Pour dénoncer des manquements ou tout simplement faire parler d'eux, des maires signent des arrêtés municipaux pour le moins étranges.
Interdiction de décéder à domicile, de pleuvoir, d’accueillir des ovnis… Quand les maires sont loufoquesImage d'illustration - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFPAFP
Sommaire

Ychoux : interdiction de tomber malade

Dans les Landes, Marc Ducom, le maire de la commune d’Ychoux a pris un arrêté surprenant : les habitants ont interdiction de tomber malade ! Si l’arrêté municipal peut prêter à sourire, le maire a surtout prononcé cette interdiction pour sensibiliser l’État au sort de son village. En effet, le dernier médecin d’Ychoux partira à la retraite fin 2019, laissant les habitants sans possibilité de soins.

Depuis 2017, la commune a pourtant lancé un appel pour trouver un remplaçant. "On se heurte également à des médecins remplaçants, qui ne veulent jamais devenir titulaires. Parce que c'est trop compliqué pour eux. C'est administratif... Ils préfèrent rester remplaçants. Moi, je sais pas, j'ai joué au rugby, je préférais être titulaire ", a ainsi déclaré à France 3 Nouvelle-Aquitaine Marc Ducom. Il a poursuivi en faisant référence à une célèbre phrase d’Emmanuel Macron, "Mais où est-ce qu'on va se faire soigner quand on aura plus de médecins ? Peut-être en traversant la rue, comme dit un certain président ? Je ne sais pas."

À Challans, la pluie n’a qu’à bien se tenir

En février 2018, le maire de Challans (Vendée) décide d’agir contre le mauvais temps en publiant un arrêté pour le moins original. L’arrêté demande en effet au soleil "de se présenter tous les matins du lundi au dimanche dans la ville de Challans et par extension à tout le département de la Vendée". L’arrêté précise également les conditions attendues pour la pluie : "La pluie est autorisée seulement trois nuits par semaine afin de maintenir la nappe phréatique. Aucune dérogation ne sera accordée", poursuit l'arrêté, qui n'est bien évidemment que symbolique.

L’histoire n’est pas si sérieuse. Le maire aurait en effet lancé dans les couloirs en avoir marre du mauvais temps, et déclaré à voix haute "on devrait faire un arrêté contre ! " Amusée, une de ses collaboratrices l’a pris au mot et publié l’information sur les réseaux sociaux, rapporte Ouest France. En un clic, l’histoire a été reprise par les médias nationaux dont Le Monde ou encore L’Express et a suscité de nombreuses réactions amusées des Chalandais

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.