Pour tenir face au "mur des dettes", le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises demande plus de souplesse de remboursement. Car si les premiers Prêts Garantis par l'État (PGE) doivent commencer à l'amortir cette année, 100 000 entreprises estiment ne pas pouvoir les payer.
Prêt Garanti par l'Etat : qu'adviendra-t-il de votre argent si les entreprises ne vous remboursent pas ?IllustrationIstock

Une date anniversaire du Prêt Garanti par l’État (PGE) compliquée. Le 25 mars prochain, le dispositif emblématique de soutien aux entreprises pour faire face à la crise sanitaire fêtera sa première année d’existence. Signification, les premières sociétés qui en ont bénéficié vont devoir commencer à le rembourser. Il est toutefois possible, comme l’a décidé l’exécutif mi-janvier, de différer d’un an le paiement de l’emprunt, à condition de s’acquitter de la dette totale sous 6 ans maximum. S’il est envisagé d’allonger ce seul à 8 ans, rien n’est encore décidé.

Prêt Garantie par l’État : un "succès collectif" mais de grandes inquiétudes

Selon François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), et Maya Atig, directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF), le PGE est un "succès collectif". Au total, 650 000 entreprises en ont en effet bénéficié. La question du remboursement est, elle, bien plus complexe. "Nous arrivons à un moment où toutes les mesures, qui ont permis de tenir aux acteurs économiques que je représente, vont commencer à être débranchées. Et là, il faut s’attendre à ce que la relation clients-banques se dégrade", a déclaré, sondage maison à l’appui, François Asselin, ce 3 mars 2012 lors d’une audition sur la transformation des services bancaires en commission des finances du Sénat.

Comme le rapporte Moneyvox, d’après une enquête publiée mi-janvier effectuée auprès de 2 400 dirigeants de TPE-PME, la CPME évalue à 100 000 le nombre d’entreprises et de professionnels qui pensent ne pas pouvoir rembourser leur PGE.

Le taux de défaut sur les PGE pourrait alors grimper à quasi 16%, soit bien plus que les prévisions officielles de Bpifrance, qui l’estimait entre 5 à 7% au bout de 6 ans. De son côté, la Banque de France l’évaluait fin janvier à 4,5-6%.

Raison pour laquelle les inquiétudes grandissent…

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Vidéo : Crédit immobilier : pouvez-vous renégocier votre dossier ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.