Plusieurs témoignages laissent à penser qu'Emmanuel Macron serait aujourd'hui très isolé. Une situation qui ne serait pas sans conséquences sur sa façon de diriger le pays. Et qui demeure contestée par son épouse.
Emmanuel Macron : un président qui gouverne seul ?AFP

"Non, il n’est pas seul", tranche sans ambages la Première dame, quand on lui dit de son époux qu’il serait isolé. Peu lui importe ce que peuvent en dire certains politologues, comme Vincent Martigny qui s’exprimait à ce sujet dans les colonnes du Monde, en 2019, et dont Femme Actuelle reprend le propos. A l’époque, le spécialiste déclarait que le président subissait "les conséquences d’une solitude qu’il a lui même imposée en contribuant à affaiblir des contre-pouvoirs déjà en situation d’effondrement". "Je vois bien ce qui leur tombe dessus, je vois la somme de travail. Je vois les dossiers. Il ne laisse rien de côté. Il écoute beaucoup. Il n’a pas de visiteur du soir, mais il écoute des gens très différents. Ca on ne le dit pas", rétorque l’ancienne enseignante, sur le plateau de RTL, le 12 février 2020. Et elle de poursuivre : "Il parle beaucoup, Il écoute beaucoup, mais pas à une seule personne". Avant de rappeler combien, à ses yeux, le chef de l’Etat pouvait se montrer ouvert.

Une vision très personnelle du pouvoir exécutif, qui jure avec celle que pourraient avoir le reste des Françaises et des Français pourraient pourtant avoir du locataire de l’Elysée. En effet : comme le rappelait BFMTV dès 2018, Emmanuel Macron a perdu un pan considérable de son capital sympathie, depuis son élection. Près de 8 votants sur 10 le jugeaient alors "autoritaire", tandis que 7 le décrivaient comme "arrogant". Un procès qu’ils lui faisaient encore en 2019, indique RTL, et que la presse continue de relayer. Marianne, par exemple, évoque même un "triomphe du centrisme autoritaire", dans un article publié le 30 janvier 2020.

Pourtant, si opposées ses visions peuvent sembler, elles ne sont pas nécessairement paradoxales, estime le politologue Bruno Cautrès. Pour l’enseignant-chercheur au CNRS, spécialisé en comportements politiques, élections et modes de scrutin, les deux vérités peuvent même co-exister.

Emmanuel Macron peut-il être autoritaire et ouvert ?

"Ce n’est pas la première fois que des témoignages privés brossent le portrait d’un chef d’Etat très différent de celui présenté dans la presse ou les sondages d’opinion. C’était aussi le cas de Jacques Chirac, qui était perçu comme très cassant quand il était en représentation alors que ses proches le décrivaient comme quelqu’un d’ouvert, capable de doute et d’écoute. Là aussi le contraste était gigantesque", souligne le chercheur, pour qui cet écart ne serait pas uniquement dû à un exercice de communication politique. 

"Bien sûr, il est possible que cela vienne aussi de là : de tout temps, les personnalités qui entourent un président ont fait valoir son empathie comme qualité. Cependant, il y a peut-être des racines plus profondes, structurelles", juge l’expert. Pour autant, le seul propos de Brigitte Macron ne constitue pas une illustration fiable des rouages du pouvoir et ne suffirait à démentir le sentiment partagé par tout un pan de la population.

Bien être - Comment bien dormir malgré le confinement ?