Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis, pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite "des écoutes". Cependant, estiment certaines figures de la droite, ce jugement a tout pour paraître suspect…
Nicolas Sarkozy : cette droite qui dénonce la "République des juges"AFP

Nicolas Sarkozy aurait-il dû être relaxé, si pas tout à fait blanchi ? Difficile à dire pour qui n’est pas juge et n’a pas pu analyser le dossier en profondeur. Cependant, force est de constater que cette décision ne peut mécaniquement rester cloisonnée dans le seul cercle judiciaire. Elle a, d’ores et déjà, un impact politique. Pour certains, elle vient laver l’honneur d’une Justice trop souvent aux ordres - ou au moins sous influence - du pouvoir tandis que pour d’autres elle illustre bien la volonté de vengeance de quelques magistrats, cette "République des juges" que dénoncent quelques élus, dont les propos sont rapportés par France Info.

A droite, ils sont nombreux à se désoler de la sentence prononcée contre l’ancien chef de l’Etat, indique Le Figaro. Ils parlent d’une peine "disproportionnée", d’un véritable "acharnement judiciaire" émanant du Parquet national financier (PNF), chargé de représenter les intérêts de l’Etat dans cette affaire. Certains dénoncent "une condamnation extrêmement dure dans un dossier particulièrement faible", comme le fait Bruno Retailleau, chef de file des sénateurs Les Républicains. Et lui de rappeler le droit de Nicolas Sarkozy à la présomption d’innocence, au moins "tant que les voies de recours n’ont pas été purgées".

"Pacte de corruption" et zone d’ombres : pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il été condamné ?

Ce n’est pas la première fois que Nicolas Sarkozy a des ennuis avec la justice. Cependant, cette condamnation constitue un cas de figure jusqu’à présent unique.

En effet, l’ancien chef de l’Etat a notamment été cité dans l’affaire Karachi, protégé par son immunité présidentielle dans les affaires Tapie, Kazakhgate et sondages de l’Elysée… puis mis en examen avant d’être condamné dans celle des écoutes. Les magistrats ont d’ailleurs évoqué un "pacte de corruption" entre les différents accusés. Cela étant, cette dernière décision apparaît suspecte aux yeux de certains commentateurs politiques, informe Europe 1, qui a accordé une véritable tribune à l’un d’eux…

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.