Si Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites a rappelé que l'âge de la retraite resterait inchangé, certains, comme la ministre de la Santé, ne sont pas hostiles à son recul. Une telle mesure serait-elle vraiment profitable au système ?
IllustrationIstock

Recul de l’âge de la retraite : un sujet à manier avec précaution

Remonter l’âge légal de la retraite. Le sujet continue de faire débat. D’ailleurs, Agnès Buzin, ministre des Solidarités et de la Santé, a annoncé ce week-end à titre personnel ne pas être fermée à cette éventualité. Et elle n’est pas la seule. Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France, évoquait vendredi 16 mars l’éventualité de repousser l’âge légal à 65 ans.

Bien que l’idée se répande, celle-ci demande réflexion. Si de nombreux gouvernements précédents l’ont envisagé, la mesure a été abandonnée. La dernière date de 2010, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, où l’âge minimum a été repoussé de 60 à 62 ans, rappelle Capital.

Il est, depuis, resté inchangé. Dans le cadre de l’actuelle réforme des retraites, Emmanuel Macron s’est même engagé à ce que cet âge demeure fixe. Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, l’a ainsi confirmé dans un récent tweet.

Comment expliquer alors un tel engouement sur le sujet ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.