(illustration)
"Bébé made in France" est le roman auto-portrait insolite de Pamela Druckerman, journaliste américaine et jeune maman installée en France depuis plusieurs années. Au fil de ces pages, découvrez pourquoi, outre-Atlantique, l'éducation des petits Français fascine tant.
Sommaire

Les petits Français... sont polis

(illustration)(illustration)(illustration)

Bébé made in France, rédigé par la journaliste américaine Pamela Druckerman et préfacé par Elisabeth Badinter dans la version française, avait fait mouche outre-Atlantique atteignant même le Canada. A tel point qu'une maman Américaine avait plié bagages pour offrir à ses fils "la chance d'avoir accès à l'éduction made in France", avait révélé Vogue.

Comme l'a écrit la philosophe : "l'analyse comparée des cultures maternelles est un sujet grave qui en dit long sur nos sociétés respectives". Plus globe-trotteuse que francophile de par son métier, c'est pourtant en France que la journaliste a donné la vie et s'est interrogée sur la question de l'éduction "à la française" qu'elle considère comme un fleuron de la culture hexagonale. Dans ce livre riche en humour mais aussi d'inspirations telles que celles de Françoise Dolto, Laurence Pernoud ou encore, Marcel Rufo, elle explique pourquoi les petits français sont... si parfaits et feraient languir de jalousie les parents américains.

Le premier atout de la jeunesse de l'Hexagone ? la politesse. En France, dès tout bébé, l'apprentissage des "mots magiques" est une norme. "Bonjour", "s'il te plait", "merci", "au revoir", sont donc ainsi des mots normaux du vocabulaire des jeunes français. Au travers de son livre enquête, elle a constaté qu'aux Etats-Unis les enfants n'utilisaient que "s'il te plait" et "merci".

Les petits Français... font leurs nuits

(illustration)

Une étude réalisée par Top Santé en 2013 l'a prouvée : le bébé français est champion du sommeil sans interruption. Il n'y a derrière ce fait aucun mystère. En France, les parents instaurent des rythmes à leur bambin dès le retour de la maternité. Ainsi, 42% d'entre eux les couchaient à 21 heures et les laissaient pleurer, un peu, la nuit. De ce fait, nombreux sont ceux d'entre eux qui, avant leur 5e mois, font leurs nuits "comme des grands".

"Ma première intervention est de recommander de ne pas se précipiter sur le bébé pendant la nuit, explique Pamela Druckerman citant le docteur Cohen dans son livre. Il faut lui laisser la possibilité de s'apaiser tout seul et ne pas répondre systématiquement, même quand il vient juste de naître". En effet, un enfant se réveille environs toutes les deux heures entre chaque cycle de sommeil, n'est pas encore habitué à les enchainer.

Les petits Français... sont sage comme des images

(illustration)

Les petits Français plus sages que les petits Américains ? Aussi incroyable que cela puisse paraître : l'auteure du livre y croit. Pour elle, l'intransigeance des parents dès le plus jeune âge y est pour beaucoup.

Propos presque confirmés par Marilyn Wedge, une psychologue américaine, qui explique dans une étude que les enfants Hexagonaux seraient moins touchés que les Américains par le trouble du déficit de l'attention (respectivement atteints à hauteur de 5 et 9%). La raison avancée par la spécialiste ? L'éducation et la socialisation qui diffèrent d'un continent à l'autre.

Les petits Français... sont "indépendants"

(illustration)(illustration)(illustration)

Pamela Druckerman a été aussi choquée qu'impressionnée par l'apprentissage de l'autonomie qu'offraient les mères françaises à leurs petits. Tout commence par la patience et le fait que le parent montre l'exemple. Un enfant c'est comme une éponge. Il capte tout et renvoie ce qu'on lui donne. Si le parent répond au moindre désir de l'enfant du tac au tac, il n'apprendra jamais à faire par lui même. De ce fait, elle admire ces mères capables de laisser jouer seul leur enfant sans culpabiliser. Cependant... comme beaucoup d'Américaines, elle reconnait la difficulté qui se cache derrière ce qui est fondamental pour les Françaises.

Les petits Français... sont studieux

(illustration)

Si les enfants ne savent pas encore lire en sortant de l'école maternelle, ils n'en sont pas loin. Au sein de ces lieux de socialisation et d'apprentissages, les chérubins ont 3 ans, parfois 4, pour s'approprier le langage et découvrir l'écrit, devenir de les élèves de demain, agir et s’exprimer avec leur corps, découvrir le monde mais aussi, percevoir, sentir, imaginer et créer, explique l'Education Nationale. Un aspect non négligeable pour l'auteure qui trouve normal d'associer la culture au développement de l'enfant.

Les petits Français... mangent de tout

(illustration)(illustration)(illustration)

Et si enfin les petits Hexagonaux sont si bien perçus outre-Atlantique c'est parce qu'ils mangent de tout. Les parents français se préocuperaient moins des allergies alimentaires et feraient goûter fruits (et notamment agrumes), légumes, poissons et fromages plus tôt qu'aux Etats-Unis où les plus jeunes passent du lait... aux céréales.