Le président peine de plus en plus à rassembler. Certains députés ont décidé de quitter sa majorité tandis que d'autres n'hésitent plus à le rappeler à l'ordre… Au risque de passablement l'énerver.
Emmanuel Macron peut-il gouverner seul contre son camp ?AFP

"Je préfère parler à la radio que de passer des coups de fil à des humoristes", a-t-elle taclé, sans hésitation. Elle, c'est Amélie de Montchalin, secrétaire d'Etat auprès de Jean-Yves Le Drian, interrogée par Jean-Jacques Bourdin au sujet de l'appel accordé par Emmanuel Macron à Jean-Marie Bigard. Depuis, le trublion envisage d'ailleurs de se présenter à l'élection présidentielle.

Si le chef de l'Etat n'a que peu goûté à cette pique, ainsi que l'explique La Dépêche, ce n'est pas la première fois qu'il doit faire face à la déception de son entourage. Les départs en cascade au sein de la majorité présidentielle l'illustrent bien : il peine désormais à rassembler, y compris au sein de son propre camp. Aurélien Taché, par exemple, est parti au profit de l'une des nouvelles formations à l'Assemblée nationale, comme le rappelle le Huffington Post. Il était pourtant l'un des parlementaires avec qui le président de la République aimait débattre. 

Le président risque-t-il l'isolement au sein de son camp ?

D'aucuns s'inquiètent donc de l'isolement progressif du locataire de l'Elysée, indique Gala. Il y a d'ailleurs de quoi, affirme le politologue Raul Magni-Berton. 

"Le risque est réel", note sans ambages le chercheur en sciences-politiques, qui enseigne à l'Institut d'Etudes Politiques (IEP) de Grenoble. "Sur le plan politique au moins, Emmanuel Macron risque effectivement de se retrouver coincé. C'est l'ADN même de son mouvement qui veut ça : La République en Marche rassemble depuis ses débuts des profils très hétérogènes, dont certains ne sont parfois pas conciliables", alerte-t-il. C'est pourquoi le chef de l'Etat enregistre autant de défections ces derniers temps.

"Quand l'on gagne, il est facile de gommer de telles différences. En revanche, elles resurgissent lorsque la formation politique est confrontée à un obstacle. Tenir son parti en cas de défaite est difficile. Et à l'évidence, le président a du mal à le faire…", analyse-t-il encore.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.