Mercredi, la séance a débuté d'une manière inhabituelle. Les députés ont rendu hommage au barman de l'Assemblée qui est en ce moment dans un état critique.
AFP

Mercredi, au début de la séance des questions au gouvernement, le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a rendu un hommage à Jean-Michel Gaudin, un agent travaillant au Palais Bourbon, actuellement dans le coma à la suite d’une agression.

Le barman de l’Assemblée, âgé de 53 ans et tout juste grand-père, a été violemment agressé la semaine dernière dans le quartier de la Bastille à Paris. Il avait voulu prendre la défense de deux personnes âgées attaquées par quatre hommes. Frappé à de nombreuses reprises par les individus alors qu’il tentait de s’interposer, il souffre à présent de plusieurs fractures et contusions. Toujours dans le coma, son pronostic vital est engagé.

 A lire aussi - Qui sont les vétérans de l'Assemblée nationale ?

Tous ont salué son courage

Un émouvant hommage lui a donc été rendu par les députés. Claude Bartolone a prononcé un discours pendant que le portrait du chef de la buvette était projeté sur les écrans de la salle. "Je voudrais dire notre émotion, notre révolte face à une telle sauvagerie et notre soutien dans cette terrible épreuve", a-t-il déclaré, ému. Tout l’hémicycle, débout, a ensuite longuement applaudi un homme très apprécié dans les couloirs de l’Assemblée. Plusieurs personnalités politiques ont également salué son courage et lui ont souhaité un bon rétablissement.

Une enquête a été ouverte par la police judiciaire. Aucun des suspects, qui se sont enfuis après l'agression laissant l’homme pour mort, n’a pour le moment été interpellé.

En vidéo sur le même thème : Aulnay-sous-bois, Marche Blanche de soutien à Théo

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation