Pour sauver ses PME, ses emplois ainsi que son économie ; la France a été prête à tous les sacrifices. Cela pourrait ne plus continuer.

"Quoiqu’il en coûte n’a pas seulement été une formule mais bien des actes et une réalité", affirmait Emmanuel Macron, alors qu’il s’exprimait devant les Françaises et les Français, en vue de défendre sa gestion de la crise sanitaire autant que d’annoncer l’après ; le déconfinement du 15 décembre et le sort réservé aux fêtes de fin d’année. A ce sujet, le chef de l’Etat a été très clair, depuis les débuts de l'épidémie de coronavirus : l’objectif était de sauver l’économie ; quel qu’en soit le prix. Et force est de constater que l’exécutif n’a rechigné devant rien, rappelle Le Monde.

En effet, le gouvernement a entrepris bien des actions pour venir en aide aux entreprises ainsi qu’aux ménages, avec dans l’idée globale de soutenir autant que faire se peut la consommation. En tout et pour tout, depuis mars 2020, l’Etat a soutenu quelques 1,8 million d’entreprises, à travers son fonds de solidarité, pour une dépense totale de 7,5 milliards d’euros. Sur le seul mois d’avril 2020, 8,6 millions de salariés ont bénéficié du chômage partiel tandis que les reports de charges et les prêts garanties accordés à certaines sociétés ont coûté 300 milliards d’euros.

"Quoi qu’il en coûte" : les nouvelles aides qu’annonçait récemment Emmanuel Macron

Et le chef de l’Etat n’a visiblement pas décidé de s’arrêter là. Récemment, le 30 novembre 2020, il promettait encore via son gouvernement de nouvelles aides. Les remontées mécaniques, qui ne pourront pas ouvrir en décembre, devraient donc avoir droit à un soutien financier. Sans oublier, bien sûr, le relèvement du plafond des indemnisations pour toutes les PME fermées pour cause de pandémie…

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.