Retraite : les déclarations contradictoires de l'alliance RN ©Lafargue Raphael/ABACAabacapress
L'alliance du Rassemblement national représenté par Jordan Bardella et du parti Les Républicains ambitionne, sans le cacher, d'atteindre une majorité aux élections législatives. Mais cette alliance, nouvellement née, ne semble pas s'entendre sur tous les points.
Sommaire

Les élections législatives sont le pari politique que tous les partis se lancent. Du côté de la gauche, il s’agit de faire barrage à l’extrême droite, et du côté de ces derniers, il est question de continuer à gagner en puissance pour s’imposer face aux marconistes. Mais ces alliances de tous côtés ne sont parfois pas très claires, et même dans les idées présentées. C’est notamment le cas de l’alliance scellée entre les Républicains et le Rassemblement nationale.  

Pour la question des retraites, les idéologies présentées par les deux partis sont différentes. Du côté Les Républicains, l’idée était de proposer un départ à la retraite à 65 ans, alors que le RN prônait fièrement une retraite à 60 ans comme le relate Le Figaro

Des ambitions similaires ? 

Lors d’une mise au point au JT de France 2, Eric Ciotti, a notamment ouvert la question d’une façon détournée : les alliances ne sont-elles fondées que pour profiter d’une écrasante victoire, ou connaissent-elles, dans le fond, un terrain d’entente posé à plat ? L’élément de réponse est donné : “il n’est pas dit que la réforme des retraites soit abrogée”, confie Eric Ciotti.

Pourtant, le RN promettait de revenir sur la réforme des retraites pour la porter à 60 ans. La conciliation ne démarre pas d’un bon pied.

Une temporisation

Chacun annonce ses projets, ses ambitions. Mais quand l’un annonce ses projets, l’autre membre de l’alliance prend le temps de mesurer ses propos. Cela a notamment été le cas sur le point des carrières longues. Jordan Bardella, représentant du RN, annonçait : “Nous permettrons aux carrières longues, ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans, de partir à la retraite avec 40 annuités à un âge légal de départ de 60 ans”, en précisant au passage que son parti avait la priorité d’action : ”c’est le RN qui conduit cette coalition”.  

Une réaction présidentielle

Vidéo du jour

Fustigé de tout bord par le Nouveau Front populaire et cette alliance LR-RN, Emmanuel Macron a laissé échapper un commentaire sur ces alliances qu’il considère “contre-nature”. Le président de la République a résumé sa pensée en décrivant des alliances qui ne “sont d’accord à peu près sur rien sinon les postes à partager et ne seront pas en capacité d’appliquer quelconque programme”.

Pour revenir sur la question des retraites, il a ironisé : “pense-t-on une seule seconde que Monsieur Ciotti qui voulait aller plus loin que le gouvernement avec Monsieur Bardella qui promet depuis des années de revenir à 60 ou 62 ans... On se sait plus très bien. Quelle est la cohérence qui unit ces gens pour gouverner ?”

La conséquence de ces alliances, et de l'organisation des idéaux de chacun, reste à voir dans les prochains jours. Le premier tour de l'élection législative marquera sans doute un tournant de la vie politique en France.