Placement exotique s'il en est, le timbre tente parfois les épargnants. Mais s'agit-il d'un vraiment d'un bon plan ?
IllustrationIstock

Investir dans le timbre, une arnaque comme Aristophil ?

Quelques années après la liquidation judiciaire d’Aristophil, il peut être effrayant d’investir de nouveau dans certains placements exotiques comme le timbre ou les vieux manuscrits. 18 000 personnes avaient été escroquées entre 1990 et 2014, après avoir placé leur argent dans des manuscrits originaux, comme le rappelle le quotidien Les Echos. Ces vieux livres étaient supposés leur rapporter davantage que des actions ou des obligations.

A lire aussi : Arnaque : comment reconnaître des faux billets ?

Placer son argent dans le timbre, est-ce donc nécessairement une mauvaise idée ? L’Autorité des marchés financiers (AMF) décrit le timbre comme un "placement atypique" et invite les épargnants à "redoubler de vigilance". "Le risque est grand d’y perdre votre argent et de tomber sur des arnaques", indique l’organisme.

"Il existe deux catégories de placements. Les premiers sont classiques : ils sont régulés et organisés. C’est dans cette catégorie qu’on retrouve les actions par exemple. Le timbre fait partie des ‘biens divers’", explique de son côté Philippe Crevel, économiste et directeur du Cercle de l’Epargne. Selon lui, c’est loin d’être le placement idéal. "Le timbre, contrairement aux actions, n’a aucun rendement intrinsèque. Il n’est pas possible de dégager des revenus avant la revente, et il faut faire une plus-value", souligne-t-il. "Forcément, cela implique un temps d’attente avant de pouvoir récupérer son argent."

"Il s’agit d’un placement très subjectif, qui n’a pas de fondamentaux économiques. Les arnaques existent et il convient de se méfier des promesses de rendement quasi certain. C’est d’ailleurs sur ce point que l’AMF cherche à attirer l’attention des épargnants. Le timbre n’est pas un produit qui permet de faire fortune", estime l’économiste.

Investir dans le timbre : un marché ancien et expertisé

Fondamentalement, pour pouvoir investir dans le timbre, il faut déjà être connaisseur du marché, s’y intéresser. "C’est un placement passion, qui ne doit certainement pas composer le cœur du plan d’investissement du ménage. Il peut en revanche servir un objectif de diversification, pour ne pas conserver tous ses œufs dans un même panier", juge Philippe Crevel.

Si toutefois vous décidez de vous lancer dans le timbre, le marché présente quelques avantages. "Il s’agit d’un placement ancien, assez bien renseigné. Il y a toujours eu des collectionneurs. Le marché est donc fort d’une certaine tradition et compte de nombreux experts… Ce qui le rend moins farfelu que celui des cryptomonnaies ou des parchemins", analyse le spécialiste.

Gardez tout de même à l’esprit que d’un timbre à l’autre, la cote peut faire le grand écart comme le rappelle Les Echos. Assurez-vous aussi du sérieux de votre intermédiaire pour ne pas recevoir des timbres abimés, qui ne vaudraient plus rien. Si vous avez le moindre doute n’hésitez pas à contacter l’AMF qui pourra vous aiguiller.

Vidéo : Arnaque : comment reconnaître les faux billets ?