Pour limiter les frais de rénovations et échapper aux tracas, un bailleur peut être tenté d'inscrire des clauses contraignantes au contrat de location. Seulement, tout n'est pas possible. Sachez reconnaître celles qualifiées d'"abusives". 

1 – L'interdiction d'un animal

La clause : dans l'annonce comme dans le contrat de location est stipulé que vous ne pouvez pas avoir d'animal dans votre logement.

Vos droits : en tant que locataire, vous pouvez décider d'accueillir un ami à 4 pattes, à plumes, à écailles..., quel qu'il soit. Vous n'avez en aucun cas besoin d'obtenir l'accord du propriétaire, sauf s'il s'agit d'un chien d'attaque (pit-bulls, mastiff...).Vous devez cependant veiller à ce qu'il ne crée pas de nuisances (aboiements de chien intempestifs, odeurs...) auprès du voisinage.

De la même manière, il n'a pas le droit de s'opposer au fait que vous décidiez d'accueillir et d'héberger des proches, des amis, des connaissances sous prétexte que le logement n'est pas adapté à recevoir plus d'un certain nombre d'occupants. Et cela que ce soit pour une courte ou une longue durée.

En revanche : il peut vous interdire de sous-louer votre logement.

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.