Un témoignage poignant. L'ancien directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 s'est confié ce vendredi 10 mai aux journalistes de l'émission Quotidien, sur TMC. C'est avec une vive émotion qu'il est revenu sur ce scandale politique.
AFP

Malgré les années passées, Jérôme Lavrilleux est toujours, au fond de lui, blessé. Celui qui a été l’un des principaux protagonistes de l’affaire Bygmalion, a accepté de recevoir les journalistes de Quotidien chez lui, dans l’Aisne.

L’ex-personnage clé du parti présidentiel en 2012, y évoque l’affaire Bygmalion. Il explique comment l’UMP a basculé dans l’illégalité par le biais d’un livre-enquête, réalisé par les journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, sorti début mai (éd. Fayard). C’est d’ailleurs la gorge nouée qu’on le voit lire ce vendredi 10 mai, un extrait de La Haine, sur TMC, dans lequel il témoigne.

"L'UMP, je n'en ai plus rien à foutre à ce moment-là", dit-il, des sanglots dans la voix. Il s’excuse, s’arrête un court instant et poursuit. "Ils m'ont fait faire des choses que j'étais en train de payer."

Des propos accablants

En février 2017, Jérôme Lavrilleux, tout comme Nicolas Sarkozy, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel pour le financement illégal de campagne électorale.

Le président-candidat est en effet soupçonné d'avoir délibérément dépassé le plafond autorisé des dépenses électorales : plus de 20 millions d'euros en moyenne, rappelle Franceinfo. Il assure toutefois en avoir été informé.  

Pourtant, l’ex directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy indique lui avoir affirmé que les comptes de campagne avaient "débordé de tous les côtés" (42,8 millions d'euros au lieu des 22,5 millions d'euros fixés). Il a d’ailleurs reproché à l'ancien président de ne pas "assumer" ses responsabilités dans le système de fausses factures.

Tenu pour responsable lorsque le scandale a éclaté, Jérôme Lavrilleux a été dévasté…

Vidéo : Rachida Dati lâche une révélation sur Nicolas Sarlozy et 2022