiques qui sont faites sur l'austérité et faisant en même temps référence aux propositions chocs du Medef.

Le minimum vieillesse revalorisé à 800 euros par mois

Dans son discours, Manuel Valls annonce la revalorisation du minimum vieillesse à 800 euros par mois contre 792 euros. Il annonce également une "prime exceptionnelle" pour les retraités qui perçoivent moins de 1200 euros par mois.

Manuel Valls : "Nous voulons réduire les dépenses plutôt que d'augmenter les impôts" (15h10)

Détaillant les orientations économiques du gouvernement, Manuel Valls a insisté sur la baisse des dépenses publiques pour respecter les engagements européens de la France mais il ne veut pas que cela se fasse sans contrepartie : "le rythme de réduction du déficit doit être aussi adapté en Europe" a-t-il précisé. Concernant l'emploi, Manuel Valls a dit que les résultats avaient "besoin de temps" sous les brouhahas venant des rangs de l'opposition. "Ce sont les entreprises qui créent les richesses, et donc de l’emploi” ajoute -il. Cette fois, la droite applaudit.

Manuel Valls entame son discours de politique générale (15h04) :

Manuel Valls évoque un vote de confiance "déterminant" dès l'entame de son discours et commence par faire un état des lieux de la situation internationale (Gaza, Ukraine, Irak, virus Ebolan Chrétiens d'Orient). Le Premier ministre met ensuite l'accent sur la "crise économique" qui engendre des "impatiences, des doutes et des colères". "Gouverner c'est tenir, c'est résister" dit-il pour défendre la politique économique du gouvernement. "Gouverner : c'est aller chercher la confiance, surtout quand c'est difficile" martèle Manuel Valls sous les applaudissement de la gauche.

Les travées de l'Assemblée se remplissent (15h00)

Juste avant le discours de Manuel Valls, Nadine Morano raille le courage des "frondeurs"

Probablement une majorité relative pour le Premier ministre

Selon les estimatons faites par les journalistes présents sur place, la majorité qu'obtiendra Manuel Valls sera bien maigre...

Manuel Valls sur la route de l'Assemblée (14h45)

Manuel Valls quitte Matignon pour se rendre à l'Assemblée. Journée marathon pour le Premier ministre qui doit sera sur le plateau de TF1 à 20 heures.

Manuel Valls prendra la parole à 15 heures

C'est à 15 heures que Manuel Valls prononcera son discours de politique générale pendant environ 30 minutes. À l'issue de cette allocution, ce seront les présidents de groupes qui prendront la parole pour expliquer leurs positions sur le projet présenté par l'exécutif. À 18h30, les députés prendront part à un vote de confiance solonnel dans un salon confiné, à l'abri des regards de la presse. 

Les députés centristes voteront contre

L'opposition dénonce un "faux suspense".

Plus d'infos à venir...

 > Vidéo sur le même thème : v ote de confiance : des députés PS encore indécis

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.