Pourquoi ne pas partir en retraite en 2018 et ainsi profiter du prélèvement à la source en 2019 pour payer moins d'impôts ? C'est possible mais attention aux pièges.
iStockIstock

Prélèvement à la source : qu'est-ce que c'est ?

Avec le prélèvement à la source mis en place en 2019, votre impôt sera calculé sur l'année en cours, et non plus sur l'année passée. Donc, en 2019, vous paierez un impôt calculé sur vos revenus 2019. 2018 passant à l'as ! Mais ne soyons pas dupes, vous vous acquitterez comme chaque année d'un impôt sur le revenu au final. Mais certains contribuables pourront y gagner, notamment s'ils perçoivent plus de revenus en 2018 qu'en 2019.

Publicité

Salariés partant à la retraite en 2018 : c'est tout bénef !

Cela concerne les salariés partant à la retraite en 2018, notamment ceux pour qui la retraite signifie un écart important de revenus. Les autres gagnants sont ceux qui partent à la retraite à la fin de l'année 2018.

Publicité

Attention à la prime de départ à la retraite

Avec le prélèvement à la source, ne sont considérés comme des revenus courants que les revenus recueillis à l'année. Ainsi, la prime de départ à la retraite versée en 2018 est considérée comme un revenu exceptionnel. Elle sera donc soumise à l'impôt en 2019. Il est tout à fait possible d'étaler le montant de cette prime sur plusieurs années.

Quelles économies espérer sur les impôts ?

En partant à la retraite le 31 décembre 2018, une salariée célibataire, dont le revenu net mensuel est de 4 400 € et dont la pension sera de 3 500 € net, pourrait économiser environ 4 000 € d'impôt. En revanche, un salarié touchant un plus faible salaire, 1 320 €, et une pension presque équivalente de 1 300 €, n'économisera que 192 € d'impôt.