Les enfants sont loin de l’écran ? Alors pouvez lire l’article qui suit. Il contient les preuves scientifiques selon lesquelles le Père Noël n’existe pas, chiffres à l'appui.  

Le mythe s’effondre. La science a parlé. Voici la preuve formelle et scientifique que le Père Noël n’existe pas. Les données suivantes ont été publiées la première fois par le magazine américain Spy il y a quelques années, puis elles ont été reprises de nombreuses fois depuis, notamment dans un article publié par Le Parisien.

2/10 000 de seconde par maison

Parmi les éléments qui rendent le Père Noël peu crédible, il y a tout d’abord le souci du temps. La tournée des cadeaux s’effectue du 24 au 25 décembre, c’est bien connu. Si le Père Noël voyage autour de la Terre dans le sens inverse de la rotation de la Terre, il disposerait, non pas de 24 heures mais de 48 heures pour mener à bien sa mission. Or, selon les données d’un autre article publié par le Courrier International où la science s’intéresse au cas du Père Noël, l'UNICEF recense plus de deux milliards d'enfants dans le monde. Avec une moyenne de 2,5 enfants par foyer, le Père Noël aurait près de 842 millions de maisons à visiter. En moyenne, il n’aurait donc que deux dix-millionième de secondes par foyer.

La vitesse, le poids du traineau, et la pression atmosphérique

Un problème de taille se pose aussi au niveau du poids du traineau. Si l’on considère que, non seulement que le Père est en surpoids, mais qu’en plus il doit transporter des jouets pour tous les enfants (même s’il n’en transporte qu’un par enfant), le traineau devait supporter des centaines de milliers de tonnes et pour cela, être équipé de 214 200 rennes.

Autre obstacle matériel, pour aller à la vitesse nécessaire à l’accomplissement de sa mission, soit 2 057 kilomètres par seconde, le Père Noël doit avoir un traineau capable d’aller 6177 plus vite que le son. Une prouesse impossible à réaliser, du moins sans une déflagration supersonique provoquée par l’onde de choc émise lors du déplacement à une telle vitesse.

Publicité
Par ailleurs, cette énorme masse dans le ciel serait freinée par "la résistance de l'air, ce qui ferait chauffer les animaux de la même manière qu'un engin spatial rentrant dans l'atmosphère terrestre. Les rennes s'enflammeraient presque instantanément, tout en provoquant des déflagrations supersoniques assourdissantes. L'attelage serait volatilisé en l'espace de 4,26 millièmes de seconde. Le Père Noël, lui, serait soumis à des forces 17 500 fois supérieures à la pesanteur" commente le magazine Spy, qui conclut que le Père Noël, "s'il a un jour livré un cadeau dans la nuit de Noël, il n'a pas survécu à l'opération."

En vidéo sur le même thème : Complilation des meilleures (pires ?) chutes du Père Noël 

mots-clés : Rennes

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité