Alors que Nicolas Sarkozy a répondu aux questions de Gilles Bouleau (TF1) et Jean-Pierre Elkabbach (Europe 1) le 2 juillet dernier, Le Canard Enchaîné a épinglé ce mercredi les deux "mensonges" de l’ancien chef de l’Etat. Plus de détails.

Le 2 juillet dernier, Nicolas Sarkozy dénonçait "un acharnement judiciaire" sur TF1 et Europe 1. L’ancien chef de l’Etat s’est expliqué sur l’affaire des écoutes, mais également sur le dossier Bygmalion qui a plongé l’UMP dans le chaos. Dans son édition du 9 juillet, Le Canard Enchaîné a en effet repéré deux "mensonges" proférés pendant l’interview.

• Lire aussi : "Est-il normal ?", l'anaphore de Nicolas Sarkozy passée au crible

Le déni total de l’affaire Bygmalion

Interrogé sur l’affaire Bygmalion, laquelle secoue l’UMP depuis maintenant quatre mois, Nicolas Sarkozy a d’abord affirmé n’être au courant de rien avant de nier en bloc le système de double facturation mis en place entre le parti et la société : "je le dis à tous ceux qui m’ont soutenu, il n’y a jamais eu le moindre système de double facturation". Cette déclaration fait tâche, a noté l’hebdomadaire satirique, laquelle prend le contre-pied total des révélations de Libération et des aveux de Jérôme Lavrilleux le 26 mai dernier sur BFM TV.

Le Conseil constitutionnel utilisé comme garantie

Pour appuyer ses propos Nicolas Sarkozy a par ailleurs fait référence à la décision du Conseil constitution vis-à-vis de ses comptes de campagne. Les sages avaient en effet invalidé le remboursement des frais de campagne du président sortant en raison d’un dépassement de 400 000 euros. Pour cela, Nicolas Sarkozy estime qu’un dépassement de plus de 20 millions, camouflé par la fameuse double facturation sur les comptes de l’UMP, est impossible. Or, Le Canard Enchaîné pointe le mensonge en expliquant le fonctionnement à partir duquel les membres du Conseil constitutionnel valident ou invalident les comptes de campagne. En effet, selon la loi organique du ministère de l’Intérieur du 5 avril 2006, la Commission nationale des comptes de campagne ne peut rendre ses conclusions au Conseil constitutionnel uniquement à partir des factures qui lui ont été présentées… par le candidat lui-même !

Publicité
Les déclarations de l’ancien chef de l’Etat ont ainsi provoqué la réaction du président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré."Nous n'avons pas des enquêteurs, nous n'avons pas de pouvoir de police judiciaire, nous ne pouvons pas faire de perquisitions, des saisies", a-t-il expliqué, affirmant que l'argument du Conseil constitutionnel avancé par Nicolas Sarkozy ne tient pas. "Quand des responsables politiques commencent, à droite ou à gauche, à s'en prendre aux juges, c'est un des fondements du vivre ensemble, de la République qui est atteint", a-t-il par ailleurs regretté concernant les accusations de Nicolas Sarkozy à l'encontre des magistrats.

• Lire aussi : Jean-Louis Debré condamne sévèrement les propos de Nicolas Sarkozy

A voir sur ce thème : l’intervention de Nicolas Sarkozy sur TF1 et Europe 1


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité