Le parti socialiste va-t-il disparaître ? Une chose est sûre, il pourrait drastiquement changer. Explications.
Sommaire
Pourquoi vous ne pourrez peut-être plus voter "PS" dans les années à venirAFP

"Il faut que les socialistes acceptent l'idée d'aller jusqu'au bout de leur refondation", affirmait récemment Olivier Faure, premier secrétaire du parti, qui en a pris la tête après le retrait de Jean-Christophe Cambadélis. Elu en Seine-et-Marne depuis juin 2012, le député a donc récupéré les rênes de l'une des plus importantes formations politiques de l'histoire de la Vème République… Après le naufrage François Hollande. Pour rappel, le chef de l'Etat n'avait pu se représenter et le candidat investi par le PS - Benoît Hamon - n'avait pas dépassé les 7%.

Des années après, le Parti Socialiste peine toujours à s'imposer sur le devant de la scène, à imprimer sur le plan électoral au moins. C'est pourquoi Olivier Faure a décidé de revoir de fond en comble la structure même de sa famille de pensée. Il a donc, explique Le Figaro, donné rendez-vous à 300 cadres du parti afin d'organiser une conférence en ligne, visant elle-même à formuler une réponse au projet de loi confortant les principes républicains de l'exécutif. Une première, annoncent ses proches. "Il y aura de grandes conférences mais on veut des réunions par centaines, décentralisées, territorialisées, ouvertes. Nos idées seront soumises à toute la gauche sociale, environnementale, politique, soumises aux Français aussi, pour créer de l'émulation", détaille en effet l'un d'eux. 

Parti socialiste : le changement, c'est (encore) maintenant ?

Olivier Faure ne s'arrête pas là. Il veut pouvoir, s'il le faut, créer une nouvelle structure politique. Il veut, "sans tabou, poser toutes les questions, dont celle du nom". Une façon pour le PS de se remettre en cause jusque dans ce qu'il a de plus intime ? C'est l'une des questions posées par France Culture.

Pour le politologue Raul Magni-Berton, enseignant-chercheur en sciences politiques à l'IEP de Grenoble, il faut plutôt s'attendre à un "changement de façade". "Il est rare qu'un parti aussi établi, divisé par un certain nombre de courants, puisse changer autrement que de façon cosmétique. Certes, le PS changera peut-être de nom, mais et ensuite ?", interroge en effet le spécialiste, qui poursuit : "Une révolution totale en interne n'est pas exclue, mais cela prendra du temps. Le PS sera encore le PS en 2022, par exemple".

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.