Depuis les débuts de la crise sanitaire, la question de la dette publique revient très souvent sur le tapis. Quel serait l'impact de sa suppression sur votre épargne ?
Épargnants, retraités... Devriez-vous craindre l'annulation de la dette ?Istock
Sommaire

Faut-il annuler la dette publique ? C'est en tout cas ce que prônent certains économistes, parmi lesquels un certain nombre d'économistes - cent cinquante, à en croire la tribune dont parlait Le Monde en février dernier -, dont quelques-uns sont d'ailleurs très connus. Thomas Piketty, pour ne citer que lui, faisait en effet partie des signataires. Depuis, le sujet continue de faire couler de l'encre, comme en témoigne encore la chronique rédigée par Nicolas Dufrêne, haut fonctionnaire et directeur de l'Institut Rousseau, pour Capital. Lui aussi envisage pareille solution.

Cette dernière, dont on parle de plus en plus souvent - et qui a d'ailleurs eu droit à son lot d'articles dans nos colonnes - est-elle seulement crédible ? Devrait-elle inquiéter les épargnants, ainsi que ne semble le craindre l'essayiste Charles Gave, ainsi que le rapporte le site spécialisé Or ? "C'est toujours pareil : tout dépend vraiment de ce que l'on entend par 'annuler la dette'", répond d'entrée de jeu l'économiste Alexandre Delaigue. 

"En pratique, cela peut prendre tout un tas de formes différentes… qui varient de la réduction du coût de la dette, jusqu'à ce qu'il soit nul ou presque, au défaut de paiement pur et simple, comme a pu le faire l'Argentine dans les années 2000", poursuit-il ensuite, non sans préciser que certaines solutions pourraient s'avérer tout simplement catastrophiques. Pour la France comme pour ses habitants.

Annulation de la dette publique : de quoi parle-t-on au juste ?

"Quand on entend parler d'annulation de la dette publique, en ce moment, il est rarement question d'évoquer un véritable défaut de paiement", souligne le professeur agrégé d'économie et de gestion, qui enseigne à l'université Lille-1 et est passé par l'école Saint-Cyr. Selon lui, les experts débattent bien davantage de la dette détenue par la Banque centrale européenne (BCE), dont le statut est très spécifique. Mais qu'est-ce que cela change, pour le Français ou la Française lambda ?

"La dette que détient la BCE ne génère pas de coût, en cela que les intérêts payés par la France lui reviennent sous forme de bénéfices pour la Banque de France, laquelle fait partie de l'État. Cela revient donc à se payer des intérêts à soi-même. C'est d'ailleurs ce qu'avancent les partisans du remboursement", souligne l'enseignant-chercheur. Cependant, précise-t-il encore, cette situation n'est pas nulle. "Certes, annuler la dette présente un coût pour un gain économique inexistant. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que la dette permet aussi de justifier des politiques d'austérité. C'est aussi pour cela que d'autres veulent l'annuler", indique-t-il encore. C'est peut-être là le risque qui guette certains contribuables.

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.